Malaise autour de l'administration sans supervision

Pour le Collège des médecins du Québec, pas question de laisser les patients partir à la maison avec une prescription létale pour se l’administrer sans supervision médicale.
Photo: iStock Pour le Collège des médecins du Québec, pas question de laisser les patients partir à la maison avec une prescription létale pour se l’administrer sans supervision médicale.

Le projet de loi fédéral ouvre la porte, Québec la refermerait immédiatement. Pour le Collège des médecins du Québec (CMQ), pas question de laisser les patients partir à la maison avec une prescription létale pour se l’administrer sans supervision médicale.

Le « modèle de l’Oregon, c’est l’histoire d’horreur que nous ne pouvons pas tolérer au Québec », tranche le secrétaire du CMQ, le Dr Yves Robert. Dans cet État américain, les patients ont accès à l’aide au suicide sous forme d’une prescription d’une substance mortelle qu’il leur est possible de prendre au moment qui leur convient.

Cet aspect de la loi interpelle aussi le gériatre David Lussier. « Ce n’est pas l’idée de la mort dans la dignité sous-entendue dans la loi, dit-il. De plus, ça met des substances létales en circulation. Ça règle plutôt le problème des médecins qui ne se sentent pas à l’aise de l’administrer », observe le membre de la Commission sur les soins de fin de vie.


Pour Yves Robert, l’affaire est limpide : le projet de loi fédéral « n’oblige pas les provinces à y donner accès ». « C’est le Collège qui gère l’exercice professionnel des médecins, et pour nous, il est clair que l’aide médicale à mourir ne peut se faire qu’en présence d’un médecin », dit-il.

Selon lui, cette manière de faire ferait l’affaire de « médecins qui voudraient s’en laver les mains ». « Ça me fâche énormément, car ça va totalement à l’encontre de l’esprit de la loi, qui est d’offrir un soin à un patient et de l’accompagner jusqu’aux derniers moments. »

Il relate que l’expérience de l’Oregon a donné lieu à des dérapages, notamment des personnes pour qui la mort n’est pas venue comme prévu et qui ont dû être admises à l’hôpital d’urgence. « De plus, qu’est-ce qui nous dit que cette ordonnance serait consommée par la bonne personne au bon moment ? C’est une question de sécurité », dit le Dr Robert.

Un cheminement graduel

Comment la loi fédérale pourrait-elle changer la façon dont l’aide médicale à mourir est pratiquée au Québec ? Le Dr Robert, comme d’autres observateurs, voit d’abord une ouverture plus grande en matière d’accès. « Au Québec, nous avions exclu d’ouvrir l’aide médicale à mourir pour la seule raison d’avoir un handicap, car il faut garantir la protection des personnes vulnérables », explique-t-il. Mais le projet de loi fédéral retient le handicap comme critère d’admissibilité, à condition de satisfaire les autres critères, dont ceux de souffrances intolérables et de mort raisonnablement prévisible. « En principe, une personne vivant avec un handicap qui aurait aussi une affection mettant sa vie en péril, comme une infection, deviendrait admissible, interprète le Dr Robert. Il y a là une zone grise qui était d’emblée exclue dans la loi québécoise. »

Le concept de mort prévisible, par rapport à celui de fin de vie utilisé dans la loi québécoise, peut aussi élargir l’admissibilité des patients. « On peut penser qu’une personne avec une sclérose latérale amyotrophique pourrait devenir admissible avec la loi fédérale », dit le Dr Robert.

Le projet de loi fédéral ouvre aussi la porte à l’administration de l’aide à mourir par les infirmières praticiennes spécialisées. Le Dr Robert ne croit pas que Québec doive l’autoriser pour autant. « Nous avons assez de médecins qui acceptent de le faire pour l’instant », dit-il.

Il se réjouit que le fédéral se penche, au cours des prochaines années, sur les cas beaucoup plus délicats, éthiquement parlant, des personnes mineures ou inaptes, ainsi que sur les directives médicales anticipées.

Ces dernières sont au coeur des préoccupations de la population sur l’aide médicale à mourir, observe le Dr George L’Espérance, qui préside l’Association québécoise pour le droit de mourir dans la dignité. « Les gens veulent savoir s’ils y auront accès advenant une maladie cognitive dégénérative comme l’alzheimer. C’est ce dont on nous parle le plus, et nous devrons faire face à cette question éventuellement. »

Kay Carter… inadmissible ?

La fille de Kay Carter affirme qu’en vertu du projet de loi fédéral sur l’aide à mourir, sa mère n’aurait pas été admissible. Le combat de Kay Carter, épaulée par sa fille Lee, est derrière la contestation judiciaire qui est à l’origine de l’arrêt Carter de la Cour suprême.

Se disant fâchée, triste et déçue, Lee Carter a exprimé au magazine Maclean’s sa sincère déception. Souffrant d’une maladie neurologique, Kay Carter, âgée de 89 ans, vivait avec des souffrances « persistantes » et « intolérables », comme l’exige le projet de loi pour être admissible à l’aide à mourir, mais sa mort naturelle n’était pas « devenue raisonnablement prévisible ». Mme Kay Carter a obtenu l’aide médicale à mourir en Suisse en 2010.

« C’est décevant, nous avons été surpris par cette frilosité de la loi », opine le Dr George L’Espérance, le président de l’Association québécoise pour le droit de mourir dans la dignité.

Il ajoute que, « même si nous comprenons les contraintes politiques, nous craignons de plus que la version définitive soit encore davantage édulcorée ».
1 commentaire
  • Yvon Bureau - Abonné 16 avril 2016 10 h 00

    Pour un à l'aise maximal

    Merci+++ Dr Robert:
    « C’est le Collège qui gère l’exercice professionnel des médecins, et pour nous, il est clair que l’aide médicale à mourir ne peut se faire qu’en présence d’un médecin », dit-il. Selon lui, cette manière de faire ferait l’affaire de « médecins qui voudraient s’en laver les mains ». « Ça me fâche énormément, car ça va totalement à l’encontre de l’esprit de la loi, qui est d’offrir un soin à un patient et de l’accompagner jusqu’aux derniers moments. » »

    Merci +++ Dr L'Espérance : « Les gens veulent savoir s’ils y auront accès advenant une maladie cognitive dégénérative comme l’alzheimer. C’est ce dont on nous parle le plus, et nous devrons faire face à cette question éventuellement. » 80% de las population canadienne seraitfavorable de l'insertion de l'AMAM dans les Directives médicales anticipées de fin de vie. Paix individuelle, clinique et sociale oblige. Sérénité oblige+++ aussi.

    Messieurs les médecins L'Espérance et Robert, vous avez mon appui le plus total et le plus intense. Sur mes 30 ans de promotion des droits, libertés et responsabilités de la personnes en fin de vie repose mon appui.

    Merci pour votre implication sociétale des plus nécessaires et appropriées.
    Vous faites honneur à votre profession.
    Vous faites humanité à votre agir professionnel.