Le ministre Barrette annonce l’abolition des frais accessoires

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette
Photo: Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a annoncé mercredi, en point de presse, l’abolition des frais accessoires associés aux actes assurés au Québec.

« C’est la résolution d’un irritant qui a été nombre de fois, nombre de fois mis sur la table, et commenté moult fois », a répété le ministre.

 
En résumé, lorsqu’un Québécois présentera sa carte d’assurance maladie, aucun frais ne pourra être facturé, a-t-il illustré. Cela ne vise pas les soins esthétiques, pour lesquels des frais peuvent être facturés, a aussi précisé le ministre.

Il n’y aura qu’une seule exception, qui concerne le transport d’échantillons biologiques prélevés dans un cabinet privé ou un centre médical spécialisé: un montant maximal de 15 $ pourra être facturé au patient pour un prélèvement sanguin. Pour tout autre échantillon biologique, cette somme ne pourra excéder 5 $.

Ces frais accessoires — pour des produits d’anesthésie, de l’azote, des gouttes ophtalmologiques, des gelées et des médicaments pour coloscopies, entre autres — étaient facturés à bien des endroits, et les prix variaient grandement.

Rémunération des médecins inchangée
 

Ces actes médicaux, inclus dans la rémunération des médecins dans les autres provinces, ne feront pas l'objet d'une enveloppe budgétaire supplémentaire au Québec, a insisté le ministre. « Il n’y aura pas un sou supplémentaire compensatoire donné en rémunération des médecins pour l’absorption de ces frais. »

La Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) prendra en charge ces frais, a précisé le ministre. À la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), des « discussions internes » seraient encore en cours.

Un projet de règlement, qui sera publié à la fin septembre, a été entériné mercredi par le conseil des ministres. Il intervient après l'adoption du projet de loi 20, en novembre 2015, lequel encadrait les frais accessoires en prescrivant « des cas et des conditions dans lesquels un paiement est autorisé ».

Ce projet illustre clairement l’engagement du gouvernement à garantir l’accessibilité du réseau de santé à l’ensemble de la population, a indiqué M. Barrette.

L'opposition satisfaite

Le Parti québécois (PQ) s’est réjoui de la volte-face du ministre Gaétan Barrette. L’abolition des frais accessoires, qui étaient « contraires » à l’esprit de l’assurance maladie, favorisera un « accès équitable » au réseau de la santé, a souligné la porte-parole de l’opposition officielle en matière de Santé, Diane Lamarre.

« Payer 100$, 200$ pour des gouttes pour les yeux, ça voulait dire qu’il y avait des Québécois qui n’avaient pas […] accès à ces services essentiels [faute d’argent] », a-t-elle soutenu en marge du caucus du PQ.

Le mécontentement suscité par les frais accessoires a eu raison de M. Barrette à deux ans des prochaines élections générales, selon elle. « [Les libéraux] ont tellement comprimé tout notre système de santé qu’il commence à donner des cadeaux aux gens. Mais je ne pense pas que les gens vont être dupes. »

Mme Lamarre a reproché à M. Barrette, ex-président de la FMSQ, d’être incapable « de départager l’intérêt [des] patients, de l’intérêt des médecins ». D’ailleurs, elle craint que le ministre libéral « redonne en catimini » aux médecins l’équivalent des revenus des frais accessoires perdus.

Pour apaiser ses craintes, Mme Lamarre demande au Conseil du trésor de piloter les prochaines négociations avec les fédérations médicales, et ce, sous la supervision d’un « comité d’indépendants ». « [M. Barrette] est en conflit d’intérêts », a-t-elle martelé.

« C’est une victoire surtout pour l’ensemble des Québécois et des Québécoises. C’est un combat que j’ai mené avec le soutien du Parti québécois. Je suis très très fière aujourd’hui de voir ce recul. »

10 commentaires
  • Patrick Boulanger - Abonné 14 septembre 2016 15 h 22

    Bravo!

    C'est une méchante bonne nouvelle! Toutefois, je la trouve bien tardive. Je ne serais pas surpris que le PLQ ne voulait pas aller en élections avec ce genre de dossier-là à défendre et il a décidé de reculer. Françcoise David, si elle se représente, aurait probablement fait paraître bien mal M. Couillard lors des débats des chefs avec cette histoire de frais accessoires...

  • Patrick Boulanger - Abonné 14 septembre 2016 16 h 19

    Bizarre? Comment le PLQ justifie-t-il son exeption pour les frais accessoires?

  • Yvon Bureau - Abonné 14 septembre 2016 16 h 46

    Gratitude

    Merci.

  • Claudette Rodrigue - Abonnée 14 septembre 2016 16 h 57

    Les optométristes inclus ?

    À mon dernier examen de la vue j'ai dû débourser 20 $ pour les gouttes requises pour l'évaluation de la pression de l'oeil... Est-ce inclus dans la décision du ministre ?

  • Chantale Desjardins - Abonnée 14 septembre 2016 17 h 35

    Les frais accessoires ont toujours été gratuits

    Oui, mais on nous faisait payer quand même des frais. J'ai refusé de payer l'ophtalmoligiste et après j'ai dû me trouver un autre spécialiste.

    • Pierre Brosseau - Abonné 14 septembre 2016 18 h 02

      J'ai cessé de voir mon ophtalmologiste en clinique privée et m'en tiens désormais aux services en milieu hospitalier. J'étais tanné de payer de $80 à $110 la visite pour des gouttes dans les yeux et des examens.