Un accompagnateur pour l’Hôpital général juif

Après le CUSM et le CHUM, c’est au tour de l’Hôpital général juif de se voir assigner un accompagnateur. « Malgré un appui supplémentaire de 8 millions de dollars consenti deux années de suite par le Ministère afin de soutenir ses efforts de retour à l’équilibre budgétaire, l’hôpital a terminé la dernière année financière avec un déficit d’environ 15 millions de dollars », souligne le ministre de la Santé Gaétan Barrette. Pour cette raison, le Dr Michel Bureau, qui a déjà assumé ce rôle auprès du CUSM, s’assurera que l’établissement se dotera d’un plan crédible de retour à l’équilibre budgétaire.

2 commentaires
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 19 juin 2014 05 h 32

    Yahou !

    C'est de bon aloi que de chercher à aider et accompagner : bravo pour ce geste !

    Yahou ! - 19 juin 2014 -

  • Nicole Savoie - Inscrite 19 juin 2014 10 h 12

    Volonté de contrôle néfaste

    Pour avoir de nombreuses années fréquenté le "Jewish", comme l'appellent familièrement ceux qui aiment cet hôpital, et apprécient la qualité, l'humanité, l'efficacité des soins, j'estime néfaste la prise de contrôle de l'État sur cette institution qui a jusqu'ici réussi à échapper au monstre bureaucratique.

    Le soi-disant déficit est a mon sens un prétexte pour faire main basse sur l' hôpital qui a toujours défendu son autonomie farouchement et tenu le malade au-dessus des intérêts corporatistes et syndicaux, sans doute grâce à l'aide de sa généreuse fondation. Le Jewish était le dernier rempart contre notre état désincarné. Hélas, il est en voie de perdre son âme depuis que l'on s'occupe de lui ! L'État n'a pas apprécié la décision du C.A. de se soustraire à la Charte de la laïcité au nom des principes de tolérance et du respect des croyances religieuses qui ont fondé l'institution. Mais j'ai confiance que les administrateurs résisteront au rouleau compresseur avec la foi et la détermination qui déplacent des montagnes et les font parfois s'écrouler.

    Nicole Savoie