Mydoom ne s'est pas attaqué à Microsoft

Vancouver - L'attaque en règle à laquelle s'attendait le géant informatique Microsoft Corp. hier pourrait ne pas avoir été réalisée en raison d'un virus trop pauvrement conçu, a expliqué un expert canadien.

Le virus informatique Mydoom.B devait commencer à se répandre dans les sites Internet de Microsoft par le biais de demandes d'accès à compter de hier après-midi.

Mais plutôt que de voir une multitude d'ordinateurs personnels infectés lancer l'attaque, une offensive relativement anodine a été observée.

«Il semble que l'attaque a été pauvrement programmée et qu'elle a été un échec total», a affirmé Jack Sebbag, le directeur général canadien et vice-président de la firme Network Associates Inc.

«Il n'y a eu que 4000 ou 5000 ordinateurs personnels qui ont essayé d'attaquer le site Internet. Pour Microsoft, cela n'a pratiquement rien représenté.»

Une variante du virus, appelée Novarg.A, a paralysé dimanche le site Internet du Groupe SCO, une firme de haute technologie basée en Utah. Plus de 100 000 ordinateurs personnels avaient participé à cette attaque.

M. Sebbag a affirmé que l'attaque continuait mais qu'elle semblait diminuer d'intensité.

«C'est très difficile de soutenir le genre d'assaut que le ver doit accomplir. Chaque jour qui passe, chaque heure qui passe, de plus en plus de gens se débarrassent du ver, soit en n'ouvrant pas les fichiers infectés, soit en mettant à jour leur programme antivirus.»

Microsoft a déjà pris des mesures. Elle a avisé ses utilisateurs et mis en place des sites provisoires où ceux qui ont un ordinateur infecté peuvent recevoir de l'aide pour nettoyer leur système.

Personne à Redmond, dans l'État de Washington, où se trouve le siège de la compagnie, n'était disponible hier pour émettre des commentaires sur la situation, mais une porte-parole, Amy Petty, a indiqué dans un courriel que les sites Internet de l'entreprise restaient accessibles.