Des femmes médecins victimes de discrimination à l’embauche

Un sondage révèle que près d’une résidente en médecine sur trois a été interrogée sur son intention d’avoir des enfants lors d’un entretien d’embauche. Chez les hommes, ce sont 14 % d’entre eux qui ont dû répondre à de telles questions. 
Photo: iStock Un sondage révèle que près d’une résidente en médecine sur trois a été interrogée sur son intention d’avoir des enfants lors d’un entretien d’embauche. Chez les hommes, ce sont 14 % d’entre eux qui ont dû répondre à de telles questions. 

Les résidentes en médecine disent être victimes de discrimination. Elles rapportent que les questions sur leur intention d’avoir des enfants ne sont pas rares lorsque vient le moment d’être embauchées dans le réseau de la santé.

Un sondage révèle que près d’une résidente en médecine sur trois a été interrogée sur son intention d’avoir des enfants lors d’un entretien d’embauche. Chez les hommes, ce sont 14 % d’entre eux qui ont dû répondre à de telles questions. Tous sexes confondus, un résident en médecine sur quatre rapporte s’être fait demander s’il avait des enfants lors d’un entretien d’embauche.

Ce sondage a été dévoilé jeudi par la Fédération des médecins résidents du Québec (FMRQ), qui demande maintenant au gouvernement de corriger la situation, qualifiée d’inacceptable.

Ce sont 772 médecins résidents qui ont participé au sondage, dont 419 avaient passé une entrevue d’embauche.

La Dre Isabelle Vachon est résidente en obstétrique-gynécologie. Elle observe que les étudiantes en médecine font encore face au sexisme. « De ne pas se faire prendre au sérieux, c’est encore une réalité, déplore celle qui est aussi vice-présidente de la FMRQ. C’est assez dommage en 2016 d’avoir encore ces problématiques. » Alors que les femmes sont majoritaires dans certaines spécialités et qu’elles comptent pour près de 74 % des médecins de moins de 30 ans, « certains patrons et certains collègues ont encore aujourd’hui une considération différente pour une femme médecin », dit-elle.

« La vapeur tend à se renverser parce que nous avons de plus en plus de patronnes qui sont des femmes avec la féminisation de la profession, mais on craint que les hommes soient favorisés [si on affirme vouloir des enfants], surtout dans certaines spécialités », ajoute la Dre Vachon.

Le fait de se faire questionner de la sorte est un motif suffisant pour déposer une plainte à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse. En vertu de l’article 18 de la Charte, un employeur ne peut pas requérir de renseignements sur des motifs qui contreviennent à l’égalité, notamment sur le sexe et la grossesse. À moins que ce soit pour appliquer un programme d’accès à l’égalité, comme ceux qui privilégient, à compétence égale, les femmes ou des membres des minorités.

Les jeunes médecins pourraient craindre les répercussions d’une plainte sur leur carrière, avance la Dre Vachon. « Le nombre de postes est restreint, c’est de plus en plus difficile de trouver du travail », remarque-t-elle.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) invite le réseau à « adopter une attitude non discriminatoire ». « La Charte des droits de la personne interdit toute forme de discrimination. Si ces pratiques ont cours, ce n’est pas acceptable », indique la responsable des communications au MSSS, Marie-Claude Lacasse. Toute personne qui s’estime lésée peut porter plainte à la CDPDJ, ajoute-t-elle.

La discrimination en médecine est un phénomène assez bien documenté. Par exemple, une enquête menée chez des médecins cliniciennes-chercheuses aux États-Unis et publiée en mai 2016 dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) a également mis en lumière que 66 % d’entre elles avaient vécu de la discrimination basée sur le sexe dans leur carrière, et que 30 % avaient vécu du harcèlement sexuel, lequel allait des remarques verbales à l’agression sexuelle, en passant par le chantage de nature sexuelle.

2 commentaires
  • Richard Le Blanc - Abonné 25 novembre 2016 07 h 13

    Il faudrait inclure les MDs sur le spectre de l'autisme

    Extrait d'une lettre ouverte qui ne demande qu'à être publiée: "J'avais pour intention de terminer cette lettre en vous demandant de procéder à ma pleine réhabilitation professionnelle. À cet effet, je vous fais remarquer que je n’ai pas touché ce généreux salaire de spécialiste que vous assez si habilement négocié pour mes pairs pendant plus de la moitié des années 2000-2015 : cela aussi reflète la réalité des personnes sur le spectre. Quinze années de vaines démarches m’ont cependant cruellement enseigné que je ne pourrai compter ni sur votre empathie ni sur celle de mes pairs. Je me contenterai donc d’aller au plus simple : je vous demande, M le Ministre, de faire cesser toute discrimination envers les médecins professionnels du Québec œuvrant sur le spectre. "

  • Richard Boudreau - Abonné 25 novembre 2016 09 h 09

    Conclusion hâtive?

    J'ai participé au recrutement de plus de cinquante médecins pour l'établissement dont j'étais un directeur. J'ai toujours discuté avec les candidats de leurs projets de famille. Je ne crois pas l'avoir fait plus souvent avec les candidates qu'avec les candidats, mais c'est possible étant donné mon éducation un peu ancienne. Jamais je n'ai imaginé que mes questions pouvaient être interprétées comme étant de la discrimination. Nos questions portaient sur des valeurs qui allaient favoriser les candidats sur leur intégratin avec la qualité de vie professionnelle et personnelle que nous souhaitions pour nos équipes.
    Malheureusement, aujourd'hui, il faut marcher sur des oeufs au risque d'une mauvaise interprétation des intentions des recruteurs. Maudites conclusions hâtives!