La crème solaire, en mettre ou pas?

Cette semaine, Santé Canada avait annoncé vouloir enquêter sur divers produits solaires à la suite de plaintes déposées par trois consommateurs.
Photo: iStock Cette semaine, Santé Canada avait annoncé vouloir enquêter sur divers produits solaires à la suite de plaintes déposées par trois consommateurs.

Même si le soleil joue à cache-cache ce printemps, l’innocuité des écrans solaires est remise en question par plusieurs parents et consommateurs alertés par les récents cas d’enfants affectés de réactions cutanées graves. Faut-il s’alarmer ?

Santé Canada a annoncé mercredi avoir reçu en cours de journée sept nouveaux rapports de réactions adverses aux produits solaires pour enfants et bébés Banana Boat, ce qui porte à dix le nombre de cas recensés depuis le début de la saison.

Plus tôt cette semaine, l’organisme de surveillance canadien avait déjà annoncé son intention d’enquêter sur ces produits à la suite de plaintes déposées par trois consommateurs de différentes régions canadiennes — dont une mère de Cacouna au Québec — affirmant que leurs bébés ont souffert de « brûlures chimiques » après avoir été badigeonnés avec de la crème ou des lotions pulvérisées Banana Boat.

Les photos de ces enfants au visage rougi, boursouflé et affecté de cloques ont largement circulé au cours des derniers jours sur les réseaux sociaux, soulevant des craintes de parents à l’égard des écrans solaires. Les recettes de lotion « maison » ont même retrouvé une certaine popularité sur Internet.

Nouveaux rapports

Santé Canada a précisé mercredi que quatre rapports de brûlures concernant des enfants âgés de 14 mois à 9 ans étaient liés à des produits Banana Boat pour enfants, alors que trois autres rapports, touchant des « bébés de 5 mois à l’âge adulte », ciblaient les produits Banana Boat Kids. Une version en vaporisateur pour bébé est aussi associée à la brûlure d’un nourrisson rapportée cette semaine par une mère de Terre-Neuve. La compagnie a fait l’objet de seize rapports depuis la mise en place d’un mécanisme de rapport en 1966.

Selon Maryse Durette, la conseillère principale à Santé Canada, le suivi se poursuit auprès du fabricant, Edgewell Personal Care Canada, pour vérifier l’innocuité du produit. L’enquête est trop peu avancée pour dire si des ingrédients pourraient être ou non en cause, dit-elle.

La compagnie Banana Boat, pour sa part, affirme sur les réseaux sociaux que tous ses produits répondent aux normes de Santé Canada et que des échantillons du même lot que ceux utilisés par les plaignants ont été retestés, et jugés sécuritaires. Par contre, la page Facebook de la compagnie abonde de commentaires négatifs de la part de consommateurs, faisant parfois état de brûlures similaires.

Dangereux ou pas ?

Les ingrédients actifs utilisés comme filtres chimiques contre les rayons UVB dans les produits de protection solaire courants sont les mêmes au Canada depuis au moins 15 ans, affirme Lionel Ripoll, professeur à l’Université du Québec à Chicoutimi et coordonnateur du Département d’études spécialisées en cosmétologie. « Depuis ce temps, Santé Canada n’a pas autorisé de nouveaux filtres, donc il s’agit de produits homologués depuis très longtemps », note ce spécialiste.

À son avis, les études scientifiques n’ont pas démenti l’innocuité des filtres chimiques actuels, mais il est toujours possible que des réactions allergiques puissent survenir, surtout chez les jeunes enfants. Bien des facteurs peuvent entrer en jeu, notamment l’interaction avec d’autres produits cosmétiques et la photosensibilité, dit-il.

« Ces réactions sont rares. Il faut les mettre en perspective avec les risques posés par l’exposition au soleil. Au Canada, le tiers des cancers sont des cancers de la peau », souligne M. Ripoll.

Un facteur trompeur

N’empêche que les pratiques de marketing du marché des écrans solaires ont amené certaines autorités de santé publique et l’Association canadienne de santé publique à proposer de limiter à 30 le FPS (facteur de protection solaire) de ces produits. Selon elles, les FPS élevés poussent les consommateurs à se croire faussement protégés et à s’exposer plus longtemps au soleil. Or, la différence entre un FPS 30 (97 % des rayons UVB bloqués) et 50 (98 %) est infime.

La Communauté européenne interdit quant à elle depuis 2007 l’étiquetage mentionnant « écran total » ou « protection totale ». Les écrans solaires peuvent contenir des filtres physiques qui bloquent les rayons nocifs, notamment les UVB, alors que les filtres chimiques absorbent les rayons. Les rayons UVB sont associés au risque de cancer de la peau, alors que les UVA sont responsables du vieillissement prématuré de l’épiderme.

Des craintes

Le groupe de recherche et de lobby environnemental américain EWG allègue que les trois quarts des 1800 produits de protection solaire vendus aux États-Unis offrent une protection inférieure à celle déclarée, et que certains contiennent même des perturbateurs endocriniens. À la suite de désordres hormonaux observés sur des rats de laboratoire, l’organisme s’inquiète de la toxicité de certains composés chimiques, et non des réactions adverses, telles que celles observées cette semaine au Canada.

Au banc des accusés de EWG, l’oxybenzone, un filtre chimique qui causerait ces troubles hormonaux, du moins chez les rongeurs, et le retinyl palmitate, utilisé aussi dans les crèmes anti-âge. Mais selon le professeur Ripoll, ces produits sont inoffensifs aux doses contenues dans les crèmes solaires, limitées par Santé Canada à 6 % pour l’oxybenzone. Ce produit est aussi autorisé en Europe, au Japon, en Australie et aux États-Unis.

« Je trouve pertinent qu’il y ait des sonnettes d’alarme tirées. Par précaution, on peut choisir des filtres physiques pour les enfants, avec de l’oxyde de zinc ou de titane. Mais je m’inquiéterais bien davantage de l’exposition au soleil que de la possibilité de réaction ou de l’impact potentiel allégué à l’égard de ces produits », affirme le professeur Ripoll.

3 commentaires
  • Loraine King - Abonnée 1 juin 2017 07 h 31

    C'est le temps

    des vêtements en voile de coton, manches, jupes longues, et des chapeaux.

  • Jocelyne Bellefeuille - Abonnée 1 juin 2017 10 h 00

    Et ....

    un voile avec ça?

    • Loraine King - Abonnée 1 juin 2017 13 h 25

      Non, il faut un chapeau avec un grand rebord qui jette de l'ombre au visage et au cou. Le taux de cancer de la peau n'est pas un dictum du Coran. Libre à vous de vous protéger ou pas.