Santé Canada conclut à l’innocuité du vaccin

Toronto — Santé Canada a annoncé, mercredi, qu’un examen des données internationales concernant l’innocuité du vaccin Gardasil contre le virus du papillome humain (VPH) laissait croire que le vaccin pouvait être utilisé sans danger et qu’il n’y avait aucun nouveau risque pour la sécurité associé à son utilisation.

Homologué dans plus d’une centaine de pays, Gardasil sert à protéger la population de quatre types de VPH. Ces quatre souches causent 70 % des cancers du col de l’utérus, 90 % des condylomes et jusqu’à 90 % des cancers de l’anus.

Santé Canada a lancé son examen sur Gardasil plus tôt cette année après que des médias eurent rapporté l’apparition de maladies auto-immunes et cardiovasculaires chez certaines des personnes qui avaient été vaccinées. Le ministère n’a découvert aucune preuve d’un risque accru de maladies auto-immunes et cardiovasculaires associé à Gardasil. Il a indiqué que d’autres recherches effectuées à l’étranger sur l’innocuité du vaccin étaient arrivées à la même conclusion.

Près de deux millions de Canadiens ont reçu le vaccin Gardasil depuis son homologation en 2006. Environ 1800 d’entre eux ont signalé des effets secondaires comme des vertiges, des nausées, des maux de tête, de la fièvre de même que de l’enflure ou des rougeurs au site d’injection.

2 commentaires
  • Yves Corbeil - Inscrit 10 décembre 2015 09 h 14

    Un jour on s'informera adéquatement (les cobayes)

    http://pilule.telequebec.tv/occurrence.aspx?id=118

    Écoutez l'entrevue de cette émission et rendez-vous dans une bibliothèque près de chez vous pour empruntez les livres du Dr Nortin Hadler traduit par le Dr Fernand Turcotte ou ceux qui ont des sous les achetés.

    http://agora.qc.ca/dossiers/nortin_m_hadler

    Quand la médecine devient un marché d'affaire surtout avec une population vieillissante. Il faut se renseigner avant de mettre nos vies entre les mains de médecins subventionné par ces lobbys qui tournent autour d'eux au profits de l'industrie pharmaceutique et de centre universitaire de la santé qui eux aussi sont à la recherche d'investissement pour continué leurs recherches, une bien drôle de situation de conflits d'intérêts.

    • Johanne Fontaine - Inscrite 10 décembre 2015 15 h 21

      Oui, c'est business as usual
      chez Santé Canada;
      quant à la médecine,
      eh bien, le Québec étant devenu
      un «potentat médical»,
      selon l'expression choisie
      par les grévistes du front commun,
      on ne peut plus compter sur elle...