Québec s’essaie à la manière douce avec les médecins

Les six propositions déposées par les médecins omnipraticiens seraient d’abord testées.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Les six propositions déposées par les médecins omnipraticiens seraient d’abord testées.

Le ministre Gaétan Barrette s’apprête à donner une chance aux médecins omnipraticiens d’appliquer leurs propres solutions pour améliorer l’accès aux soins en remplacement du projet de loi 20. Ce dernier pourrait tout de même être adopté, mais avec une mise en application restreinte ou retardée, a appris Le Devoir, ce qui donnerait au ministre un certain levier pour obliger les médecins à des résultats.

Depuis le dépôt du projet de loi 20 l’automne dernier, le ministre Gaétan Barrette a répété à maintes reprises qu’il était ouvert à considérer d’autres options si on lui proposait des solutions qui donnent « des garanties de résultat ». Son but, répète-t-il, est d’améliorer l’accès aux soins de santé pour la population, particulièrement en première ligne. Et le projet de loi 20 était l’outil ultime pour y arriver, en menaçant les médecins de couper leurs prestations de 30 % s’ils ne voyaient pas un minimum de patients.

En commission parlementaire, à la mi-mars, le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), le Dr Louis Godin, très opposé au projet de loi 20, a présenté une liste de six propositions qui ont eu l’oreille du ministre (voir l’encadré ci-contre). Les deux parties sont en négociation depuis, et la FMOQ a bon espoir d’en arriver à une entente d’ici la fin du mois de mai.

Ce n’est donc pas du projet de loi 20 dont il est question à la table de négociations, mais bien des propositions amenées par les médecins de famille eux-mêmes, dont l’abolition graduelle des activités médicales particulières (AMP) — une mesure mise en place au tournant des années 1990 qui oblige les médecins à consacrer un certain nombre d’heures de pratique dans les hôpitaux — et la création de nouvelles supercliniques pour désengorger les urgences.

« On ne négocie pas le projet de loi 20, on négocie la mise en place de nos mesures alternatives, confirme Jean-Pierre Dion, porte-parole de la fédération des médecins omnipraticiens. [Ce dont on discute] ce sont les conditions pour mettre en place ces mesures alternatives, parce que c’est quand même complexe. Ça peut être simple dans un document ou un mémoire, mais dans la vraie vie, ça a des impacts sur le terrain. C’est l’atterrissage de cela dont on discute. »

L’avenir du PL20

Or, la mise en place des mesures proposées par la FMOQ n’est pas compatible avec le projet de loi 20, affirme-t-il. « Ce qu’on demande, c’est que si on se donne les moyens pour que nos mesures soient mises en place, c’est évident qu’on ne peut pas avoir un projet de loi 20 dans les pattes qui est en vigueur ou qui s’applique. Le reste, ce que le gouvernement va faire pour que le projet de loi 20 ne s’applique pas, potentiellement, ça, on ne contrôle pas cette partie-là. »

Selon ce qu’a pu apprendre Le Devoir, le ministère évalue différents scénarios pour faire adopter tout de même le projet de loi afin d’avoir une « garantie » que les médecins arriveront avec des résultats concrets, soit une prise en charge de plus de patients d’ici la prochaine élection. Il laisserait ainsi les médecins tester leurs propositions avec la possibilité d’imposer le projet de loi 20 s’ils n’arrivent pas aux résultats promis. L’une des options est d’adopter la loi sans promulgation, ce qui veut dire qu’elle ne serait tout simplement pas appliquée. Une autre option est de renvoyer les articles plus contraignants aux textes de règlements, qui peuvent être adoptés et modifiés plus tard au fil des négociations ou selon les besoins.

Vote en conseil général

En conseil général, samedi dernier, la Fédération a voté sur les grands principes qui pourraient constituer la base de cette entente, à savoir les paramètres à l’intérieur desquels elle pourrait accepter une entente avec le gouvernement. La FMOQ refuse de rendre publique cette résolution, mais son porte-parole répète qu’il s’agit de principes et non d’une entente en bonne et due forme avec le ministère.

Dans une lettre envoyée aux membres en début de semaine, le président de la fédération, Louis Godin, rappelle que les discussions avec le ministère ne portent pas sur le projet de loi 20, mais il les prévient toutefois que « les représentants de la FMOQ ne siègent pas à l’Assemblée nationale et n’ont pas encore le pouvoir de voter ou de rejeter des lois ».

L’attachée de presse du ministre Gaétan Barrette, Joanne Beauvais, a refusé de commenter les négociations en cours et l’avenir du projet de loi 20. « L’étude du projet de loi 20 suit son cours, mais nous ne ferons pas la négociation sur la place publique », a-t-elle répondu par courriel.

Les propositions de la FMOQ

Abolition graduelle des AMP pour plus de pratique en cabinet.

Accès adapté : réaménagement de l’horaire des médecins pour laisser des plages horaires libres pour les rendez-vous urgents de dernière minute.

Collaboration interprofessionnelle : regrouper médecins de famille, infirmières, psychologues, travailleurs sociaux, ergothérapeutes, etc. au sein d’une même clinique.

Création d’une centaine de supercliniques pour les consultations semi-urgentes.

Informatisation des dossiers médicaux.

Engagement à prendre plus de patients sans exiger de ressources financières supplémentaires.
5 commentaires
  • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 7 mai 2015 03 h 56

    " Nos très chers médecins"

    En terme de Pouvoir, " nos très chers médecins" sont en train de carrément remplacer le Clergé au Qc. Mais ils sont si nobles nos Dr, si sacrés, si savants, ils ont passé 10 ans à se bourrer le crâne de notions anatomiques sans rien faire d'autre!

    Mais à ce que je peux lire, ils nous ont drôlement niaisés nos Dr! D'abord le + gros est ABSOLUMENT CONVAINCU que ses pairs ( à son instar avant qu'il se fasse ministre) gaspillent bp de temps entre leurs patients. Comme de quoi ce n'est pas tant un mythe que si tu souffres d'un malaise grave un beau jour de juin, t'es mieux d'aller te faire soigner sur un terrain de golf ( or, les Femmes Dr que j'ai vues se tuent à la tâche, mais une Femme doit tjs en faire 5x + qu'un homme ds les spheres qui leur étaient antrefois réservées, pour "mériter" leur place, mais le féminisme un autre jour...)

    Puis, les omnipraticiens, outrés, d'EUX, se faire traiter comme des gosses à la maternelle, ont soudain des solutions! Ça périclite depuis + de 30 ans! "Allo, la Terre!?!"

    Le Qc est rendu élitiste à ce pt la? PKP au PQ, 2 Dr ( car le 3 eme amigo est reparti faire des fouilles à nu " respectueuses de la personne") à la tête de la Nation?

    Moi, je crois que LA solution, c'est celle de nos infirmières! Mais personne ne les calcule car elles n'ont pas de ben ben beaux Doctorats!

    Et " nos très chers médecins" ne l'admettront JAMAIS, car ils partiront tous en Australie avant qu'on ampute d'un rond leur Intouchable Rémunération. Chaque sou compte! Question de vie ou de mort! ( tels les crédits d'impots de Prod J...)

    Alors ils proposent de + vider encore les hostos et créer des "Super-Cliniques", qui ont un Super Nom, mais ne seront pas en 3D avant 2052.

    Je pense presque préférer le Projet de loi 20, moi qui le vitupérais tellement, car je le crois encore, les quotas ne sont pas + la solution.

    J'ai encore à dire, mais n'ai + d'espace! Lisez tous la pièce " Knock", c'est très court, TRÈS Avant-Gardiste, et ca dit tout!

    • Philippe-Antoine Bilodeau - Inscrit 8 mai 2015 09 h 35

      «ils ont passé 10 ans à se bourrer le crâne de notions anatomiques sans rien faire d'autre»
      1. En plus de l'anatomie, qui représente une bien mince partie de ce que les étudiants en médecine doivent apprendre, il y a la physiologie, la pharmacologie, la biochimie, la pathologie, la médecine moléculaire et j'en passe
      2. Étudier en médecine est un emploi à temps plein, je ne comprends pas du tout votre allusion à «sans rien faire d'autre». Si vous croyez que, excusez l'expression, nous nous «pognons le derrière» en prétendant étudier, je vous confirme que vous vous trompez.

      Effectivement, les médecins de la plus vieille génération sont régulièrement sexistes et mysogynes, bien qu'ils soient souvent tout aussi puérils avec les résidents masculins, mais je crois, selon ce que j'observe présentement dans les Factultés, que cette mentalité n'est plus présente dans la jeune génération de diplômés. À tout le moins, je l'espère fortement...

      Je suis moins même étudiant en médecine et la politique m'intéresse. Je ne crois pas qu'on puisse blâmer leur formation académique pour l'incompétence de nos élus. Ce serait injuste et inexact.

      Je ne crois pas qu'un groupe ou l'autre ait plus raison. Les infirmières, médecins, psychologues, ergothérapeutes, tous doivent travailler pour améliorer l'accès aux soins de santé. Ce n'est pas contribuer au débat que de polariser encore plus les acteurs. Je ne crois pas non plus qu'il y ait UNE seule solution, comme vous le mentionnez. Le problème est beaucoup plus complexe.

  • Patrick Daganaud - Abonné 7 mai 2015 07 h 53

    À la manière douce ou en douce...

    Dans un régime de castes, les plus élevées finissent toujours par se partager l'assiette au beurre.

    L'amélioration des soins publics de santé, si elle a lieu, ne sera, au plus, qu'un effet secondaire de la protection des acquis et des privilèges du corps médical.

  • François Dugal - Inscrit 7 mai 2015 08 h 09

    Enrichissons notre vocabulaire

    Chantage :
    Action d'extorquer de l'argent ou tout autre avantage par la menace ou la force.

  • Yvon Bureau - Abonné 7 mai 2015 09 h 50

    Prenons soins de nos médecins

    Nouvelles encourageantes, ce matin. Osons une entente négociée.

    Faisons aussi confiance en nos fédérations de md.

    Nous, les patients, prenons soins de nos médecins. Ils ont besoin de notre support et encouragement.

    Nous, les malades et les bienades, ...