Assurances privées en santé: de moins en moins généreuses

Où sont allés les 4,4 milliards de dollars que les Canadiens ont payés en primes en 2011 sans recevoir de soins en retour?
Photo: - Le Devoir Où sont allés les 4,4 milliards de dollars que les Canadiens ont payés en primes en 2011 sans recevoir de soins en retour?

Les assurances privées qui couvrent les médicaments et divers soins de santé de nombreux Canadiens leur en donnent de moins en moins pour leur argent. Les remboursements payés aux assurés depuis 20 ans ne cessent de chuter, même si, parallèlement, les primes sont toujours plus élevées. C’est la conclusion du chercheur Michael Law, qui publiait lundi une analyse dans le Journal de l’Association médicale canadienne.
 
Le chercheur à l’Université de la Colombie-Britannique a utilisé des données publiques pour calculer, depuis 20 ans, la différence entre les primes payées par les assurés et l’argent qui leur est retourné sous la forme de remboursements de soins de santé. Il y a 20 ans, ces remboursements représentaient 92 % des primes payées. En 2011, ils atteignaient tout juste 74 %.
 
« Imaginez si seulement 74 % de l’argent du ministère de la Santé servait à donner des soins de santé, explique M. Law. Les gens descendraient dans la rue pour protester. »
 

4,4 milliards non versés
 
Où sont allés les 4,4 milliards de dollars que les Canadiens ont payés en primes en 2011 sans recevoir de soins en retour? Difficile de répondre à cette question en raison du peu de données dévoilées par les compagnies d’assurances, dit M. Law. «Nous ne savons pas où est allé cet argent.»
 

Comme hypothèse, il postule que les assureurs ont augmenté leur marge de profits. Avant 1997, plusieurs étaient des mutuelles d’assurances redevables à leurs membres, les assurés. La loi leur a ensuite permis de devenir des compagnies par actions redevables à leurs actionnaires. La pression pour verser le plus de dividendes possible aux actionnaires pourrait l’avoir emporté, postule M. Law.

Il lui semble peu plausible de croire que les compagnies se constituent plutôt un fonds de réserve pour indemniser des invalidités futures, puisque la plupart des travailleurs perdent leur couverture à la retraite, au moment où le plus d’invalidités surviennent. L’argument de l’administration de plus en plus coûteuse lui semble aussi peu convaincant, bien qu’il ne soit pas possible de le vérifier.
 
La solution américaine
 
Les États-Unis obligent depuis 2010 les assureurs à reverser au moins 80 à 85 % des primes en soins aux assurés. Ce resserrement de la législation a permis aux Américains de récupérer 1,1 milliard en 2012, sous la forme de rabais sur leurs primes. Selon M. Law, le Canada devrait songer à leur emboîter le pas. Une plus grande couverture publique doit aussi être envisagée, selon lui. Dans le domaine des médicaments, selon M. Law, les régimes publics d’assurance sont plus performants.
 
Il remarque que les primes d’assurances privées mettent de plus en plus de pression sur les ménages. «C’est encore plus difficile pour les petites compagnies, qui doivent périodiquement tenter de magasiner de meilleurs plans, faute de quoi leurs employés ne peuvent plus payer. Mais malgré ces efforts, leurs primes vont continuer à grimper.»
 
Environ 60 % des Canadiens bénéficient d’une couverture privée, qui fait la plupart du temps partie d’un plan offert par leurs employeurs auquel ils n’ont pas le choix d’adhérer. Malgré le régime de santé universel canadien, en 2010, les dépenses de santé des assureurs privés ont atteint 22,7 milliards de dollars, soit 11,7 % de l’ensemble des dépenses de santé au pays.

L’industrie se défend

L’Association canadienne des compagnies d’assurances de personnes qualifie cette étude de «trompeuse». «Le marché est très compétitif», assure le vice-président Stephen Frank dans une réponse écrite. Il reproche au chercheur de ne pas avoir retenu de données en provenance des compagnies sans but lucratif, comme la Croix bleue. Il affirme en outre que l’inclusion dans les données de polices d’assurance invalidité est trompeuse, puisque ces dernières ne redonnent pas directement des soins de santé aux assurés.

«L’industrie reconnaît toutefois que les coûts sont en croissance et nous agissons pour les réduire, assure M. Frank. Nous travaillons avec les gouvernements pour réduire les coûts des médicaments. Avec les associations dentaires aussi. Nous continuons à demander un meilleur encadrement des services de massothérapie.»

 

À voir en vidéo