Les premiers contrats ont été accordés

Photo: Dario Egidi Getty Images

Une étape importante vient d’être franchie pour le nouveau complexe hospitalier de Québec. La Société québécoise d’infrastructures (SQI) a accordé cette semaine les contrats aux architectes et ingénieurs qui réaliseront les plans et devis du projet de 2,1 milliards.

Le mégahôpital doit être réalisé d’ici 2025, et un premier pavillon sera érigé en 2019. L’immense complexe résulte de la fusion de l’Hôtel-Dieu et de l’hôpital de l’Enfant-Jésus et sera construit sur le site du second. Plusieurs des firmes choisies cette semaine avaient aussi été sélectionnées pour réaliser le programme fonctionnel et technique en 2014.

C’est le cas de la plupart des membres du consortium AEF qui a raflé le contrat en architecture. L’ensemble compte le Groupe A, DMG architecture, Lemay et associés, Jodoin Lamarre Pratte architectes, NFOE et la firme Gagnon-Letellier-Cyr-Ricard-Mathieu.

Le contrat en génie civil et structure a quant à lui été octroyé à Cima + et Stantec Experts-conseils (qui a fait l’acquisition des actifs nationaux d’ingénierie de Dessau). Enfin, les plans de génie mécanique et électrique seront réalisés par SNC-Lavalin, le groupe Bouthillette-Parizeau et Tetra Tech QB. Quant aux montants des contrats, la SQI ne les a pas fournis au Devoir parce qu’il ne s’agit pas de « montants finaux », a indiqué son porte-parole, Nicolas Murgia.

Visites d’hôpitaux

Pendant ce temps, la direction du CHU poursuit son travail de fusion des deux hôpitaux avec l’approche Lean.

La direction en est à son 5e « Kaizen », atelier où le personnel teste différents aménagements avec le personnel et des patients. De la pharmacie aux soins intensifs, ils évaluent le fonctionnement de chaque secteur. « On se demande : est-ce que c’est la bonne pratique ? Est-ce que le patient passe au bon endroit au bon moment ? Est-ce que les locaux sont trop grands, trop petits, mal adaptés ? » explique la porte-parole Geneviève Dupuis.

Après les tableaux tapissés de flèches et de fils multicolores vus à l’été 2014, on passera bientôt au 3D. Dans les semaines à venir, l’équipe va tenir des simulations dans une fausse chambre de soins intensifs. « On regarde les besoins avant de construire les murs », résume la porte-parole.

Des équipes de médecins et chefs de département visitent en outre d’autres hôpitaux pour s’inspirer des meilleures pratiques. Il y a deux semaines, une délégation est allée visiter l’hôpital de Calgary pour s’inspirer de ses façons de faire en soins intensifs. Un autre groupe s’était rendu cet été à Houston (Texas) au Centre intégré de cancérologie.

« Les voyages qu’on fait visent à aller chercher la surexpertise clinique, souligne Mme Dupuis. On envoie des personnes clés pour comprendre comment ça fonctionne, cerner leurs bons coups, apprendre de leurs erreurs et ne pas les répéter. »

Des missions ont également été réalisées à l’hôpital d’Ottawa, et une autre visite est prévue au CHUS (Sherbrooke) parce qu’on s’intéresse à son Cyclotron, un accélérateur de particules qui permet de détecter certaines maladies comme l’Alzheimer.

CHUM et CUSM

Du personnel s’est enfin rendu au CHUM et au CUSM afin de tirer des leçons de leurs expériences de « transition et de transformation », de la gestion du personnel et de la place donnée aux nouvelles technologies.

La décision de déménager l’Hôtel-Dieu dans le nouveau complexe de l’Enfant-Jésus a été vertement critiquée dans le passé par le personnel. Or, selon Mme Dupuis, l’exercice de consultation du personnel mené avec les Kaizen a permis de rallier celui-ci à l’idée ces derniers mois. « Les médecins se sont approprié le projet. Ils voient ça comme une opportunité. C’est une chance pour eux de construire leur hôpital idéal. On a une mobilisation extraordinaire de nos professionnels. »

2,1 milliards

Somme prévue pour la construction du nouveau complexe hospitalier de Québec, dont l’ouverture complète est prévue pour 2025.
1 commentaire
  • Yvon Beaudoin - Abonné 5 février 2016 08 h 36

    L'argent coule à flot

    La seule chose qu'on est sûre avecCouillard, Barette, Hamad et cie, c'est que l'argent va couler à flot dans le projet du CHU a Quebec. Le mot efficacité, productivité n'existe pas dans le monde de l'aristocratie médicoliberale. Jumelé aux professionnels et firmes libérales de Quebec, tout est en place pour faire sauter la banque. Reste plus qu'à nommer Renaud Lachance comme V.G. et tout sera en place pour faire un succès financier et remplir les poches de tout ce qui grenouille autour de ce projet...