Congrès de l'OIIQ - Les infirmières veulent revaloriser leur profession

Le congrès de l’Ordre des infirmières du Québec (OIIQ), qui se déroule lundi et mardi, veut revaloriser l’expertise infirmière.

 

Les membres devront d’ailleurs voter sur une prise de position dénonçant le remplacement d’infirmières par des préposés moins qualifiés dans des CHSLD.

 

L’Ordre a invité des infirmières novatrices à s’exprimer lors du congrès pour démontrer que ses membres peuvent améliorer les soins de manière autonome.

 

Par exemple, dans le sud-est de Montréal, les infirmières ont amélioré considérablement le suivi des jeunes enfants, en assumant le leadership d’une clinique de la petite enfance. « En 2008, on pouvait compter les médecins qui suivaient de jeunes enfants sur les doigts d’une main. À la visite postnatale, les parents n’avaient pas de médecin pour suivre le nouveau-né », raconte sa responsable, l’infirmière Denise Julien. Tout cela dans un contexte où 40 % des enfants arrivaient à la maternelle avec un niveau de vulnérabilité élevé en raison d’un retard de développement et où le taux de naissance connaissait une croissance importante.

 

En collaboration avec l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et l’Hôpital Sainte-Justine, les infirmières du CSSS Pointe-de-l’Île ne refusent désormais aucun enfant. Les enfants sont suivis par des infirmières. « Et si c’est nécessaire, on cogne à la porte du médecin qui, pour sa part, arrive à suivre beaucoup plus d’enfants », explique Mme Julien. « Les parents sont très satisfaits, ils ne voient pas la différence, car le suivi infirmier est de qualité ! Ils sont sécurisés. »

À voir en vidéo