L’espérance de vie a fait un bond de 10 ans en Afrique

Les avancées médicales et la lutte menée contre les maladies infectieuses dans les pays en développement ont permis de réaliser un pas de géant, alors que les enfants nés en 2015 peuvent maintenant y espérer vivre jusqu’à 60 ans.
Photo: Getty Images Les avancées médicales et la lutte menée contre les maladies infectieuses dans les pays en développement ont permis de réaliser un pas de géant, alors que les enfants nés en 2015 peuvent maintenant y espérer vivre jusqu’à 60 ans.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a observé en 2015 le plus grand bond réalisé dans l’espérance de vie depuis les années 60. Notamment en Afrique, où entre 2000 et 2015, l’espérance de vie à la naissance s’est accrue de près de dix années.

Les avancées médicales et la lutte menée contre les maladies infectieuses dans les pays en développement, plus particulièrement sur le continent africain, ont permis de réaliser ce pas de géant, alors que les enfants nés en 2015 peuvent maintenant y espérer vivre jusqu’à 60 ans.

Au cours des années 80 et 90, les épidémies de sida, qui avaient durement frappé l’Afrique et l’Europe de l’Est, avaient freiné, voire fait reculer l’espérance de vie dans plusieurs pays en développement. En Afrique, l’accès élargi aux médicaments antirétroviraux et l’intensification de la lutte menée contre le paludisme ont permis de faire des gains majeurs en terme d’espérance de vie. « Le monde a progressé à grands pas pour réduire les souffrances inutiles et le nombre des décès prématurés dus aux maladies que l’on peut éviter et traiter », a déclaré jeudi Margaret Chan, directrice de l’OMS.

Ailleurs dans le monde

Dans le reste du monde, les progrès se poursuivent aussi, de sorte que la longévité moyenne d’un humain a bondi de cinq ans entre 2010 et 2015, atteignant 73 ans pour les filles et 69 ans pour les garçons. Dans 29 pays du globe, on peut espérer vivre jusqu’à au moins 80 ans, alors que dans 22 pays, tous situés en Afrique subsaharienne, l’espérance de vie ne dépasse pas 60 ans. Bien que des disparités énormes persistent, l’écart de longévité entre les habitants de régions riches et pauvres est en constante diminution, en recul de 4,9 années depuis l’an 2000.

Si la tendance actuelle se maintient, estime l’OMS, le fossé observé en matière de longévité entre les pays développés et les plus pauvres pourrait chuter de 17,5 années en 2015, à 13 ou 14 ans en 2030.

Le Japon demeure toujours le champion mondial de la longévité pour les femmes, avec une espérance de vie moyenne de 87 ans, alors que c’est en Suisse que les hommes peuvent espérer vivre le plus longtemps, soit 81,3 ans.


 

30 millions de morts avant 70 ans

Les chiffres liés à l’espérance de vie en bonne santé offrent par contre un tout autre tableau, puisque la moyenne mondiale chute à 63 ans si l’on tient compte de la durée de vie sans incapacités physiques ou mentales. L’OMS s’est fixé l’objectif de réduire de 40 % le nombre de décès survenus avant l’âge de 70 ans d’ici 2030. En 2015, plus de 30 millions de personnes sont mortes avant l’âge de 70 ans, dont 5,9 millions d’enfants décédés avant l’âge de 5 ans, 10 millions d’autres de maladies cardiovasculaires ou du cancer, 5 millions de maladies infectieuses, 4,3 millions de la pollution de l’air causée par les combustibles utilisés pour la cuisine, 3 millions de la pollution de l’air extérieur. Pas moins de 800 000 personnes se suicident, et 303 000 femmes encore meurent des suites d’une grossesse ou d’un accouchement.

2 commentaires
  • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 20 mai 2016 01 h 45

    Longue vie au Devoir...

    ...qui fait aussi rentrer d'aussi bonnes nouvelles dans ma caverne par la fenêtre qu'est ma tablette!!!

    Bravo, enfin une Bonne Nouvelle pour l'Afrique!!!

    Ça m'allège le cœur!

    Merci infiniment pour cet euphorisant article, mme Paré!

    • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 20 mai 2016 08 h 58

      Et très beau choix de photo, elle est Magnifique!