Des professionnels de CLSC lancent un cri du coeur

Des professionnelles de la santé estiment depuis quelques mois qu'il y a une dérive importante tant pour les patients que pour leur responsabilité professionnelle.
Photo: iStock Des professionnelles de la santé estiment depuis quelques mois qu'il y a une dérive importante tant pour les patients que pour leur responsabilité professionnelle.

Elles sont physiothérapeute, ergothérapeute et travailleuse sociale en soins à domicile. Mais depuis quelque temps, elles peuvent de moins en moins exercer leur métier, débordées par des dossiers qui relèvent, selon elles, des soins infirmiers. Pendant ce temps, les patients qui auraient besoin de leur expertise attendent.

Trois professionnelles oeuvrant en CLSC dans la grande région de Montréal ont confié leur désarroi au Devoir. Elles dénoncent ce qu’elles estiment être une dérive tant pour les patients que pour leur responsabilité professionnelle.

C’est sous le couvert de l’anonymat qu’elles ont accepté de partager leur histoire avec Le Devoir.

Interchangeables

Tout a commencé il y a quelques mois, racontent les trois femmes, entre deux visites à domicile. Déjà débordées, les professionnelles de la santé ont vu atterrir sur leur bureau des dossiers de patients pour lesquels on leur demandait d’exercer le rôle d’intervenant pivot, sans que les patients en question correspondent à leur domaine de compétence.

En soins à domicile, l’intervenant pivot est responsable de l’évaluation des patients et de la coordination de leurs soins. Les évaluations doivent être mises à jour aussi souvent que l’état du patient évolue.

Andrée* est physiothérapeute. Apparaît il y a quelques mois un premier dossier. La problématique du patient : polymédication, ou le fait de prendre de nombreux médicaments en même temps. « C’est très, très loin de mon champ d’expertise, soupire-t-elle. On me l’a imposé. » Inquiète pour sa responsabilité professionnelle, elle a commencé par refuser. En pure perte. « Je suis pourtant imputable. L’autre intervenante au dossier me demande quelle est la meilleure intervention pour abus de substance… Je ne me sens pas tout à fait dans mon élément ! »

Joannie, qui est ergothérapeute, a vécu une situation similaire avec un patient en fin de vie dont l’état nécessitait des prises de sang fréquentes. « Ce patient avait clairement besoin d’une infirmière pivot. Je n’avais même pas accès aux résultats », relate-t-elle. Il devenait compliqué de coordonner l’envoi d’infirmières pour ses prélèvements et la gestion des résultats dans ce contexte.

Elle estime qu’entre le cinquième et le quart des patients pour lesquels elle assure le pivot sont en dehors de son champ de compétence.

« Dans la tête des gestionnaires, nous sommes interchangeables parce que nous faisons toutes des soins à domicile », déplore Chantal, qui est travailleuse sociale.

Des listes d’attente parallèles

Une fois un patient évalué, « il disparaît de la liste d’attente même s’il n’a pas de services », dénonce Andrée. Pour les trois professionnelles, c’est dans l’objectif de faire fondre les listes d’attente en soins à domicile qu’on leur confie autant de dossiers qui ne relèvent pas de leur expertise.

Pendant ce temps, des patients qui auraient besoin de physiothérapie ou d’ergothérapie attendent. Elles ont de moins en moins de temps à leur consacrer. Elles appellent ces patients qui attendent dans l’ombre la liste d’attente parallèle. Cette dernière « n’intéresse pas le ministère, dit Chantal. Nous devons délaisser notre travail pour être pivot. »

« Je suis de moins en moins physio », affirme Andrée, qui en est venue à se demander, malgré les nombreuses années passées dans le réseau, s’il ne serait pas mieux pour elle de quitter le métier, dans ces conditions.

Ses deux collègues opinent du chef. Elles y pensent, elles aussi. Pas pour aller au privé. Pour faire autre chose, carrément. « S’occuper des chevaux, tiens », lance Joannie.

« Avant, j’avais 20 à 25 patients actifs. Maintenant, on me demande d’en suivre 50 et d’être pivot dans les trois quarts des cas, relate-t-elle. Je ne peux plus prendre de nouveaux dossiers en ergothérapie, juste de nouveaux dossiers de pivot. »

Elles sont à bout de souffle. « On s’entraide, car nous sommes toutes en mode survie », confie Andrée.

« Je tremble comme une feuille quand je pense à tout ce que j’ai à faire », dit d’ailleurs Joannie avant de partir terminer sa journée de travail.

 

*Les prénoms ont été modifiés


Un cas qui ne serait pas unique

Selon l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) le vécu de ces professionnelles n’est pas unique. Le syndicat observe que les établissements de santé mettent de la pression pour que les évaluations des patients soient faites rapidement. « Nos membres nous indiquent qu’il y a beaucoup de pression pour avoir de bonnes statistiques », indique la présidente de l’APTS, Carolle Dubé. Mais ensuite, les services ne suivent pas rapidement, ajoute-t-elle. « Les professionnels procèdent aux évaluations mais n’ont pas le temps ensuite pour les suivis. Les patients ont l’impression qu’ils auront des services, mais ce n’est pas le cas », déplore Mme Dubé.


À voir en vidéo