Les femmes nées prématurées sont plus à risque d’accoucher prématurément

Les obstétriciens pourraient grâce à cette étude informer leurs patientes des signes avant-coureurs d’un travail préterme.
Photo: Thinkstock Les obstétriciens pourraient grâce à cette étude informer leurs patientes des signes avant-coureurs d’un travail préterme.

Les femmes nées prématurées ont un risque plus élevé de donner naissance à un enfant prématuré, affirme une étude publiée dans la revue scientifique Obstetrics Gynecology par des médecins et chercheurs du CHU Sainte-Justine et de l’Université de Montréal.

Durant la période étudiée, les chercheurs ont démontré que 13 % des femmes nées avant 37 semaines de gestation avaient donné naissance prématurément au moins une fois contre 9,5 % chez les femmes nées à terme. Ce chiffre passait à 14 % chez celles nées avant 32 semaines.

L’équipe de recherche a analysé les données d’une cohorte québécoise de 7405 femmes nées prématurément sur une période de 19 ans, soit de 1976 à 1995, et les a comparées à celles de femmes nées à terme.

Sachant que le fait d’être née avant terme constitue pour une future mère un facteur de risque, les obstétriciens pourraient informer leurs patientes des signes avant-coureurs d’un travail préterme, afin qu’elles puissent être vigilantes et consulter rapidement si des contractions surviennent, a dit la docteure Anne Monique Nuyt, qui a dirigé l’étude.

Les perspectives de prévention de la prématurité comptent aussi parmi les avantages soulevés par la chercheuse.