En bref: Plus de transparence pour les médecins séropositifs

L'Association médicale du Québec a pris position en faveur d'un processus de divulgation à l'interne de la séropositivité d'un médecin, ainsi que d'un processus de suivi des règles de sécurité à respecter.

Un débat public a été lancé au Québec après l'annonce par l'hôpital Sainte-Justine, à Montréal, qu'un médecin séropositif y avait opéré plus de 2000 enfants pendant une dizaine d'années sans que la haute direction en soit informée. Le président de l'association, le Dr Senikas, a dit croire que la divulgation de la séropositivité d'un médecin devrait aller au-delà du supérieur immédiat de celui-ci et s'étendre à un comité d'experts et à la direction des services professionnels de l'établissement. Il appartiendrait au comité d'experts de chaque établissement d'assurer le suivi de la pratique du médecin concerné et des précautions à adopter, selon les spécialités médicales disponibles dans l'hôpital et selon les spécialités du médecin, a-t-il expliqué. Le traitement de chaque cas doit différer selon les risques en cause.