Les eaux usées révèlent des Québécois portés sur la cocaïne

Plus que les drogues illégales, ce sont surtout les résidus d’antidépresseurs, d’anxiolytiques, et de diverses hormones contenues dans les anovulants et les traitements hormonaux qui abondent dans les eaux domestiques usées.
Photo: Thinkstock Plus que les drogues illégales, ce sont surtout les résidus d’antidépresseurs, d’anxiolytiques, et de diverses hormones contenues dans les anovulants et les traitements hormonaux qui abondent dans les eaux domestiques usées.

Des échantillons provenant des eaux usées de deux grandes villes du Québec en 2014 démontrent que la cocaïne serait la drogue la plus consommée avec des concentrations atteignant 15 doses par 1000 habitants, soit l’équivalent de près de 25 000 doses par jour pour une ville de la taille de Montréal. Une consommation dépassant celle observée ces dernières années dans plusieurs villes d’Europe.

Ces données, tirées des relevés hebdomadaires effectués pendant six mois par une équipe de chercheurs de l’Université de Montréal et de l’Université du Québec à Trois-Rivières, permettent d’estimer pour la première fois avec acuité la consommation réelle de drogues illicites, ainsi que la concentration dans les rejets d’égouts de médicaments couramment prescrits comme les anovulants, les antidépresseurs et les anxiolytiques.

La mesure des résidus excrétés dans les urines, et des métabolites créés lors de leur transformation par le foie, demeure une des méthodes les plus fiables pour jauger de la quantité réelle de divers agents chimiques consommés dans la population.

Taux élevés

« Ce sont des données encore fragmentaires, mais la cocaïne est la drogue la plus présente retrouvée dans nos échantillons. Les concentrations ressemblent à ce qui a été observé dans d’autres pays », affirme André Lajeunesse, professeur en chimie criminalistique à l’UQTR et cochercheur de cette d’étude.

En fait, si l’on compare ces chiffres à ceux obtenus en 2013 par le Centre national de recherche scientifique (CNRS) en France, ces premiers taux mesurés au Québec dépassent de loin ceux obtenus dans 25 villes françaises et se comparent au maximum observé à Lille, dans le Nord-Pas-de-Calais, soit 14 doses de 100 grammes par jour par 1000 habitants.

L’étude française avait d’ailleurs créé son lot de remous l’automne dernier, plusieurs villes ayant refusé d’y participer, d’autres s’étant offusquées des résultats les classant « championnes » de la drogue.

Pour ces raisons, l’équipe de chercheurs québécois a choisi de taire les noms des deux villes étudiées. Les niveaux de consommation observés peuvent être variables, compte tenu des multiples facteurs qui influencent la concentration des agents chimiques dans les eaux usées. « Les taux disent une partie de la réalité. La consommation dépend du nombre d’habitants, du débit d’eau dans les usines, en plus de facteurs météorologiques comme la fonte des neiges », met en garde le professeur Lajeunesse.

Week-end narcotique

Si les échantillons recueillis entre janvier et juin placent la cocaïne en tête des produits illicites retrouvés, ils ne quantifient pas la consommation de cannabis, exclue de l’étude.

Les concentrations de cocaïne mesurées aussi sont de beaucoup supérieures à celles de l’ecstasy (MDMA), ainsi qu’à celles du fentanyl — un dérivé de l’opium utilisé dans plusieurs drogues de rue —, très peu présents. « On remarque en général que l’ecstasy est surtout consommée les week-ends ou lors d’événements festifs. Alors que pour la cocaïne, c’est un bruit de fond constant », explique le professeur Lajeunesse.

Ces données corroborent les résultats obtenus en France, en Belgique et en Suisse, où les traces de drogues mesurées bondissaient lors de festivals, d’événements sportifs ou de foires commerciales.

La normalisation de toutes ces données, espère le chercheur, pourrait devenir un outil précieux pour les corps policiers ou pour aider les autorités de santé publique à mieux cibler leurs interventions. « Le but n’est pas vraiment de comparer la consommation entre les villes, mais de mieux comprendre les drogues qui sont en circulation ou de mettre en place de meilleurs programmes de prévention », dit-il.

Soupe chimique

Cette vaste analyse des eaux usées, financée par le Canadian Water Network pour mesurer la présence de produits toxiques dans les eaux rejetées dans le Saint-Laurent, renseigne au passage sur la véritable soupe chimique qui aboutit dans les usines d’épuration.

Plus que les drogues illégales, ce sont surtout les résidus d’antidépresseurs — notamment l’Effexor (Venlafaxine) —, d’anxiolytiques, et de diverses hormones contenues dans les anovulants et les traitements hormonaux qui abondent dans les eaux domestiques usées.

« On retrouve de tout, notamment des plastifiants comme le biphénol A, des antidépresseurs, du sucralose, et surtout, de la caféine en très grande quantité », soutient Sébastien Sauvé, professeur à l’Université de Montréal en chimie environnementale et directeur de l’Institut de l’environnement, du développement durable et de l’économie circulaire (EDDEC). Autant d’agents chimiques que n’éliminent pas les procédés d’épuration les plus courants et qui vont contaminer l’environnement ainsi que les sources d’eau potable, situées en aval.

« Il ne faut pas se fier uniquement aux plus gros chiffres, mais surtout au seuil connu de toxicité. Dans le cas des BPA, qui est un perturbateur endocrinien, on sait qu’il y a des impacts à partir de seulement 0,5 nanogramme par litre, alors que nos échantillons dépassent souvent de 20 à 30 fois ce seuil », indique ce chercheur.

Si la cocaïne ou le café n’ont pas d’effet connu sur les poissons, il en est autrement des biphénols et autres hormones, qui ont des impacts sur le système de reproduction de plusieurs espèces aquatiques.

Agents chimiques les plus présents

Caféine

Antidépresseurs

Anxiolytiques

Antiépileptique

Cocaïne

Moins présents

Testostérone

Progestérone

Oestrogène

MDMA (ecstasy)
24 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 6 février 2015 01 h 30

    De la qualité laboratoire

    Va-t-il falloir aller sniffer a l'usine d'épuration, pour y retrouver la fameuse qualité laboratoire, depuis le temps que l'on dit que l'usine devrait extraire les medicaments, tant qu'a y etre, peut etre pourrions nous extraire également la morphine et autres medicaments qui coutent les yeux de la tete. Bon c'est beaucoup d'eau et differents produits a traiter, peut etre que ca empechera les gens en aval de se ramasser stone, il me semblait bien aussi qu'ils avaient des gens qui avaient des yeux bizarres

    • Simone Lussier - Inscrit 6 février 2015 10 h 51

      LOL! Dans l'ordre - caféine, downers et uppers!

  • Marc Rainville - Inscrit 6 février 2015 05 h 41

    Brita

    Brita. Ça presse.

  • Guy Lafond - Inscrit 6 février 2015 07 h 24

    Avons-nous des données...


    ...pour Toronto, Calgary et Vancouver?

    S'il vous plaît, Le Devoir, voyons clair! Nous sommes au Canada! Et on en a rien à cirer ici de la France, de la Belgique, de la Suisse, de leurs "dealers" et de leurs déchirés!

    • Henri Gazeau - Inscrit 6 février 2015 11 h 30

      Mais, cher monsieur, déniez-vous au Québec le droit d'être ouvert sur le monde? Être au Canada fait-il que le reste de la planète n'existe pas? Que sous-entendez-vous au juste par ce commentaire hors sujet qui réclame de la clarté mais est curieusement obscur?

    • Guy Lafond - Inscrit 6 février 2015 12 h 20

      Mais, cher monsieur Gazeau,

      Ce commentaire est pour signifier que nous sommes aussi capables au Canada de faire preuve de leadership. Que nous n'avons pas nécessairement besoin d'études provenant du vieux continent. Que nous pouvons éviter d'élire des maires qui trichent avec les stupéfiants et qui ne montrent pas l'exemple au reste de la population, si on s'en donne vraiment la peine. Cela répond-t-il à votre question m. Gazeau?

  • Jocelyne Olivier - Abonnée 6 février 2015 07 h 43

    cocaïne homéopathique

    Si les mollécules d'eau «gardent mémoire» de tous ces produits, un verre d'eau filtrée par jour pourrait peut-être soigner bien des maux?

    • Danielle Houle - Abonnée 6 février 2015 09 h 05

      En homéopathie, l'effet est inverse quand un produit est dilué à l'extrême: par exemple, on va donner du COFFEA pour calmer quelqu'un alors que le café va stimuler. Donc on pourrait s'attendre à des effets très différents du produit original. Faut pas se surprendre que les antibiotiques et autres "iques" ne fonctionnent plus et que les gens sont de plus en plus malades. Le lent empoisonnement par l'eau serait-il un complot de nos gouvernements pour réduire la population planétaire ?

    • Sylvain Auclair - Abonné 6 février 2015 09 h 05

      Logiquement, la coke en dose homéo, ça devrait calmer, non?

    • Yvan Croteau - Inscrit 6 février 2015 09 h 11

      Rien ne se cré, rien ne se perd vous dites ! Il serait intéressant de mesurer aussi la concentration d'antibiotique et d'hormone de croissance des rivières où l'on fait l'élevage du bétail. Ces pratiques sont aussi un signe évident d'un grand malaise lié au vivre ensemble dans nos belles sociétés industrielles ! De toute évidence nous sommes rendu à un point de bascule. Toutes les tensions vécus et cumulés vont provoquer une brisure qui donnera naissance à un nouvel équilibre pour le meilleur ou le pire selon qu'on s'engage collectivement à vivre autrement entre nous et envers la nature.

    • Xavier Cauchy - Inscrit 6 février 2015 13 h 15

      Remarquez ici que selon les principes de l'homéopathie, les femmes infertiles retrouveraient la fécondité en consommant l'eau du système public. L'homéopathie est une pseudo-science dont les principes vont à l'encontre d'une foule de phénomènes scientifiques vérifiés et contre-vérifiés. Croyez-y tant que vous voulez mais ce ne sera toujours qu'un croyance. Quant au complot gouvernemental, un peu de sérieux s.v.p. Utilisons le rasoir d'Ockham pour postuler qu'il est bien plus probable que ces molécules passent l'étape du filtrage simplement parce que leur élimination serait trop coûteuse et donc impossible considérant les ressources finies d'une municipalité. Il y a cependant peut-être lieu de reconsidérer à la lumière de ces données.

  • Jacques Gagnon - Inscrit 6 février 2015 08 h 31

    Quelle est ta dépendance ?

    Il semble bien que la vie soit devenue comme le Tour de France, une course que l'on ne peut gagner sans dope.

    «Quelle est ta dépendance ? Chanceux, la tienne n'est pas criminalisée, un anti-dépresseur.»

    • Alexis Lupien-Meilleur - Abonné 6 février 2015 12 h 49

      Ou guérir un membre cassé sans plâtre? Tant qu'à y être?

      Vous auriez pu pointer café, alcool ou cigarette, les anti-depresseurs c'est un remède, au même niveau que l'insuline pour les diabétique ou la trithérapie pour les sidatiques.