Le CSSS de Gatineau a été placé sous tutelle par Québec

En raison de sa situation déficitaire, le CSSS de Gatineau a été placé sous tutelle par Québec. Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, juge que l’exercice de redressement des finances pourra se faire sans influer sur les services aux patients.

Le CSSS de Gatineau prévoit un déficit de 5,6 millions de dollars pour l’année financière 2014-2015. Québec a suspendu les pouvoirs du conseil d’administration du CSSS lundi matin.

En entrevue sur les ondes de la Première Chaîne de Radio-Canada à Gatineau, le ministre a déploré l’existence d’un problème « récurrent » de gestion à ce CSSS. À l’aube de l’entrée en vigueur de la réforme prévue par le projet de loi 10, il importe de « tout mettre en place pour que le retour à l’équilibre budgétaire se fasse », a-t-il fait valoir.

« Quand les gens à la gestion ne font pas leur travail, nous n’allons pas tolérer cette situation, nous allons intervenir », a dit le ministre en ondes. D’autres établissements de santé déficitaires pourraient-ils goûter à la même médecine ? Non, assure son attachée de presse Joanne Beauvais. La situation du CSSS de Gatineau était « particulière » en raison des déficits récurrents, assure-t-elle.

Jean Hébert, p.-d.g. de l’Agence de la Santé et des Services sociaux de l’Outaouais, a obtenu le mandat de redressement. Il a 180 jours pour corriger la situation. Il devra se baser sur les recommandations d’un rapport de la firme Raymond-Chabot-Grant-Thorton, qui conclut que le CSSS peut aller chercher des économies de 24 millions de dollars sans influer sur les services à la population. Denis Chénier assurera l’intérim à la tête de l’agence.

Le syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires du CSSS doute de la prétention du ministre et croit que les soins risquent d’être touchés par l’exercice.

2 commentaires
  • Robert Beauchamp - Abonné 13 janvier 2015 05 h 14

    tutelle?

    Si je comprends bien, pour cause de déficits récurents le gouvernement du Québec devrait être mis en tutelle.

    • Sylvain Auclair - Abonné 13 janvier 2015 08 h 04

      C'est déjà le cas. C'est l'Assemblée nationale qui décide du budget du gouvernement.