Les infirmières songent à des cliniques de quartier sans médecin

Des cliniques tenues par des infirmières pourraient servir de porte d’entrée au réseau de la santé.
Photo: La Presse canadienne (photo) Darren Calabrese Des cliniques tenues par des infirmières pourraient servir de porte d’entrée au réseau de la santé.

Elles veulent être libres, libres de soigner : les infirmières continuent de revendiquer une plus grande autonomie. Cette fois-ci, c’est leur syndicat qui se lève pour réclamer des cliniques de première ligne sans médecin. Et de petites maisons pour personnes âgées, autogérées.

 

« On veut se sortir de la hiérarchie médicale ! », admet Régine Laurent. La présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) pense que les infirmières, avec d’autres professionnels comme des nutritionnistes, pourraient très bien gérer des cliniques de quartier que la population consulterait pour des urgences mineures ou des suivis de maladies chroniques.

 

Sans médecin. Ou presque.

 

« Rhume, otite, suivi de la croissance d’un bébé, suivi d’hypertension ou de diabète… Ce ne sont pas des conditions qui requièrent un suivi médical », dit Mme Laurent. Selon elle, les infirmières pourraient s’installer dans des locaux existants et commencer à voir des patients de manière autonome, servant de porte d’entrée à la première ligne. La FIQ, qui potasse cette idée depuis deux ans, dit s’inspirer de ce qui se fait déjà dans le Nord ou dans les villages isolés, territoires où l’infirmière est appelée à jouer un rôle central.

 

Mais le suivi infirmier, n’est-ce pas justement le modèle qui a été introduit ces dernières années avec les Groupes de médecine de famille, dans lesquels l’infirmière peut suivre des patients et les référer au médecin au besoin ? « Les GMF, c’est encore la hiérarchie médicale ! On veut sortir du cadre où tout doit passer par le médical. Les infirmières ont un champ de pratique, ce n’est pas normal qu’on ne soit pas capables de l’utiliser à son plein potentiel », dit Mme Laurent.

 

La soif d’autonomie des infirmières n’est pas nouvelle, revendiquée tour à tour par leur ordre professionnel ou leurs syndicats. Mais le lest qui a été lâché ces dernières années n’a pas donné les résultats escomptés, en partie parce que ces petites révolutions n’ont pas toujours pu s’épanouir à leur plein potentiel.

 

Prenons les ordonnances collectives. Elles sont nécessaires dans le plan de la FIQ pour des cliniques de proximité. Mais encore faut-il que les médecins du territoire les signent. Et quand ce médecin prend sa retraite ou quitte le territoire, ce n’est pas toujours possible de trouver un nouveau médecin pour signer à son tour.

 

C’est pourquoi Régine Laurent réclame que ce soit le directeur de la santé publique d’un territoire qui signe ces ordonnances collectives. « Il pourrait dire : « Sur mon territoire, je rends disponibles les ordonnances collectives pour le diabète ou pour la santé mentale, car c’est notre priorité. » », explique-t-elle. Les infirmières pourraient ensuite ajuster la médication de leurs patients.

 

Les médecins, dans ce modèle, sont vus comme des partenaires à qui on fait appel en cas de besoin seulement, pour les cas plus complexes.

 

Mais qui paierait ? Contrairement aux médecins, les infirmières ne bénéficient pas d’ententes avec Québec pour facturer des honoraires à la RAMQ. La FIQ réclame donc un financement public, mais non rattaché aux Centres de santé et de services sociaux (CSSS) qui gèrent les ressources d’un territoire. « Si le financement passe par les CSSS, les coupes, on serait les premières à les subir », selon Régine Laurent, qui croit que Québec devrait « oser » financer leur idée. « Tous ces patients consulteraient dans le réseau de toute façon, mais dans notre modèle, ça coûterait moins cher. »

 

Maisons pour personnes âgées

 

Les infirmières rêvent aussi de petites maisons pour les personnes âgées, où ces dernières pourraient habiter jusqu’à leur décès sans subir des déménagements chaque fois que leur condition requiert plus de soins. « Des déménagements à répétition, des couples qui sont séparés parce qu’ils n’ont pas le même profil, moralement, nous ne sommes plus capables de prendre ça », dit Mme Laurent. C’est pourquoi la FIQ souhaite voir apparaître des maisons d’une dizaine de résidents, lesquels auraient le plein pouvoir sur leur destin, les horaires et les menus. Des professionnels de la santé ajusteraient les services en fonction de l’évolution de leur état de santé.

 

Le financement devrait être public, demande la FIQ, qui se dit prête à explorer des modèles coopératifs et des alliances avec les communautés. Avec l’assurance autonomie, dans laquelle le financement suivrait le patient, Mme Laurent croit que ce genre d’initiative devient possible.

 

L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) affirme que le code de déontologie des infirmières est assez souple pour que ces initiatives relèvent du domaine du possible. Mais pas sans la collaboration de médecins pour signer des ordonnances collectives, nécessaires pour prescrire des tests diagnostiques ou des médicaments. « Le médecin partenaire est important pour prendre le relais quand on atteint la limite de la pratique de l’infirmière », dit aussi Suzanne Durand, directrice de la Direction du développement et du soutien professionnel de l’OIIQ.

36 commentaires
  • Gilles Théberge - Abonné 19 février 2014 01 h 50

    Encore les femmes

    Quand nos ancêtres sont arrivés, ce sont les femmes qui ont ouvert les asiles et les hôpitaux.

    C'est intéressant de voir naître ce mouvement, propulsé par les femmes encore une fois.

    Et d'où viendra la résistance? Devinez!

    • France Marcotte - Abonnée 19 février 2014 07 h 46

      Vous éclairez le présent de façon si inattendue, réjouissante, qu'on souhaiterait que l'élite québécoise vous prenne en exemple.

    • Simon Vallée - Inscrit 19 février 2014 10 h 33

      Détourner cet enjeu pour le transformer en une guerre des sexes est une très mauvaise idée. Dois-je vous rappeler également que 40% des médecins inscrits au tableau du collège des médecins sont des femmes, et que 64% des étudiants en médecine sont également des femmes?

      Je suis tout à fait en faveur de ces cliniques de soins infirmiers et pour affaiblir la mainmise des médecins sur tout le secteur de la santé, mais présenter le tout comme une lutte entre les sexes est une politique de marketing perdante. C'est une approche de confrontation et de conflit qui divise plutôt que de rassembler.

    • Claudette Piché - Inscrit 20 février 2014 19 h 09

      Il est temps d'en finir avec la suprématie des médecins!

  • Nicole Poirier Carpe Diem Centre De Ressources Alzheimer - Abonnée 19 février 2014 05 h 49

    Idées à prendre au sérieux

    ce sont de bonnes idées...tout n'est pas «médical» et d'autres alternatives doivent être envisagées, comme les petites maisons pour accueillir les personnes âgées.
    cela fait 18 ans que Carpe Diem à Trois-Rivières le démontre et milite en faveur de ce type de maison...car les impacts positifs sont démontrés et ce, autant sur la qualité de vie, de l'autonomie, de la consommation de médicament, de protections, de la satisfaction et de la motivation des équipes, de l'appréciation de familles et même, des coûts financiers.
    L'europe s'en inspire...mais au Québec, on préfère dévier la responsabilité au privé lucratif ou reproduire des modèles institutionnels qui ne marchent pas. Pourquoi pas une approche communautaire ? Coopérative?
    Allez, il n'y a pas que dans l'exploration pétrolière qu'on peut prendre des risques avec les fonds publics...explorons d'autres avenues pour les personnes âgées...
    Nicole Poirier
    http://alzheimercarpediem.com/

    • Claudette Piché - Inscrit 20 février 2014 19 h 08

      Vous êtes très lucide madame Poirier! Quelle fin de vie pour une êrsonne ayant tant à partager même malade que de finir dans els prisons institutionnalisées qu'on paient à grands frais sans oublier qu'il faut toujours surveiller les dirigeants de ces institutions...qui ont comme mandat de minimiser les soins pour supposément minimiser les couts.!!!
      Quel ignomnie !

  • Jean-Robert Primeau - Abonné 19 février 2014 06 h 50

    Bonnes idées !

    J'appuie ce projet. S'inspirer de ce qui se fait déjà dans le Nord où les médecins sont en pénurie, c'est de la créativité solide !
    Il faut sortir le système de santé de sa morosité et aussi donner de meilleures conditions de vie aux personnes âgées.
    Bravo les infirmières (et infirmiers) ! :-)

    • Pierre Mayers - Inscrit 19 février 2014 07 h 12

      Quelle bonne idée en effet! De toutes façons les praticiens généraux se comportent de nos jours comme de supers infirmières: Dès que les choses se compliquent un peu, ils réfèrent aux spécialistes !

      Mais attendez-vous à une farouche résistance du Collège des médecins. Ils ne lâcheront pas si facilement l'assiette au beurre!

    • François Thérien - Abonné 19 février 2014 07 h 51

      Comme au Nord en effet et ça marche!!

  • France Marcotte - Abonnée 19 février 2014 07 h 11

    Ça coule de source

    Quelles magnifiques idées, simples, pratiques, brillantes.

    Elles coulent de source de vie et de compassion.

  • René Comeau - Inscrit 19 février 2014 07 h 20

    Précision

    Désignons ces lieux de services plutôt comme étant des dispensaires.