Épidémie de rougeole, la nouvelle menace

Une dose du vaccin combiné contre la rougeole, la rubéole et les oreillons (RRO)
Photo: Damian Dovarganes Archives Associated Press Une dose du vaccin combiné contre la rougeole, la rubéole et les oreillons (RRO)

Ceux qui sont contre la vaccination pourraient bien se réjouir en 2017 de leur première grande victoire : grâce à eux, on pourrait assister à la première grande épidémie de rougeole en Amérique du Nord en un demi-siècle.

Selon le pédiatre américain Peter J. Hotez, on en voit déjà les premiers signes avant-coureurs dans son État, le Texas. On y recensait cet automne 45 000 enfants qui ont reçu une « exemption non médicale », c’est-à-dire le droit de refuser d’être vacciné à l’école, pour des raisons religieuses ou personnelles.

Et un mouvement local fait campagne pour inciter les parents à connaître et à utiliser cette « clause de conscience », alerte dans le New York Times Peter Hotez, qui est aussi directeur du Centre pour le développement des vaccins à l’Hôpital pour enfants du Texas.

Un mythe qui a la vie dure

Le mythe d’un lien entre vaccin et autisme pourrait même regagner du terrain, avec l’intérêt que semble porter le président Donald Trump à l’un des chefs de file du mouvement antivaccination, l’activiste Robert Kennedy Jr.

La rougeole, comme la vaccination tend à nous le faire oublier, a déjà été l’une des maladies les plus dangereuses, en partie parce qu’elle est l’une des plus contagieuses : avant la généralisation du vaccin, les services de santé estimaient qu’une seule personne infectée pouvait en contaminer plus d’une douzaine.

Cela signifie que plus le nombre d’enfants non vaccinés augmente, plus le risque qu’un enfant ou un adulte infecté contamine des enfants qui n’ont pas encore atteint l’âge de recevoir le vaccin augmente lui aussi.

Dans le monde, selon l’Organisation mondiale de la santé, plus de 100 000 enfants meurent chaque année de la rougeole.

4 commentaires
  • Carmen Labelle - Abonnée 13 mars 2017 13 h 17

    Nouvelle campagne de peur et de culpabilisation

    Nouvelle campagne de peur et de culpabilisation. La santé devient comme la météo, on fait des prévisions catastrophiques qui se concrétisent rarement, comme dans le cas de la grippe H1N1 ou l'Ébola en Amérique. Je suis de la génération d'avant le vaccin contre la rougeole. Je l'ai eu, ainsi que beaucoup des enfants de ma classe et ma petite soeur qui était bébé; personne n'est mort. Par contre, ma fille à 13 mois a fait une grave réaction au vaccin RRO. J'ai commençé à me poser des questions à ce moment là.Dans le rapport dont vous mettez le lien dans votre article, il est bien dit que la presque totalité des morts ont lieu dans les pays défavorisés, donc où la santé des personnes est déficiente; et ce sont les complications qui sont le risque. Or on a encore plus de moyens de les traiter que dans ma jeunesse.La pharmacologie veut nous faire oublier que nous avons un système de défense naturel qui s'appelle le système immunitaire et qui est généralement très efficace pour neutraliser les bactéries et virus. Pourquoi ne pas plutôt insister sur la promotion de la santé en prévention? Parce que ça n'enrichit pas l'industrie?

    • Maxime Parisotto - Inscrit 13 mars 2017 17 h 56

      Clairement, vous ne connaissez absolument rien à la science derrière la vaccination et vous cherchez à tirer des conclusions à partir de votre propre cas, qui est par définition isolé. Et en plus, vous qui semblez opposée à la vaccination, si ça se trouve, vous racontez ce qui vous arrange pour appuyer votre idéologie. On est pas obligés de vous croire, mettons. Les réaction allergiques au vaccin RRO sont extrêmement rares (alors vous être très malchanceuse). Le vaccin est connu pour être très très sûr (ce sont des données scientifiques ça, pas une opinion).

      Expliquez-moi ce que vous entendez par prévention, parce que pour prévenir la rougeole, seule la vaccination fonctionne, si la couverture est au dessus de 95%. Ça aussi c'est un fait scientifique. Et les complications de la rougeole sont très difficiles à gérer même dans un système de santé occidental. Rien à voir avec le fait que la plupart des morts sont dans des pays défavorisés...madame...désolé mais la raison pour laquelle plus de gens meurent de la rougeole dans les pays défavorisés c'est que...il y a beaucoup plus de malade là bas...parce qu'il ne sont pas vaccinés...

      Vous ne comprenez pas comment fonctionne le système immunitaire, c'est asez évident. La pharmacologie ne cherche pas à nous faire oublier qu'on a un système immunitaire. C'est exactement le contraire, on se sert des propriétés naturelles du système immunitaire quand on vaccine. Ça s'appelle la mémoire de l'immunité. Faites vos devoir madame.

      Vous finissez par une beau sophisme (un de plus!). Le fait que l'industrie pharmaceutique fasse de l'argent n'est pas un critère qui permet de démontrer que la vaccinarion est nuisible et inutile. Aucun rapport.

      La vaccination est sécuritaire et efficace, c'est l'invention médicale qui a sauvé le plus de vie de l'histoire de l'humanité. De très loin.
      C'est démontré scientifiquement.
      Bonne soirée.

    • Patrick Archer - Abonné 13 mars 2017 18 h 21

      L'industrie s'enrichit bien plus en vendant des médicaments aux gens malades qu'avec les vaccins pour prévenir la maladie.

    • Antoine Caron - Abonné 13 mars 2017 20 h 41

      En tant que scientifique avec plus de 20 ans d'expérience en recherche, je ne peux passer sous silence vos propos. Où sont les analyses qui prouvent vos dires?

      Pour avoir travaillé longtemps dans le milieu de la biologie médicale, je vous dirais que si vous ne pouvez pas croire dans les informations que vous lisez sur les sites de Santé Canada, du MSSS, ou de l'ONU, je pourrais facilement vous citer nombre de recherches hautement crédibles qui démolissent catégoriquement toutes les pseudo-études qui prétendent dire que les vaccins ont plus d'inconvénients que d'avantages.

      Tout un chacun, par ouï-dire, connait quelqu'un qui a eu des complications suite à un vaccin. Toutefois, la réalité est plutôt que la plupart des symptômes graves pouvant faire suite à un vaccin ne sont habituellement que de l'ordre de un sur un million. À l'inverse, et au contraire de ce que vous prétendez, les enfants meurent dans les pays sous-développés par manque de vaccination. Conséquemment, ce qui est grave, c'est que les antivaccins croient qu'ils sont protégés par leur "système immunitaire" incroyable, alors qu'en fait ils sont protégés par le fait que la grande majorité de la population est vaccinée.

      En définitive, ne pas se faire vacciner est simplement un excellent moyen de potentiellement mettre en danger la vie d'enfants qui ont justement un moins bon systéme immunuitaire. Il faut arrêter de voir des complots partout, même Amir Khadir est pour la vaccination, alors...

      Antoine Caron, biologiste