Un débat sur le panier de services s’impose, dit Gaétan Barrette

La société québécoise pourra difficilement faire l’économie d’un débat de fond sur le panier de soins médicaux couverts par le régime d’assurance maladie, est d’avis le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette.

« Je vous le dis très clairement : la situation budgétaire du Québec nous invite à une réflexion au long cours sur ces éléments-là », a-t-il déclaré lors d’une mêlée de presse dans les couloirs de l’Assemblée nationale, jeudi.

Confrontée à des difficultés économiques, la Saskatchewan, « une province historiquement de gauche où est née l’assurance maladie » — a revu l’offre de soins médicaux offerts gratuitement. « [Les Saskatchewanais] ont choisi de privatiser, et je dis bien “privatiser” dans le bon sens du terme. […] Ils ont privatisé la moitié des résonances magnétiques. Ce n’est pas banal comme position venant de cette province-là. » « Moi, j’ai été hyper étonné de ça », a-t-il lancé aux journalistes, ajoutant qu’en Saskatchewan et au Québec, la révision du panier de soins médicaux, « ce n’est pas un débat qui va disparaître ».

Cependant, M. Barrette « exclut totalement » à ce moment-ci la possibilité de resserrer la liste des services de santé couverts par la carte d’assurance maladie — et d’en écarter la vasectomie, par exemple. « Avant de toucher au panier de services », il entend dégager des « économies substantielles », notamment en optimisant la « gestion » dans le réseau.

À cet égard, l’élu libéral reviendra à la charge avec une nouvelle proposition d’achats regroupés de médicaments d’ici la relâche parlementaire. Les Québécois mettront la main sur un « méchant paquet de millions de dollars », a-t-il promis.

« Il y a une réflexion qui doit être faite sur les décisions à prendre pour maintenir le panier [de services de santé au Québec]. Il y a plusieurs avenues », a répété M. Barrette en marge d’un caucus des élus libéraux. « Si demain matin pour les 10 prochaines années on pouvait me démontrer qu’il y avait un boom économique et qu’on avait les moyens de tout financer, c’est une autre situation. Là, pour les 10 prochaines années, on n’est pas là. »

La situation budgétaire du Québec nous invite à une réflexion au long cours sur ces éléments-là

10 commentaires
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 13 novembre 2015 04 h 59

    Bravo ???

    « méchant paquet de millions de dollars » (Gaétan Barrette, ministre, MSSS)

    Des $$$ autant que ça ?

    Si oui, aucune crainte pour le panier de services ?

    Si non ?

    Bravo ??? - 13 nov 2015 -

  • Yves Corbeil - Inscrit 13 novembre 2015 10 h 27

    Vous avez voté libéral

    Et bien aujourd'hui, en faites depuis 2003 le regrettez-vous ou vous êtes satisfait avec ces bouquets de services à la population.

    Je ne savais pas que le parti libéral était un parti de fleuriste qui délivre des bouquets de services coupés à sa population. Des belles phrases pour nous faire comprendre que nous sommes une bande de chanceux de vivre au Québec sous un gouvernement libéral.

    Comme le macho qui dit à sa belle envoye dans chambre ma chanceuse, je vais t'inséminé comme dans le temps.

    On est en 2015 Justin là dit, c'est fini les folies. La parité partout, les services maintenant ça va être 50, 50 faut sortir les abuseurs de services des hopitaux, on peut pas tous les sauvés gratis indéfiniment ces profiteurs de pères en fils, faut brisé le cercle vicieux, c'est comme ça que tu leur a envoyé ça Sam. Bon je vais le peaufiner un peu avant de leur balancé la version finale.

    • Robert Beauchamp - Abonné 13 novembre 2015 14 h 05

      La transparence M. Barette ne vient pas de vous mais de nous. Transparence étant synonyme de clarté, il nous apparaît donc clairement que vous alliez requestionner un jour la pertinence du panier de services. Cependant, en remettant cette question à l'ordre du jour, vous ne vous arrêtez pas à nous signaler les services auxquels vous songez déjà, car vous avez sûrement déjà une idée plus que précise, et cela s'appelle de l'opacité. Et vous en tant que gouvernement fédéraliste, devriez plutôt faire pression sur Ottawa pour financer adéquatement sa participation au lieu de la diminuer au fil des ans, de sorte que VOUS, M. Barette ainsi que l'AUTRE DOCTEUR qui vous sert de premier devriez vous acharner sur Ottawa et non sur vos concitoyens qui étouffent et pour plusieurs qui se entent coupables de vieillir voire même de s'instruire. Vous êtes drôlement plus efficace à choyer vos ex-collègues et vous-même en opérant en chaise musicale, et tous vos scrupules budgétaires semblent s'estomper au son des pièces sonnantes et trébuchantes. Votre attitude s'apparente en copie conforme à celle des grands seigneurs du moyen-âge qui considéraient leurs concitoyens comme de la piétaille émanant de la plèbe. Cette grande noirceur prévaut toujours en Arabie Saoudite, parlez-en à votre ler ministre, à moins qu'il n'ait rien vu n'ayant pas emprunté les mêmes chemins sans doute.

  • Simon Carmichael - Abonné 13 novembre 2015 10 h 52

    Historiquement à gauche vs historiquement autonomiste..

    Le ministre Barette dit que la Saskatchewan est une province « histriquement à gauche ». On peut de la même manière dire que le Québec est « historiquement autonomiste ». Le gouvernement de Brad Wall est l'un des deux plus à droite au Canada (devinez où se trouve l'autre) et au Québec, l'attachement du gouvernement à son autonomie fiscale va jusqu'à considérer qu'on puisse confier la perception de nos impôts et taxes au gouvernement fédéral. Cherchez l'erreur.

  • Jean-François Trottier - Abonné 13 novembre 2015 10 h 55

    Message à M.Barette

    M. Barette, votre ministère ne distribue aucun service, mais répond à des besoins.

    Les services, laissez ça aux ministères qui donnent du luxe... Tiens, je n'en vois aucun. Bizarre.

    Les services ne font pas partie de votre mandat. Pas un. Pas du tout. Il n'en a jamais été question.

    Je vous prie instamment de cesser de réduire ce dont vous êtes en charge en utilisant ce mot. Je vous supplie de prendre votre job au sérieux. Je vous demande de revoir vos priorités, qui ne peuvent en aucun cas se satisfaire de la petitesse du conseil du Trésor.

    Votre priorité est d'améliorer le système de santé. Pour ce faire vous devez vous départir de vos préjugés de médecin et réaliser comment la centralisation à outrance du système autour de vos collègues est une erreur grave. Les médecins ont beau être des travailleurs autonomes, ils sont des travailleurs comme les autres, et beaucoup d'autres études demandent autant, sinon plus de travail que celles en médecine. Ce ne sont pas des dieux.

    Vous devez aussi réaliser que vos diagnostics sur le système manquent gravement de profondeur. Ici vous ne pouvez pas, comme selon votre habitude, vous fier à 10 minutes de concentration et quelques ordres crachés aux subordonnés pour guérir le malade.

    Mais surtout, banissez définitivement le mot "service" de votre vocabulaire. Il n'a pas lieu d'être.

  • Guy Dugas - Inscrit 13 novembre 2015 11 h 07

    Privatisation pour bientôt?

    Qui cette probabilité favorise-t-elle?

    Sûrement pas les québécois non-riches.


    Peut-être les médecins politiciens?