Les échographies en cabinet gratuites dès janvier

La FMSQ et l’Association des radiologistes craignent un exode des technologues en imagerie médicale du public.
Photo: iStock La FMSQ et l’Association des radiologistes craignent un exode des technologues en imagerie médicale du public.

Gaétan Barrette refuse catégoriquement de reporter l’entrée en vigueur de la gratuité des échographies en cabinet tel que demandé par les médecins spécialistes jeudi. Le ministre de la Santé et des Services sociaux prévoit que les patients pourront sortir leur carte soleil plutôt que leur carte de crédit en cabinet en janvier prochain. Il accuse les médecins de vouloir protéger les profits substantiels qu’ils dégagent actuellement de leurs activités à l’extérieur de l’hôpital.

La Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) et l’Association des radiologistes disent craindre que cela ne provoque un exode des technologues en imagerie médicale, déjà trop peu nombreux, des hôpitaux vers les cabinets privés. En conférence de presse, jeudi, la présidente de la FMSQ, la Dre Diane Francoeur, a formellement demandé au ministre Barrette de suspendre la mesure le temps de s’asseoir avec les médecins pour trouver des solutions.

« Nous sommes d’accord que l’échographie doit être gratuite pour les patients, a affirmé la Dre Francoeur. Mais nous sommes très inquiets d’un exode vers le privé. »

Le président de l’Association des radiologistes, le Dr Vincent Oliva, croit que la gratuité « n’est pas réalisable demain matin ». « On va faire exploser le système ! » a-t-il lancé devant les journalistes. Il indique que, déjà au CHUM, où il pratique, trois technologues d’expérience ont quitté leur emploi pour le privé en raison des horaires avantageux.

Le Dr Oliva croit que Québec pourrait plutôt augmenter la capacité des hôpitaux à faire des échographies avec un investissement comme celui qui a été consenti cette semaine dans le domaine de la coloscopie.

« On tend la main au ministre, nous voulons discuter des solutions », a-t-il ajouté.

Barrette intraitable

Une main tendue que ne saisira pas le principal intéressé, a-t-il confirmé en entrevue avec Le Devoir.

Gaétan Barrette accuse les médecins de cacher la principale motivation de leur contestation : la perte de profits substantielle qui se profile à l’horizon. Bien que les négociations sur le tarif que Québec leur consentira pour les échographies en cabinet soient toujours en cours, le ministre soutient que ces honoraires seront « nettement en deçà de ce qui est facturé aux patients actuellement ».

Il souhaite imposer des honoraires équivalant à ceux payés à l’hôpital, plus un remboursement pour les frais d’opération en cabinet reflétant les coûts réels d’opération, tels que calculés par une firme externe. « On va donner le coûtant. La marge de profit disparaît », a expliqué le ministre.

Il exclut la possibilité d’investir pour augmenter la capacité en échographie au public pour l’instant, puisque les équipements et les locaux qui existent dans les cabinets peuvent d’abord être utilisés à leur plein potentiel, soutient-il.

Le ministre doit encore déposer un règlement pour rendre le tout officiel, ce qu’il promet de faire sous peu.

1 commentaire
  • Denis Gobeille - Abonné 2 décembre 2016 08 h 42

    RIEN N'EST GRATUIT

    Dans les années soixantes, les journalistes heureux parlaient de soins de santé gratuit, mais une bonne démarche d'information devrait primé en réflichissant au mots qu'ils utilisent. Tous les soins de santé sont payant au Québec.