Grossesse garantie ou argent remis

« Grossesse garantie ou argent remis » : le rêve américain, vendu à crédit aux couples infertiles à travers de très coûteux forfaits financiers, arrive à petits pas sur le marché québécois. Le géant américain IntegraMed, qui offre ces populaires programmes aux couples américains, vient d’annoncer un partenariat avec les cliniques québécoises de procréation médicalement assistée Procréa, au moment même où Québec s’apprête à retirer la couverture publique des dispendieux traitements de fécondation in vitro.

« La majorité des patients payent pour un cycle de fécondation in vitro en y allant cycle par cycle, ce qui peut s’avérer stressant et coûteux. Après un cycle non fructueux, vous êtes confronté à la déchirante décision de savoir si vous essayez encore ou non et, ultimement, à combien d’argent vous êtes prêts à dépenser. Malheureusement, la plupart des femmes abandonnent le traitement trop tôt et ne réalisent pas leur rêve d’avoir un bébé. »

C’est ainsi que la compagnie américaine IntegraMed, qui rappelle à maintes reprises, sur son site Internet, qu’il « faut généralement plus d’un cycle pour réussir », fait la promotion, auprès des couples infertiles, de l’idée de se payer à gros prix un forfait incluant un certain nombre de cycles de traitement, dont le plus populaire : « Grossesse garantie ou argent remis ».

En leur demandant de payer à l’avance pour plusieurs cycles — dont ils n’auront peut-être pas besoin — IntegraMed plaide que les couples peuvent bénéficier d’un bon rabais sur l’ensemble du traitement et, surtout, s’acheter « la paix de l’esprit pour être dans les meilleures dispositions afin de tomber enceinte ».

« Disponible pour certains patients qui satisfont à certains critères cliniques, vous pouvez choisir entre deux et trois ponctions d’ovules et le transfert de tous les embryons qui en résulteront, jusqu’à ce que vous rameniez un bébé à la maison. Si le traitement est infructueux, vous êtes admissible à un remboursement », indique encore l’entreprise.

À travers différentes capsules d’information destinées aux couples infertiles, IntegraMed ramène subtilement les patients vers son réseau de cliniques de procréation médicalement assistée. C’est là la grande force de la compagnie, rachetée en 2012 par Sagard Capital, filière américaine de Power Corporation.

IntegraMed n’offre pas elle-même les services médicaux, mais elle passe par les cliniques associées à son réseau Attain Fertility pour offrir des prêts financiers aux patients. « Les programmes Attain FIV attirent les patients vers votre clinique, car vous leur offrez des options financières faciles à comprendre qui sont flexibles et qui ont le plus grand taux de succès dans l’industrie, peut-on lire dans la section destinée aux futurs partenaires d’affaires. Et, puisqu’ils s’engagent à un plan de traitement de plusieurs cycles, ils demeurent en traitement plus longtemps. »

Problème éthique

À Montréal, le Dr Pierre Saint-Michel, président et chef de la direction du groupe Opmedic, propriétaire des cliniques de fertilité Procréa, regarde avec intérêt ce programme, qui attire déjà des patientes québécoises de l’autre côté de la frontière. « J’ai des patients qui sont allés en Nouvelle-Angleterre pour ce programme-là. Ils étaient prêts à mettre une plus importante somme d’argent, mais à avoir une grossesse garantie. Parce que c’est un peu la façon dont ça fonctionne : c’est grossesse garantie ou argent remis. C’est un concept tout à fait différent. »

Il y a quelques années, il s’était fait taper sur les doigts par le Collège des médecins pour avoir offert des forfaits de ce type dans ses cliniques québécoises. « Nous avions une formule où les patientes payaient pour deux cycles et, si elles ne devenaient pas enceintes, le troisième était gratuit. Donc, elles payaient d’avance pour deux cycles, mais, actuellement, au Collège des médecins, il est interdit de facturer d’avance pour des services non rendus ou non rendus dans un avenir proche […]. Quand le Collège nous a fait la recommandation que ça ne répondait pas [aux normes éthiques], on a enlevé ce programme-là. »

Maintenant qu’il est partenaire d’IntegraMed, il ne nie pas son intérêt pour le programme « grossesse garantie ou argent remis » pour ses neuf cliniques canadiennes, dont quatre sont situées au Québec. Mais le Dr Saint-Michel reste prudent. « Je ne sais pas si on pourrait l’implanter tel quel. Chaque province a ses normes, il faut regarder éthiquement si c’est admissible, si ça répond aux standards éthiques de chaque Collège. »

Il attend de voir quelles seront les nouvelles dispositions juridiques lorsque le projet de loi 20, qui met fin au programme de procréation médicalement assistée, sera adopté. « Là, on pourra regarder si ça peut s’appliquer, comment ça peut s’appliquer, si ça répond aux besoins de notre marché. C’est sûr que ça devient un avantage important pour la clientèle. »

Au-delà de ce forfait, il y a toute une panoplie de services de prêts qui pourraient être offerts dans les cliniques québécoises, avec la fin de la couverture publique de la fécondation in vitro. « Ce n’est pas tout le monde qui a 7000 $ de disponibles pour payer à l’avance. Donc, on pourrait effectivement financer les patientes en attendant qu’elles aient leur crédit d’impôt. Ça permettrait une accessibilité beaucoup plus facile », soutient le Dr Saint-Michel.

Aux États-Unis, le marché des prêts financiers pour les traitements de fertilité est en pleine expansion. « Éventuellement, il se peut que le Québec devienne intéressant, en fonction de la non-couverture de certains services », concède le Dr Saint-Michel, qui affirme que le projet de loi 20 ne faisait toutefois pas partie du plan lorsqu’il a commencé à négocier avec IntegraMed, il y a près d’un an.

Far West américain

Pour Céline Braun, présidente de l’Association des couples infertiles du Québec, c’est le loup qui entre dans la bergerie. « C’est le Far West américain, sans loi ni scrupule, qui débarque ici ; c’est l’importation des pratiques commerciales de la médecine américaine au Québec. » Elle craint les abus commis sur le dos de patients émotifs et « vulnérables » qui vont s’endetter dans l’espoir de fonder une famille, de même que la commercialisation d’un service de santé.

Chez Procréa, le Dr Pierre Saint-Michel tente de se faire rassurant, conscient lui aussi des risques associés au crédit. « Il ne faut pas que ça devienne comme un sofa ou un téléphone cellulaire qu’on achète à crédit. Je pense que, dans tout ça, l’indication médicale doit rester la priorité. »

4 commentaires
  • Robert Beauchamp - Abonné 4 août 2015 00 h 30

    La $anté

    Les Américains débarquent salivant à l'idée de la privatisation progressive de nos soins.

  • Robert Aird - Abonné 4 août 2015 07 h 24

    Suggestion

    Je suggère au Devoir de faire suivre cette nouvelle par une entrevue avec Céline Lafontaine, auteur de la brillante étude “Le corps-marché, la marchandisation du corps”. Parce que c’est bien de cela dont il s’agit. Autrement, cet article n’informe que très peu sur les enjeux qui impliquent ces pratiques.

  • Lucia Ferretti - Inscrite 4 août 2015 07 h 34

    Des intérêts de Desmarais aux décisions des Libéraux

    Résumons. IntegraMed appartient à Sagard Capital, filière américaine de Power Corporation possédée par la famille Desmarais.

    Comme IntegraMed prête de l'argent aux couples pour qu'ils s'achètent un programme de procréation assistée, il faut forcément que ces programmes soient à vendre. S'ils sont couverts par l'assurance-maladie, il n'y a pas ni marché ni profit pour l'entreprise de Desmarais.

    Or, comme par hasard, le gouvernement libéral a annoncé la fin de la couverture du programme québécois de procréation assistée. Êtes-vous surpris?

    • Pierre Bonin - Inscrite 4 août 2015 11 h 38

      Ce programme ayant comme intérêt financier la famille Desmarais via sa filière américaine de Power Corporation avec en arrière plan le gouvernement Couillard qui utilile son pitt bull Barrette pour mettre fin au programme de procréation assitée est l'illustration tragique de: J'aime mieux un PM magnat de presse qu'un empire financier qui possède un PM.