Les vaccins n’affaiblissent pas le système immunitaire, selon une nouvelle étude

Les experts incitent les parents à s’entretenir avec leur pédiatre s’ils sont préoccupés par la sécurité des vaccins.
Photo: Fred Tanneau Archives Agence France-Presse Les experts incitent les parents à s’entretenir avec leur pédiatre s’ils sont préoccupés par la sécurité des vaccins.

Miami — Si les enfants américains sont vaccinés contre davantage de maladies que leurs aînés, cette pratique ne semble pas affaiblir leur système immunitaire ni les rendre davantage vulnérables à d’autres infections, ont annoncé des chercheurs mardi.

« Cette dernière étude a montré que la vaccination ne semblait pas faire de dégâts au système immunitaire en rendant les enfants davantage prédisposés aux infections », a écrit le coauteur de l’étude, le pédiatre Matthew Daley, de l’institut Kaiser Permanente.

Publiée dans le Journal of the American Medical Association, cette étude explore pour la première fois le lien entre le calendrier de vaccination — où sont recommandés jusqu’à 16 vaccins — et le taux d’infections et de maladies, sans rapport avec les vaccins.

« Ce résultat, je l’espère, fournira aux parents une assurance supplémentaire à propos de l’innocuité du calendrier recommandé » de vaccination, a précisé Matthew Daley.

« Certains parents sont inquiets que de nombreux vaccins [...] pourraient endommager le système immunitaire de leur enfant, le rendant plus vulnérable à de futures infections », a rappelé l’auteur principal Jason Glanz, chercheur à l’institut Kaiser Permanente.

« Cette nouvelle étude suggère que la théorie de saturation du système immunitaire d’un enfant est hautement improbable », rassure-t-il.

Les chercheurs ont comparé deux groupes : des enfants qui ont reçu un diagnostic de maladie respiratoire ou gastro-intestinale, ou atteints d’une infection virale ou bactérienne, et des enfants n’ayant pas été diagnostiqués.

Les scientifiques ont examiné les niveaux de l’antigène vaccinant — une protéine ou autre substance qui provoque une réponse immunitaire du corps — lors des deux premières années des enfants.

L’exposition totale à l’antigène vaccinant des enfants « n’a pas été associée avec un risque aggravé d’infections non liées aux vaccins sur les 24 prochains mois », explique l’étude.

Les experts incitent les parents à s’entretenir avec leur pédiatre s’ils sont préoccupés par la sécurité des vaccins.