Un «fédéralisme prédateur», accuse Barrette

Bill Morneau
Photo: Fred Chartrand La Presse canadienne Bill Morneau

En coupant court aux discussions avec les provinces quant au financement de la santé et en fixant unilatéralement les sommes qu’il entend y consacrer, le gouvernement Trudeau pratique un « fédéralisme prédateur » et met en péril le bien-être des Canadiens, tonne le ministre québécois de la Santé, Gaétan Barrette, à quelques jours d’une importante rencontre à Ottawa.

Les négociations d’un nouvel accord sur la santé s’annoncent difficiles, dimanche et lundi, dans la capitale fédérale.

Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, s’est dit prêt, vendredi, à offrir davantage de fonds que prévus pour les soins à domicile et la santé mentale, mais à la condition que les ministres de la Santé du Canada et des provinces parviennent à ratifier l’entente sur les transferts d’ici lundi.

« Ça se règle lundi, a insisté Bill Morneau dans une entrevue au réseau CBC. Si on peut s’entendre sur un accord qui compte des résultats mesurables, de meilleurs soins à la maison pour les Canadiens, de meilleures possibilités pour la santé mentale, [le fédéral] investira davantage. Mais si on ne s’entend pas […] on va s’en tenir à nos promesses de campagne. » Les libéraux s’étaient alors engagés à investir 3 milliards sur quatre ans dans les soins à domicile et un montant non précisé en santé mentale, même si la santé est de compétence provinciale.

M. Morneau et Jane Philpott, la ministre fédérale de la Santé, sont déterminés à abaisser à 3 % les transferts fédéraux en santé à partir du printemps prochain, en baisse par rapport aux 6 % que reçoivent les provinces et territoires depuis 2004. « On ne parlera pas des pourcentages. Ce que proposent les provinces est en dehors de ce que l’on peut considérer », a-t-il ajouté, évoquant l’économie précaire.

Barrette est furieux

Cela n’a pas empêché Gaétan Barrette de dénoncer vertement l’approche des libéraux de Justin Trudeau au cours d’une entrevue accordée au Devoir. Bien qu’il soit d’accord d’investir dans ces deux secteurs, le ministre a rappelé maintes fois que le financement en santé ne devrait être assorti d’aucune condition.

« Bill Morneau, c’est complètement déplorable comme attitude. On est à minuit moins trente secondes, il n’y a eu aucune négociation formelle quant à la santé, et là, il arrive et nous impose sa position sans négociation, et sans égard à nos champs de compétence », a-t-il déploré.

« C’est un fédéralisme prédateur », a ajouté le Dr Barrette. Les provinces et Ottawa doivent prendre le temps de négocier sans une échéance aussi rapprochée.

Il a appelé Justin Trudeau à rappeler à l’ordre son ministre des Finances au plus vite.

La position des libéraux fédéraux ne tient aucunement compte des besoins réels de la population. Pire, elle entraînera une diminution de l’accès aux soins de santé dont ils ont le plus besoin, a prétendu M. Barrette. « On dirait que l’équipe de Justin Trudeau s’intéresse plus au pot qu’aux citoyens », a-t-il même lancé.

4 commentaires
  • Gilles Teasdale - Abonné 17 décembre 2016 10 h 08

    Canadien à n'importe quel prix.

    Rien ne sert de crier au loup ,votre cher canada à le gros bout du bâton et nous allons subir comme d'habitude nous allons subir leurs décision.

  • Normand Pleau - Inscrit 17 décembre 2016 11 h 00

    Faire une petite crise, puis entrer dans son terrier

    Certains ministres libéraux du Québec piquent souvent des petites crises pour obtenir ce qu’ils veulent d’Ottawa, mais finissent toujours par entrer dans leur terrier pour ne pas nuire à l’unité canadienne. Quand comprendront-ils qu’on serait mieux servi par nous-mêmes?

  • Bernard Terreault - Abonné 17 décembre 2016 11 h 37

    Il charrie

    Constitutionnellement, la santé est une responsabilité provinciale. Le fédéral n'a aucune obligation de contribuer à son financement. Les provinces n'ont qu'à ajuster leurs taxes et impôts pour en couvrir les coûts. La seule raison pour le fédéral de les financer est d'aider les provinces les plus pauvres à partir d'impôts perçus dans les provinces plus riches, c'est une sorte de péréquation.

  • Robert St-Onge - Abonné 17 décembre 2016 11 h 46

    Les prédateurs, Barret y connait ca.

    Ici au Québec, ce sont les fédérations de médecins qui son prédateurs. Ils prennent tout ce qu'elles peuvent et redonne le moins possible. En Ontario, on songe sérieusement à rappeler à l'ordre les médecins à un million et plus par année. Au lieu de s’occuper des patates en poudre, Monsieur Barrette pourrait commencer par la si il veut plus d’argent pour les services. Le fédéral a peut-être raison de s’inquiéter de la manière que l’argent consacré à la santé est dépenser.
    Suggestion pour monsieur « multiple chapeau » Barette; j’aimerais recevoir une copie de la facture que le médecin que je consulte envoi au gouvernent que je finance. Il semble trouver ridicule cette idée-là. Cela semble être une insulte au membre de sa profession. Pourtant, en imposant un tel régime dans les bars et restaurants on est allé récupérer des sommes considérables. En plus, il ferait surement plaisir aux firmes privé aux quelles, selon ce que j’ai entendu dire, les médecins confie la facturation au gouvernement des services qu’ils ont offert à la population.