L’HMR pourra réaménager son service de dialyse

Bonnes nouvelles pour le milieu de la santé à Montréal : la ville compte maintenant le neuvième centre de prélèvement d’organes au Québec et verra prochainement se concrétiser le réaménagement du service d’hémodialyse de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR).

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Réjean Hébert, a fait ces deux annonces dans la journée de vendredi. En conférence de presse le matin à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, le ministre Hébert, accompagné de Jean-François Lisée, ministre responsable de la région de Montréal, a déclaré que l’hôpital « pourra aller de l’avant avec la construction d’un nouvel édifice réservé exclusivement au service de dialyse ». Le réaménagement de ce service était une priorité, notamment en raison d’un manque d’espace et de la détérioration des infrastructures temporaires. Des chaises de dialyse sont en effet installées dans des roulottes à l’arrière du pavillon où se situe une partie du service de dialyse.

La Coalition citoyenne pour l’HMR, qui soutient le projet de modernisation et d’expansion de l’hôpital, s’est réjouie de cette nouvelle. « C’est un premier pas vers la réalisation du projet d’agrandissement et de modernisation de l’hôpital,a indiqué par voie de communiqué le Dr Rafik Ghali, porte-parole de la Coalition. Nous espérons que le ministre Hébert donnera le feu vert à l’ensemble du projet bientôt. » Le projet de mise à niveau des installations de l’hôpital, construit il y a une soixantaine d’années, doit s’étaler sur dix ans.

 

La transplantation d’organes

En après-midi, le ministre Hébert s’est rendu à l’hôpital du Sacré-Coeur pour annoncer que l’établissement est officiellement désigné comme centre de prélèvement d’organes, devenant le neuvième centre du genre au Québec. Il a aussi dévoilé une bonification du montant versé par Transplant Québec aux centres pour chaque prélèvement, ce dernier passant de 4500 $ à 7500 $. « Ce sont de bonnes nouvelles, a affirmé en entrevue au Devoir Louis Beaulieu, directeur général de Transplant Québec. Quand on identifie un donneur d’organes, on sait que la plupart de ses organes vont servir pour des patients dans d’autres hôpitaux ailleurs au Québec. L’hôpital qui déploie les efforts pour le prélèvement doit être soutenu. Le montant n’avait pas été revu depuis plus de 15 ans. »

L’hôpital du Sacré-Coeur bénéficiera également d’une subvention d’un million de dollars pour réaliser une étude sur le projet d’agrandissement de l’établissement.