Gare aux antidépresseurs pour les jeunes

Toronto - Santé Canada recommande aux jeunes de moins de 18 ans qui prennent un nouvel antidépresseur de consulter leur médecin traitant pour «confirmer les bienfaits du médicament par rapport aux risques potentiels qu'il présente» à la lumière des questions récentes relatives à l'innocuité du produit.

La mise en garde s'applique aux inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) et inhibiteurs du recaptage de la sérotonine et de la noradrénaline (IRSN). Elle est le résultat de rapports internationaux selon lesquels certains de ces médicaments pourraient être associés à un risque de suicide chez les patients âgés de moins de 18 ans, a expliqué Jirina Vlk, une porte-parole de Santé Canada.

Santé Canada a demandé en août dernier aux compagnies pharmaceutiques de lui fournir une analyse des données mondiales sur la sécurité de leurs antidépresseurs pour utilisation chez les enfants. Un groupe d'experts doit être mis sur pied au cours du mois pour étudier les réponses que recevra le ministère.

Bien que Santé Canada n'ait pas approuvé les ISRS et IRSN pour les moins de 18 ans, les médecins peuvent, à leur discrétion et en se fondant sur leur connaissance du patient, décider de les prescrire pour une utilisation dite «non conforme à l'étiquette».

Par ailleurs, Santé Canada ne recommande pas que les jeunes patients interrompent la prise d'un nouvel antidépresseur avant d'avoir d'abord consulté leur médecin, en raison des risques de symptômes associés à l'arrêt de la médication.

L'avis s'applique aux antidépresseurs suivants: Prozac, Celexa, Luvox, Remeron, Paxil, Zoloft et Effexor.