Les résultats prometteurs d’un vaccin anti-VIH permettent un test à grande échelle

Deux millions et demi de personnes sont infectées chaque année dans le monde par le virus du sida.
Photo: Gianluigi Guercia Agence France-Presse Deux millions et demi de personnes sont infectées chaque année dans le monde par le virus du sida.

Durban — Les résultats prometteurs d’un essai préliminaire d’un vaccin contre le VIH présentés mardi lors de la 21e conférence internationale sur le sida vont permettre de mener une étude à plus grande échelle à partir de cette année, ont annoncé des chercheurs.

Deux millions et demi de personnes sont encore infectées chaque année dans le monde par le virus du sida (VIH), un chiffre qui ne recule plus depuis dix ans, selon une étude publiée mardi dans la revue médicale The Lancet HIV.

Les chercheurs planchent sur un remède pour guérir du sida, mais, ont-ils prévenu mardi, il reste extrêmement difficile de savoir quand et s’ils vont y parvenir. Dans ce contexte, certains voient dans un vaccin le meilleur moyen de juguler la pandémie qui a fait plus de 30 millions de morts depuis les années 1980.

Pendant 18 mois, 252 personnes en Afrique du Sud ont participé à un essai baptisé HVTN100. Toutes avaient un très faible risque de contracter le virus VIH, l’objectif de cette phase de l’essai étant de s’assurer, non de l’efficacité du vaccin, mais qu’il était sûr.

 



 

 

Le système immunitaire a bien répondu au vaccin. « Nous voulions déterminer si ce candidat à un vaccin était sûr […] et s’il était supportable » par les patients, a expliqué l’une des chercheuses du projet, la Dre Kathy Mngadi.

L’essai était basé sur les résultats significatifs en 2009 d’un vaccin expérimental qui a réduit d’un tiers les risques de contamination par le virus du sida en Thaïlande.

Ce vaccin expérimental « nous a donné espoir, mais a aussi révélé tout ce que nous avions encore à apprendre », a expliqué la coprésidente de l’essai HVTN100, Fatima Laher.

Pour la 2e phase de l’essai qui débute en novembre, les scientifiques vont recruter 5400 hommes et femmes sud-africains à haut risque, âgés de 18 à 25 ans. Il va s’agir de déterminer cette fois l’efficacité du vaccin testé. « Nous espérons avoir des résultats dans les cinq ans », a précisé Glenda Gray, directrice de programme du HVTN Africa.

Lors de la dernière conférence internationale sur le sida qui s’était tenue à Durban en 2000, les vaccins avaient à peine été évoqués, note Larry Corey, du Réseau des essais de vaccin anti-VIH.


Réjean Thomas déplore les 2 millions de nouveaux cas par an

Alors que de nouveaux traitements et médicaments sont mis au point pour lutter contre le VIH et le sida, le docteur Réjean Thomas fait le triste constat qu’il y a toujours plus de deux millions de nouveaux cas d’infection dans le monde chaque année.

M. Thomas, président-directeur général et fondateur de la clinique médicale L’Actuel, se trouve à Durban, en Afrique du Sud, pour la conférence AIDS 2016.

Parmi les problèmes qui y sont discutés, il rapporte une « très grande inquiétude » de la communauté, qui craint que le financement pour la recherche sur le VIH/sida ne baisse de façon importante. L’Organisation mondiale de la santé partage notamment cette crainte.

En effet, les fonds disponibles ne sont pas illimités et, avec chaque crise de santé — il cite ici le virus Zika et l’Ebola —, mais aussi d’autres situations comme les crises migratoires, les guerres civiles, les vagues de réfugiés et les catastrophes naturelles comme le séisme de 2010 en Haïti, tout le monde est en concurrence pour les fonds mondiaux, explique-t-il. Et lorsque ces grandes catastrophes se produisent, les gens vivant avec le VIH peuvent être un peu oubliés : ils manquent alors de médicaments et de soins. « Il y a une grande inquiétude que cela nous ramène en arrière », dit-il.

Mais M. Thomas souligne que, malgré les avancées scientifiques, environ 38 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde.

« La grande déception, c’est que le nombre de nouvelles infections demeure très élevé. On parle de 2,2 à 2,5 millions de nouvelles infections par année. Et il semble y avoir une forme de stagnation qui est très préoccupante pour l’ensemble des leaders de la lutte contre le sida », précise-t-il.

Au Québec, il y a entre 300 et 600 nouvelles infections au VIH par année.
La Presse canadienne

Le VIH/sida en quelques chiffres

- De 2,2 à 2,5 millions de nouveaux cas chaque année.

- Plus de 35 millions de décès.

- Plus de 38 millions d’individus actuellement infectés par le VIH.

- Seulement 54 % des personnes infectées par le VIH connaissent leur statut.
La Presse canadienne