Une clinique sans médecin ouvre ses portes à Québec

La FIQ se donne un an et demi pour évaluer ce projet qui sera aussi étudié par une équipe de chercheurs de l'Université Laval.
Photo: Pedro Ruiz Archives Le Devoir La FIQ se donne un an et demi pour évaluer ce projet qui sera aussi étudié par une équipe de chercheurs de l'Université Laval.
La Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ) lançait mercredi à Québec un projet-pilote de clinique de quartier composée uniquement d'infirmières et d'intervenants psycho-sociaux.

«Nous passons à l'action», a déclaré fièrement la présidente de la FIQ Régine Laurent qui espère que d'autres établissements du même genre pourront apparaître au Québec.

Située aux frontière des quartiers Saint-Roch et Saint-Sauveur , la clinique existe déjà sous le nom de Coopérative de santé SABSA. Une infirmière praticienne Isabelle Têtu et une infirmière à la retraite Maureen Guthrie l'avait créée en 2012 pour faire le suivi des gens souffrant d'hépatite C. Environ 200 personnes y étaient suivies de façon bénévole.

Au fil du temps, les deux femmes avaient réalisé que les besoins étaient plus larges en matière de prévention et de suivi des maladies chroniques notamment. Au-delà des soins prodigués, leur objectif est d'intégrer progressivement les patients au système de santé.

Avec l'argent de la FIQ (150 000 $), elles pourront s'assurer qu'au moins une infirmière et un(e) intervenant(e) psycho-social(e) soient présent(e)s sur les lieux en tout temps.

La FIQ se donne un an et demi pour évaluer ce projet qui sera aussi étudié par une équipe de chercheurs de l'Université Laval.

Plus de détails à lire dans notre version papier jeudi matin
 

À voir en vidéo