La grippe commence à reculer au Québec

Photo: Gregory Bull Archives Associated Press

Après huit semaines d’activité intense, le virus de la grippe commence enfin à reculer au Québec. La mauvaise nouvelle : même en déclin, le virus restera encore très actif pour au moins le prochain mois.

Les plus récentes données de surveillance du Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) montrent que l’influenza B est en recul pour la première fois depuis le début de 2018, alors que l’influenza A a commencé à infléchir sa course depuis environ deux semaines.

Mais la situation reste exceptionnelle, avec la semaine dernière encore 230 % plus de cas confirmés par le LSPQ que pendant la pire semaine de la grippe l’an dernier. La situation est multifactorielle : les virus de souche A et B circulent en concomitance, ce qui est très inhabituel. De plus, le vaccin est d’une efficacité limitée, estimée à 10 % pour la souche A et environ à 55 % pour la souche B.

« Comme la courbe épidémique baisse souvent à la même vitesse qu’elle est montée, sous toute réserve, je serais porté à croire que dans le prochain mois, nous allons rester avec une bonne circulation du virus », constate l’épidémiologiste Gaston DeSerres, de l’Institut national de santé publique du Québec. Si le recul se poursuit la semaine prochaine, on pourra alors être assez certains que le pic de grippe est derrière nous, estime-t-il.

Malgré tout, des données préliminaires semblent indiquer que la mortalité due aux deux virus de la grippe en circulation reste dans les normes. « Nous avons des données très partielles en provenance de quatre hôpitaux, indique le Dr DeSerres, qui pour l’instant n’indiquent pas de mortalité exceptionnelle ».