Les spécialistes retiennent les services de Lucien Bouchard

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette improvise, accusent les médecins spécialistes.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le ministre de la Santé Gaétan Barrette improvise, accusent les médecins spécialistes.

Évoquant la possibilité de recours juridiques contre le gouvernement, les médecins spécialistes ont retenu les services de l’ancien premier ministre et avocat Lucien Bouchard pour défendre leurs intérêts. Ils demandent aussi le retrait du ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, des négociations sur les épineux dossiers des frais accessoires et des échographies en cabinet.

« Les délégués des spécialités médicales ont entériné un plan qui sera orienté sur notre droit de défendre les conditions d’exercice de la médecine spécialisée dans les établissements. Ces enjeux majeurs et de nature juridique découlent notamment des décisions, règlements, projets de loi et lois initiés par le ministre de la Santé », a fait savoir la présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), Diane Francoeur, dans un communiqué émis en soirée jeudi.

Plus tôt dans la journée, les spécialistes avaient tenu un point de presse pour réclamer que les négociations soient confiées au Conseil du Trésor. La FMSQ demande à changer de vis-à-vis, croyant que Pierre Moreau fera preuve de plus de mesure que son collègue.

À une semaine de l’entrée en vigueur de l’abolition officielle des frais accessoires en cabinet, aucune entente n’est encore survenue entre le gouvernement et les fédérations médicales.

Le cabinet du ministre Barrette a fait savoir qu’il n’était pas question pour lui de se retirer du dossier et que la négociation « allait aboutir, dans l’intérêt des patients ».

« Le temps presse, ce sera le chaos [la semaine prochaine], a averti la Dre Francoeur en conférence de presse, entourée de plusieurs de ses collègues. La précipitation du ministre va causer des bris de service. »

Concertation des professionnels de la santé

Par ailleurs, dans une exceptionnelle prise de position commune, la FMSQ, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP) et l’Association des optométristes du Québec (AOQ) ont demandé jeudi à Gaétan Barrette de « mettre fin à l’incertitude dans laquelle sont plongés les patients et aînés du Québec en clarifiant une fois pour toutes la réglementation touchant l’abolition des frais accessoires dans les cliniques, pharmacies et cabinets d’optométristes ».

Avec la fin des frais accessoires, il n’est pas clair si les professionnels de la santé peuvent continuer à faire les mêmes interventions auprès des patients, et selon quel mode de rémunération, s’inquiètent-ils. « Nous n’avons eu aucune confirmation écrite de la part de Québec qui nous permette de donner des indications claires à nos membres, explique le président de l’AQPP, Jean Thiffault. Il y a de nombreuses contradictions entre les documents du ministère et les entrevues données par le ministre. On attend toujours la rencontre promise avec le ministère. »

3 commentaires
  • Colette Pagé - Inscrite 19 janvier 2017 17 h 50

    L'effet boomerang !

    Se pourrait-il que les médecins spécialistes manquent cruellement de gratitude et de reconnaissance envers leur ex-négociateur qui leur sert désormais la même médecine que celle qu'il a utilisait jadis avec le Gouvernement.

    Une négociation qui a lui a permis de faire plier les Ministres de la santé successifs.

  • Andrée Le Blanc - Abonnée 19 janvier 2017 18 h 39

    Au delà de la rémunération des spécialistes...

    À chaque fois que Dre Francoeur parle, il y en a qui ne pensent qu'à la rémunération (bien exagérée, je trouve aussi) des spécialistes. Cependant, une grande partie de ce que dénonce la présidente de la Fédération est vécu par le réseau complet de la santé et des services sociaux: M. Barrette est le seul à avoir raison, ses solutions sont parfaites et ceux qui ne les encensent pas sont de parfaits idiots selon lui. Rien n'échappe à ses décisions unilatérales: il n'y a pas un seul recoin du système de santé et surtout des services sociaux qui ne soit bousculé, piétiné par ses réformes à sens unique. Et tout le cabinet libéral applaudit encore ce ministre qui écrase tout le monde, du plus humble salarié à statut précaire du réseau jusqu'aux médecins spécialistes les plus scolarisés (et payés, insisterez-vous pour que je dise). Ce sont tous les recoins du réseau qui sont à l'envers, faut le voir aussi.

  • Yvon Robert - Abonné 20 janvier 2017 09 h 23

    Question de stratégie

    Barette devrait accepter leur proposition de confier les négociations monétaires
    au ministre Moreau contre leur engagement à mettre fin à la prise d'otages des malades et d'être payé rétroactivement.

    Il pourrait alors consacrer plus de temps à faire la promotion des succès engendrés par les réformes,il y a des groupes de médecines familiales ,des urgences qui fonctionnent bien,en d'autres termes prendre du temps pour mieux expliquer vos politiques à la population.

    Actuellement les syndicats de la santé occupent toute la place.