La CAQ relance le débat sur la procréation assistée

Le député caquiste François Paradis, en 2015
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le député caquiste François Paradis, en 2015

Après avoir dit vouloir stimuler la natalité au Québec, la Coalition avenir Québec demande maintenant au gouvernement de refinancer son ancien programme de procréation assistée. Une idée rejetée d’emblée par le ministre Gaétan Barrette.

Pour le député caquiste François Paradis, fonder une famille est « un droit fondamental » et on doit permettre à davantage de couples de réaliser « leur rêve ». Il avance en outre que ce serait une façon de faire face à la baisse de la natalité et que les finances du Québec le permettent désormais.

Après avoir atteint un sommet de 1,7 enfant par femme en 2008-2009, l'indice de fécondité a baissé progressivement pour atteindre 1,59 en 2016.

Créé en 2010, le programme gratuit de procréation assistée était le premier du genre en Amérique du Nord. Il offrait à l’époque à tous les couples qui le souhaitaient les trois cycles de la fécondation in vitro (stimulation ovarienne, prélèvement d’ovules et transfert d’embryons).

En 2015, le gouvernement l’abandonnait, prétextant vouloir économiser 47 millions par an. Le programme lui avait coûté 216 millions en quatre ans. Depuis, seuls les couples infertiles sans enfants sont admissibles à l’aide qui prend la forme d’un crédit d’impôt modulé en fonction de leur revenu.

Pour l’an dernier, le ministère des Finances estime qu’il lui en aura coûté 21 millions, soit environ trois fois moins que l’ancienne mouture du programme (environ 60 millions par an). Sans remboursement, chaque cycle de fécondation in vitro peut coûter plusieurs milliers de dollars.

Réaction de Barrette

Relancé à ce propos mardi, le ministre Gaétan Barrette a dit qu’il n’était pas question de revenir là-dessus. « Je pense qu’on a déjà un programme qui est généreux. […] Les montants d’argent disponibles ne sont pas infinis, et il faut faire des choix », a-t-il soutenu. 

Invité à réagir, le Parti québécois a dit être d’accord avec la Coalition avenir Québec mardi. « On s’est battu bec et ongles contre la découverture de la procréation assistée. On a toujours dit qu’on voulait la réinstaurer », a déclaré le chef du PQ, Jean-François Lisée, en ajoutant qu’il faudrait la baliser.

Quant à savoir comment « baliser », le PQ et la CAQ recommandent tous les deux de se baser sur le rapport 2014 du défunt Commissaire à la santé. Sans dire jusqu’à quel montant et jusqu’à quel âge la FIV devait être remboursée, ce dernier avait recommandé de « mieux encadrer le programme », de contrôler ses coûts, d’offrir un meilleur accès à la FIV en région et d’évaluer ses effets sur la santé.

Éviter les grossesses multiples

Mardi, l’Association Infertilité Québec était aux côtés de la CAQ pour réclamer le retour de l’ancien programme.

Sa vice-présidente, Martine Vallée-Cossette, a fait valoir que les barrières financières actuelles « mènent actuellement à une hausse du nombre de grossesses multiples ». Sans fécondation in vitro, les gens recourent le plus souvent à l’insémination artificielle, laquelle est toujours remboursable.

Or Mme Vallée-Cossette plaide que les chances sont beaucoup plus élevées d’avoir des grossesses multiples de cette façon, ce qui « occasionne des coûts au niveau de la santé ».

En mars dernier, la clinique OVO avait révélé que le taux de grossesses multiples chez ses patients avait doublé au cours de l’année 2016, passant de 5 à 10 %. À l’échelle de tout le Québec, le taux était passé de 25,6 % avant la création du programme (en 2009) à 7,6 % en 2012.

Correctif

Une version précédente du texte affirmait que Martine Vallée-Cossette était présidente de l'Association des couples infertiles du Québec. Mme Vallée-Cossette est plutôt vice-présidente du regroupement, qui porte maintenant le nom d'Association Infertilité Québec. Nos excuses.

2 commentaires
  • Marguerite Paradis - Abonnée 29 novembre 2017 05 h 14

    ATTACHEZ-LES QUELQU'UN

    Monsieur Paradis et autres caquistes, pouvez-vous faire silence et, ensuite, faire tourner une idée dans votre tête avec éclairage au moins 30 fois avant de parler?
    Rappel : un enfant, ce n'est pas une marchandise pour nourrir l'appétit gargantuesque d'un système économique.
    Vraiment, vous n'avez rien à suggérer qui donner le goût de se lever le matin et penser à faire des enfants le soir venu ;)
    À bons entendeurs.
    M.P.

  • Michel Lebel - Abonné 29 novembre 2017 10 h 41

    La vielle droite!


    Ils sont des sacrés rigolos ces caquistes pro-natalité! Travail-famille-patrie, ça me rappelle un certain maréchal de la douce France ou un discours anti-immigrant de Marine Le Pen. C'est toujours la bonne vieille droite, apprêtée à une sauce plus moderne.

    M.L.