Le privé recrute les jeunes médecins

Au cours de sa résidence, le Dr René Wittmer a reçu plusieurs messages non sollicités qui vantaient les cliniques privées, une pratique devenue courante.
Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir Au cours de sa résidence, le Dr René Wittmer a reçu plusieurs messages non sollicités qui vantaient les cliniques privées, une pratique devenue courante.

Les jeunes médecins qui sortent des facultés de médecine représentent désormais des « clientèles cibles » pour les cliniques privées, qui prennent tous les moyens pour les solliciter en leur faisant miroiter des conditions de pratique idéales. Et si les jeunes médecins sont encore peu nombreux à faire le saut au privé sans passer par le public, les observateurs voient une nouvelle tendance qui va en s’accélérant.

« On n’entendait pas ça avant, des gens qui finissent leur résidence pour aller dans le privé, et là, il semble y en avoir de plus en plus, observe Isabelle Leblanc, présidente du groupe Médecins québécois pour le régime public. Avant, les gens étaient participants [au régime public de la RAMQ] et devenaient non-participants après plusieurs années de carrière, mais ça semble être moins le cas. »

En effet, depuis quelques années, le nombre de jeunes médecins ayant quitté pour le privé avec un an ou moins de pratique au public a augmenté de façon considérable, a observé Le Devoir, grâce à une compilation effectuée à partir de la date d’obtention de permis des médecins inscrits sur la dernière liste des médecins non participants de la Régie de l’assurance maladie du Québec [RAMQ].

Depuis dix ans, on pouvait voir des cas isolés. Mais depuis 2012, bien qu’ils soient encore très peu nombreux, une tendance se dessine clairement. Il y a trois ans à peine, ils étaient deux à avoir quitté le public avec moins d’un an d’expérience. En 2013, ils étaient huit sur un total de 23 médecins désaffiliés. Et cette année, pour les six premiers mois, on compte déjà sept départs de jeunes médecins sur un total de 51 nouveaux médecins non participants.

Potentiel de recrutement

Il faut dire que le nombre de cliniques privées augmente au fil des ans et que ces dernières ne se gênent plus pour aller recruter chez les résidents. « Ça commence à débloquer davantage auprès des finissants, les jeunes se parlent entre eux, on sent que c’est moins tabou, explique Dr Marc Lacroix, qui a fondé les cliniques Marc Lacroix en 2009. Au départ, ce n’était pas notre clientèle cible, mais là, ça commence. À l’heure actuelle, ça représente entre 30 et 50 % du potentiel de recrutement. »

Selon lui, c’est un « phénomène nouveau » qui est appelé à prendre de l’ampleur, car les jeunes médecins représentent l’avenir des cliniques privées. Cette année seulement, il compte trois nouveaux médecins qui viennent de terminer leur résidence.

« On sent beaucoup moins de réticences qu’avant chez les jeunes. Et même, je vous dirais, ce sont les jeunes qui vont être les moins gênés d’aller au privé dans les prochaines années. Ils sont beaucoup plus ouverts que leurs confrères qui ont de l’expérience dans le réseau public. Ils vont aller au privé pour différentes raisons : pour la qualité de vie et de pratique, mais aussi, d’emblée, pour échapper aux règles contraignantes imposées par le gouvernement. »

« Mal vu »

C’est justement ce qui a poussé le Dr Maxim R. Éthier vers le privé lors de sa dernière année de résidence en 2014. « Je voulais faire de la prise en charge, il y a tellement de patients qui n’ont pas de médecin de famille. Mais quand on essaie d’obtenir un poste pour combler ce besoin-là en faisant juste de la prise en charge, on se fait répondre que ce n’est pas possible. On a une obligation de faire de l’hôpital ou du CHSLD, mais ça ne m’intéressait pas. C’est pour ça que j’ai commencé à chercher ailleurs. »

Après un an de pratique dans une clinique privée de la Rive-Sud de Montréal, Maxim R. Éthier se dit très satisfait. Il suit près de 2000 patients et a le sentiment du devoir accompli. Pourtant, il se rappelle la surprise de ses confrères lorsqu’il leur a annoncé, en deuxième année de résidence, qu’il avait trouvé un poste au privé. « Auprès de mes collègues, c’est quand même bien passé, mais c’est sûr qu’il y a des patrons qui aimaient un peu moins l’idée. C’est un peu mal vu de travailler au privé. C’est encore méconnu chez les médecins et il y a beaucoup d’incompréhensions et de jugements, un peu à tort. »
 

Lorsqu’il a obtenu son diplôme en 2014, il était le seul de sa cohorte à passer directement au privé. Mais cette année, il perçoit « un effet clair » du projet de loi 20, qui a fortement ébranlé les médecins de famille en voulant leur imposer des quotas de patients. « Cette année, j’ai eu beaucoup de résidents qui sont venus me voir pour me poser des questions et savoir comment ça fonctionne. J’en connais deux qui ont signé au privé. »

Sollicitation non désirée

Cela faisait à peine quelques jours que Yassen Tcholakov avait commencé sa résidence en santé publique à McGill lorsqu’il a reçu, au début du mois de juillet, un message d’un inconnu sur sa page Facebook lui vantant les mérites d’une pratique en cabinet privé. « Ce qui m’a choqué, c’est que c’était dans un contexte non sollicité. J’ai été surpris, je ne m’attendais pas à ce que ça débute si tôt. »

Des messages non sollicités de cliniques privées, Dr René Wittmer en a reçu plusieurs au cours de sa résidence. Des messages sur son profil LinkedIn, mais également des lettres envoyées à son domicile.

Militant pour le public, le jeune diplômé de 2015, qui vient de commencer sa pratique au CLSC des Faubourgs à Montréal, dit avoir eu un « malaise » devant ces techniques de recrutement du privé. « On est formé dans un système public, j’ai un peu un malaise, car il y a l’appât qui nous est présenté à la fin de notre formation pour nous dire : voilà, une belle pratique pour vous, tout sera fourni. Ça peut être un peu tentant pour les résidents d’y répondre, surtout dans un contexte d’incertitude comme il y a eu dernièrement. »

Lui-même, dans la foulée du projet de loi 20, avoue s’être posé des questions sur ses objectifs de carrière et la possibilité de les atteindre dans le public. « Ma réponse a toujours été que je reste avec le système public. Pour moi, c’est une question d’accessibilité et d’équité des soins. Les soins de santé devraient revenir à qui en a besoin et non à qui a le plus d’argent pour payer. »

À la Fédération des médecins résidents du Québec (FMRQ), le directeur général Jean Gouin minimise la situation en soutenant que la vague de départs des jeunes médecins vers le privé ne se fait pas encore sentir. Mais il s’oppose à cette pratique. « Les jeunes médecins ont un devoir envers la population. Oui, il y a un marché pour ça, c’est vrai, mais je pense que, dans un premier temps, les jeunes médecins devraient travailler dans le public. »

Une tendance croissante

Médecins désaffiliés de la RAMQ après moins d’un an de pratique :

2004: 1

2005: 0

2006: 0

2007: 1

2008: 0

2009: 2

2010: 1

2011: 0

2012: 2

2013: 8

2014: 2

2015*: 7

* En date du 17 juillet
30 commentaires
  • Robert Beauchamp - Abonné 28 juillet 2015 00 h 42

    Les enfants rois

    Ça ne me tentait pas de faire de la médecine en CHSLD ou à l'hôpital dit-il. Ben coudonc! N'ont-ils pas contribué ces gens-là à la formation de ce jeune médecin?
    M. Barrette, si vous n'intervenez pas, c'est que vous et M. Couillard, vous nous trompez.

    • Francois Cossette - Inscrit 28 juillet 2015 09 h 31

      Ben coudonc on est dans un pays libre ici. Les études n'ont pas comme aboutissement de devenir esclave du système publique. Que le système publique fasse ses devoirs pour donner le gout au médecin d'y pratiquer ca serait une bien meilleur approche pour les retenir. Mais quand on regarde ce qui s'y passe on comprends que certains n'aient pas le gout d'y mettre les pieds.

    • Léonel Plasse - Abonné 28 juillet 2015 11 h 15

      A François Cossette : Ces jeunes médecins ont été formés avec l'argent du public, ils devraient donc remettre la totalité des coûts de leurs études.

    • Nicolas Lepage-Dussault - Abonné 28 juillet 2015 12 h 01

      Je crois que ce que voulait dire ce médecin, c'est qu'il voulait répondre aux besoins médicaux des gens non hospitalisés, donc ceux qui consultent en clinique externe/sans rendez-vous/avez rendez-vous au lieu d'aller vers les soins aigus, donc les hôpitaux.

    • Réal Ouellet - Inscrit 28 juillet 2015 15 h 47

      Et c'est ainsi qu'en temps de guerre, les armées vont devoir blesser les autres soldats de façon à donner le goût aux médecins de guerre de les soigner!!!

      ...Faire un cours de médecine pour apprendre à raisonner comme ça? Oû est le serment d'Hypocrate?

    • Michel Laberge - Abonné 28 juillet 2015 20 h 44

      À monsieur François Cossette, Est-ce qu'un pays libre devrait permettre la liberté des nombrilistes de commettre des injustices flagrantes envers ce pays?

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 29 juillet 2015 02 h 26

      «Oû est le serment d'Hypocrate ?»
      Le serment d'Hypocrate n'est plus prononcé depuis belle lurette, M. Ouellet. Ceci est un fait avéré.

      PL

  • Maryse Veilleux - Abonnée 28 juillet 2015 06 h 23

    Conséquences reliées à ce choix

    Lorsque les jeunes médecins font ce choix ils devraient être pénalisés au niveau des prêts et bourses soit l'obligation de rembourser la totalité de leur dette immédiatement puisqu'ils profitent de l'argent public pour leur formation.

    • Gaétan Fortin - Inscrit 28 juillet 2015 10 h 23

      En effet !

    • Carole Harvey - Inscrit 28 juillet 2015 11 h 39

      Demandez-vous aux ingénieurs ,dentistes et autre professions qui travaille presque uniquement au privé le meme traitement?????

  • Robert Morin - Abonné 28 juillet 2015 06 h 50

    Coûts publics, profits privés

    Je suggère que l'on taxe considérablement les cliniques privées en fonction du nombre de jeunes médecins qu'elles recrutent parmi les nouveaux diplômés qui ont été formés à même les fonds publics, et que ces sommes soient investies dans le financement des Facultés de médecine. Sinon, c'est d'une grande absurdité et d'une injustice sans nom!

    • Maryse Veilleux - Abonnée 28 juillet 2015 10 h 22

      Très bonne idée, je vote pour vous!

  • Chantale Desjardins - Abonnée 28 juillet 2015 07 h 16

    Privé au prix du public

    Ceux qui ont de l'argent peuvent se payer des services coûteux et une assurance mais le gouvernement ne devrait pas permettre que les services en santé soient assurées ainsi car c'est discréminatoire. Il serait temps que Couillard et cie posent des gestes pour corriger la situation qui semble dangereuse.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 29 juillet 2015 02 h 30

      Qui a ouvert une porte ? Et maintenant, nous blâmons ceux qui s'en servent.

      PL

  • Gilles Théberge - Abonné 28 juillet 2015 07 h 30

    La stratégie des libéraux fonctionne

    En ne faisant rien pour améliorer les conditions de pratiques médicales dans le secteur public, les médecins vont se précipiter dans le secteur privé.

    C'est bien ça qu'ils veulent n'est-ce pas, privatiser en douce le système de santé?

    • Jean Richard - Abonné 28 juillet 2015 09 h 59

      La technique est bien connue et largement utilisée par les politiciens d'allégeance libérale : on laisse se détériorer les services pour pouvoir dire ensuite que seul le privé est capable de gérer de tels services.

      Ça ne s'applique pas qu'au système de santé. C'est un peu la même chose avec l'éducation, le transport... On pourrait même voir à l'horizon un désir de privatiser Hydro-Québec. C'est moins loin qu'on ne le croit.