Diane Francoeur craint que le ministre Barrette ne s’arroge un «accès prioritaire»

La Dre Diane Francoeur craint que le ministre Gaétan Barrette ne s’arroge un «accès prioritaire» aux dossiers de la population du Québec.
Photo: Michaël Monnier Le Devoir La Dre Diane Francoeur craint que le ministre Gaétan Barrette ne s’arroge un «accès prioritaire» aux dossiers de la population du Québec.

La présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, Diane Francoeur, remet en question la pertinence pour le ministre de la Santé Gaétan Barrette de posséder une clé d’accès au Dossier santé Québec, alors que celui-ci ne pratique plus. Elle craint les dérives, rappelant que les enjeux de confidentialité sont particulièrement délicats dans ce dossier.

« Je ne vois pas pourquoi il a une clé, il n’est pas un [médecin] soignant, il n’a pas de patients, lance Diane Francoeur d’un ton irrité. Qu’il se promène partout avec sa clé, en tant que citoyenne, ça m’interpelle. Je n’aimerais pas qu’il aille fouiller dans mon dossier avant une rencontre de négociation, par exemple. »

Elle réagissait à l’article du Devoir qui rapportait mardi que le ministre Barrette avait fait la leçon à un médecin alors qu’il accompagnait un membre de sa famille. En entendant le médecin consulté demander à son patient d’appeler son pharmacien pour qu’il lui faxe ses prescriptions, le ministre a sorti sa propre clé pour montrer au médecin comment il pouvait avoir accès au dossier de son patient.

Concrètement, la Dre Francoeur craint que le ministre ne s’arroge un « accès prioritaire » aux dossiers de la population du Québec.

« Moi, je n’ai pas le droit d’aller fouiller dans votre dossier et, en principe, on est capable de me suivre à la trace si je vais dans des dossiers où je ne suis pas le médecin traitant. J’espère que ce sont les mêmes règles pour le ministre […] Il se donne déjà assez de droits comme ça. »

Elle fait le parallèle avec les autres ministères qui doivent travailler avec des dossiers confidentiels. « Est-ce que le ministre des Finances a accès à la déclaration de revenus de tous les citoyens du Québec ? Pour moi, c’est le même enjeu. »

Confidentialité

 

Le Dossier santé Québec contient les résultats de tests de laboratoire, d’imagerie médicale de même que les prescriptions des patients.

La Dre Francoeur rappelle que la confidentialité a toujours été au coeur des préoccupations des citoyens dans ce dossier. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le système est aussi lourd. Or, en disposant de sa propre clé, le ministre sème le doute. « La confidentialité, c’est le nerf de la guerre du DSQ. »

Questionné sur ce sujet, le ministre de la Santé confirme qu’il a obtenu sa clé au début de son mandat de ministre, bien qu’il utilise le système depuis plusieurs années. « Je ne pratique plus, mais dans mes fonctions, je dois avoir accès de façon limitée à tous les systèmes pour faire une appréciation fonctionnelle, c’est tout à fait normal. »

Bien qu’il ne pratique plus depuis, il est toujours inscrit au tableau de l’Ordre, ce qui lui donne le droit d’avoir sa clé, affirme-t-il. « Mais je suis assujetti aux mêmes règles que n’importe quel médecin », assure-t-il.

Ainsi, le ministre dit utiliser son propre profil pour tester les limites du système et répondre aux plaintes des médecins. « Quand les médecins me disent par exemple que le DSQ est lent, je peux tester le système en me regardant moi-même. Mais je ne peux pas, moi, aller voir tout un chacun. C’est comme ça. »

À voir en vidéo