Barrette va uniformiser les ratios d’infirmières-patients

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a reconnu jeudi qu’il fallait intervenir pour uniformiser les ratios d’infirmières-patients dans les CHSLD. Il s’engage à régler le problème.

Le nombre d’infirmières présentes au même moment dans les Centres hospitaliers de soins de longue durée (CHSLD), qui accueillent en général des personnes très âgées et des handicapés, peut varier beaucoup d’un établissement à l’autre, risquant ainsi de mettre en péril la santé des patients.

Le ministre Barrette s’est engagé jeudi à corriger le tir, mais sans dire s’il allait imposer un ratio minimal partout au Québec.

Sa sortie faisait suite au rapport d’une coroner indiquant qu’au CHSLD Saint-Augustin, à Beauport, près de Québec, une infirmière avait la responsabilité de 175 patients, quand l’un d’eux a rendu l’âme. Complètement débordée, l’infirmière s’est trompée dans le dosage d’un puissant narcotique injecté à un des patients, René Bélanger, un homme de 50 ans lourdement handicapé décédé peu après.


Charge de travail importante

Dans son rapport, la coroner Mélanie Laberge ne blâme pas l’infirmière, mais plutôt la trop lourde charge de travail qui lui était imposée.

Le ministre Barrette a tenté de se faire rassurant en affirmant qu’« en moyenne » les CHSLD respectaient les ratios d’infirmières-patients requis, en admettant cependant que certains s’éloignaient de cette moyenne.

Mais cette époque est révolue, a-t-il affirmé en point de presse et en Chambre, au même moment où se tient à Montréal un forum de deux jours sur les pratiques et les soins prodigués en CHSLD. « C’est le point tournant dans les CHSLD. Il y a des choses à améliorer et ça va se régler », a soutenu le ministre.


Réorganisation

Les CHSLD ne seront donc pas « la cinquième roue du carrosse » du réseau des soins de santé au Québec, a promis le ministre, en s’engageant à revoir l’organisation du travail dans ces centres pour la rendre plus « homogène ».

« Si on est tout à fait dans la moyenne au Québec, il y a des endroits où c’est moins bon. C’est une question d’organisation du travail », a-t-il convenu.

Vendredi après-midi, au terme du forum, M. Barrette va procéder à des annonces pour améliorer les pratiques en CHSLD.

Il a tenu à ajouter que le patient en question, qui a fait l’objet d’une enquête du coroner, était décédé de mort naturelle.

Le député péquiste de Saint-Jean, Dave Turcotte, lui a rappelé que la Commission de la santé et des services sociaux avait remis un rapport unanime au gouvernement, en juin, dans lequel on recommandait au ministre d’évaluer les ratios minimums infirmières-patients dans les CHSLD du Québec.

2 commentaires
  • Josée Pelletier - Abonnée 17 novembre 2016 19 h 49

    Plus ça va, moins ça change

    Ma mère est morte en 1999, d'un cancer de la gorge. Comme je me suis battue avec le CLSC pour la garder à domicile, j'ai eu droit a un répit, au CHSLD du coin... À l'époque, elle prenait des doses de morphine en comprimé. Moi j'avais le droit de les lui administrer à la maison, mais au CHSLD il fallait que ce soit une infirmière, celle qui s'occupait de 4 autre étages (+ ou - 60 patients), ma pauvre mère ne comptait pas beaucoup. Quand je l'ai ramenée à la maison, après 5 jours, il n'y avait plus aucun contrôle de la douleur. C'était horrible. La fois suivante, quand on m'a offert un répit dans ce même CHSLD, j'ai dit non merci. On veut bien mourir, mais pas dans d'atroce douleur par manque de personnel.
    Il dira ce qu'il voudra Barrette, mais en ce qui me concerne, tué moi chez-moi avant de m'emmener dans un CHSLD.

  • Christian Debray - Abonné 18 novembre 2016 06 h 17

    Cet article nous démontre, hors de tout doute, que les personnes handicapées et les personnes âgées sont à risque élevé d’erreur ou d’accident. De plus, les personnes handicapées sont généralement victimes de discrimination.
    Ce sont des facteurs importants qui influencent lourdement les décisions au sujet de la mort assistée. Vous serez un jour les prochains, nous vieillissons tous.
    Pensez-y encore