Un test sanguin pour dépister les cancers

Un simple test sanguin développé par des chercheurs britanniques permettrait de dépister les patients atteints d’un cancer, sans avoir recours à des procédures aussi invasives que les biopsies ou les côlonoscopies.

Le test inventé par des scientifiques de l’Université de Bradford a permis de repérer, avec un grand degré de précision, les patients souffrant d’un mélanome, du cancer du poumon ou du cancer du côlon. Le test identifie également les patients atteints de conditions précancéreuses. Le test LGS (pour « Lymphocyte Genome Sensitivity ») mesure les dommages infligés par des rayonnements ultraviolets A à l’ADN des globules blancs du patient.

Puisque les globules blancs font partie de la réponse immunitaire, leur ADN est plus facilement endommagé par les rayonnements si le patient est en train de combattre un cancer. Les chercheurs ont vérifié l’efficacité de leur test à l’aide d’échantillons de sang fournis par 208 participants, dont 114 qui étaient soignés pour un cancer.

Tous les échantillons avaient été anonymisés et randomisés avant d’être examinés. De nouvelles études seront nécessaires pour approfondir le tout, mais les chercheurs affirment qu’il n’y aurait qu’une chance sur 1000 que leur test ait repéré uniquement au hasard les patients atteints du cancer.