Une avancée pour ralentir l’Alzheimer?

Un traitement expérimental des laboratoires américains Eli Lilly a ralenti les effets d’Alzheimer sur des patients souffrant d’une forme modérément avancée de la maladie, ce qui pourrait constituer la première avancée médicale significative contre cette dégénérescence incurable. Des patients dans les premiers stades d’Alzheimer traités avec le Solanezumab ont préservé la plupart de leurs capacités cognitives, par rapport à des groupes ayant pris un placebo, a indiqué le groupe pharmaceutique en présentant ses résultats mercredi à l’Alzheimer’s Association International Conference (AAIC), réunie cette semaine à Washington. Les premiers résultats de deux essais cliniques avec cette molécule menés avec environ 2000 patients pendant 18 mois et dévoilés en 2012 n’avaient pourtant pas été probants. Mais une analyse des résultats de ces essais cliniques pour les patients qui étaient à un stade précoce de la maladie montrait que le Solanezumab a permis un ralentissement marqué de 34 % du déclin mental de ces malades, et de 18 % de leur perte de capacités à exécuter leurs tâches quotidiennes.