CHUM - Suspendu avec salaire, Christian Paire compte se défendre

Pour l’instant, Christian Paire continuera à recevoir son salaire. L’analyse des termes de son contrat et des conditions financières de son départ pourrait prendre un certain temps.
Photo: Le Devoir Pour l’instant, Christian Paire continuera à recevoir son salaire. L’analyse des termes de son contrat et des conditions financières de son départ pourrait prendre un certain temps.
Le CHUM a finalement suspendu son directeur général, Christian Paire, mais à quel prix ? Il est pour l’instant suspendu avec salaire. «J’entends utiliser toutes les options à ma disposition pour défendre ma réputation, ma gestion et mon emploi », a indiqué M. Paire par voie de communiqué en soirée mardi.

Pour l’instant, le renouvellement de son contrat donne lieu à un imbroglio administratif. Le contrat de M. Paire avait été renouvelé pour un an jusqu’en novembre 2014. Le conseil d’administration devait le signifier avec un préavis de 90 jours au principal intéressé. Reste à évaluer si ces conditions ont été remplies et quelles indemnités sont réellement dues à M. Paire.

Le CHUM affirme que les avis nécessaires ont été envoyés à M. Paire en août. Dans une lettre adressée à M. Paire que le CHUM a rendue publique mardi, le président du conseil d’administration, Alain Cousineau, écrit que le contrat a été renouvelé jusqu’au 29 novembre 2014, et non pour quatre ans. « Toute position venant en contradiction avec les présentes sera vivement contestée par le CHUM », écrit M. Cousineau. Le 22 août dernier, le CA a en effet publié un communiqué de presse, toujours en ligne, dans lequel il précisait que le mandat du directeur général avait été reconduit pour un an.

Mais le CA a peut-être failli à envoyer un avis à temps à M. Paire. Le ministre de la Santé, Réjean Hébert, a lui-même dit aux journalistes mardi qu’il a appris « la semaine dernière que le préavis n’a pas été donné. Ça s’ajoute aux problèmes de fonctionnement du CA », déplore-t-il. Il critique d’ailleurs le conseil d’administration, qui se doit « d’exercer une surveillance sur la haute direction ».

Plan d’action

Dans un rapport accablant déposé la semaine dernière, le vérificateur général du Québec, Michel Samson, dévoilait que le salaire de M. Paire, à 430 000 $, excédait de 70 000 $ par année la limite autorisée par le Conseil du trésor.

Le conseil d’administration du CHUM a remis un plan d’action au ministre de la Santé, Réjean Hébert, tard dans la nuit de lundi à mardi, après une longue réunion à huis clos. Ce plan « répond à chacune des 12 recommandations formulées par le vérificateur général », assure le CHUM. C’est le directeur général associé, Yvan Gendron, qui assurera l’intérim d’ici à ce qu’un nouveau d.g. soit nommé. Réjean Hébert dit qu’il analysera ce plan d’action dans les prochains jours.

À voir en vidéo