Les cadres expriment aussi leur ras-le-bol contre la réforme Barrette

Selon les cadres du milieu de la santé, le ministre Gaétan Barrette aurait instauré un régime de «peur».
Photo: Michaël Monnier Le Devoir Selon les cadres du milieu de la santé, le ministre Gaétan Barrette aurait instauré un régime de «peur».

Après les infirmières, voilà que les cadres du milieu de la santé s’en prennent au ministre Barrette, à qui ils reprochent d’avoir instauré un régime de « peur » dans le domaine de la santé.

« Ne pensez pas que nos cadres ne voudraient pas dénoncer haut et fort tout ce qui ne fonctionne pas dans cette réforme, mais ils ne sont pas syndiqués et n’ont pas la sécurité d’emploi comme Émilie Ricard », a écrit l’Association du personnel d’encadrement du réseau de la santé et des services sociaux (APER) dans une mise en demeure qu’elle a envoyée mercredi au journaliste Patrick Lagacé et à son employeur, La Presse.

L’association reproche au chroniqueur d’avoir écrit que les « gestionnaires » du réseau de la santé « ont une sainte horreur des sorties publiques de leurs employés, des cris du coeur comme celui lancé par Émilie Ricard », cette infirmière dont le ras-le-bol a fait le tour des médias.

La chef de contentieux de l’APER, Anne-Marie Chiquette, estime que les cadres « n’ont pas la cote ». Pourtant, ils se heurtent à l’intransigeance des commandes en provenance du ministère de la Santé et se trouvent dans une position qui n’est « pas gérable », déplore-t-elle.

À voir en vidéo