Sièges d’auto: plus de la moitié des enfants sont mal attachés

60 % des enfants ne sont toujours pas attachés de façon optimale en voiture.
Photo: Juan Monino Getty Images 60 % des enfants ne sont toujours pas attachés de façon optimale en voiture.

Cinq ans après l’adoption de normes plus sévères pour les sièges d’auto pour enfants, 60 % des enfants ne sont toujours pas attachés de façon optimale en voiture et le nombre total d’enfants blessés lors d’accidents de la route n’a pas fléchi de façon importante.

Les plus récents chiffres de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) démontrent que le nombre total de passagers de 15 ans et moins atteints de blessures graves ou légères a chuté de 1821 en 2011 à 1588 en 2012, pour grimper de nouveau à 1711 en 2016.

Dans toutes les autres catégories d’âge, même chez les adolescents, une baisse importante du nombre de blessés a été observée ces dernières années.

Mais selon un médecin-conseil de l’Institut national de la statistique (INSPQ), il faut interpréter ces chiffres avec prudence, compte tenu du petit nombre d’enfants impliqués dans des accidents graves.

Le nombre de blessures mortelles a diminué chez les tout-petits (de 0 à 4 ans) et chez les 5 à 9 ans, de même que les blessures graves dans ces deux catégories, si l’on compare la période de 2011-2013 à celle de 2014-2016, soutient le Dr Michel Lavoie, de l’INSPQ.

« Il y a peu de grands changements à long terme quand on compare ces deux périodes, et les accidents sont dus à des causes multifactorielles, note-t-il. Il semble y avoir une stagnation. »

Abandon trop rapide

Par ailleurs, une majorité d’enfants sont toujours mal attachés à bord des véhicules, révèle une campagne menée depuis trois ans par le CHU Sainte-Justine et la Sécurité publique d’Outremont.

Sur quelque 1000 sièges inspectés, pas moins de 62 % ont nécessité des correctifs pour les rendre pleinement sécuritaires. « Même si le siège choisi est le bon, les enfants ne sont pas attachés assez serré ou avec la pince de poitrine au mauvais endroit », explique Nathalie Drouin, conseillère en sécurité routière à la SAAQ.

L’abandon trop rapide du siège d’appoint, requis depuis 2002 pour les enfants mesurant moins de 63 cm en position assise, pour la ceinture seule pose aussi problème.

Pour réduire les blessures graves lors de collisions, plusieurs organismes de santé, dont l’INSPQ, pressent Québec de hausser à 74 cm la taille requise en position assise pour passer à la ceinture seule. Cette recommandation a été réitérée en mars dernier lors des consultations sur la refonte du Code de la sécurité routière.

« Le siège d’appoint est souvent abandonné dès l’entrée à l’école primaire. Or certains enfants n’atteignent 74 cm en position assise que vers huit ans et demi, note le Dr Lavoie. Viser 74 cm ou l’âge de huit ans serait plus optimal. »