Québec prévoit de couvrir le coût des échographies en cabinet

Réjean Hébert, ministre de la santé
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Réjean Hébert, ministre de la santé
Le matin même, une coalition d’associations de médecins réclamait que Québec mette le pied sur l’accélérateur. En effet, une entente était imminente entre Québec et la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) avant le déclenchement des élections. Mais le président de la FMSQ, le Dr Gaétan Barrette, indique que depuis le 4 septembre, il n’y a eu ni négociation ni échange.

Pour que les médecins acceptent la carte-soleil en cabinet pour les échographies, Québec va devoir s’entendre avec eux sur la rémunération.

Dès que le ministre souhaite procéder, le Dr Barrette indique qu’il est prêt à négocier.

Pour le ministre Hébert, il importe de « donner un accès à tous les citoyens » à l’imagerie médicale. « On commence avec le dossier de l’échographie, et le reste sera examiné en temps et lieu selon la capacité de payer de l’État. »

Selon la FMSQ, pour l’échographie, la facture serait de 30 millions, voire plus. « On peut difficilement estimer la facture totale », dit le Dr Barrette.
 
Par ailleurs, plusieurs associations de médecins avaient donné rendez-vous aux journalistes mercredi matin pour presser Québec d’agir face à une situation qu’ils jugent inacceptable. La présidente de l’Association médicale du Québec, la Dre Ruth Vander Stelt, dénonce l’iniquité qui prévaut, selon elle, dans la région où elle pratique. « En 24 heures, pour plusieurs centaines de dollars, mes patients peuvent obtenir un examen au privé. À l’hôpital c’est un an d’attente. Je ne devrais jamais avoir à demander à mes patients s’ils ont les moyens de payer. » Pour le Dr Alain Vadeboncœur, président de Médecins québécois pour le régime public, la couverture publique de l’imagerie médicale est la solution.

Quant au Dr Gaétan Barrette, il y va d’une mise en garde : « Ce n’est pas certain que la couverture publique va tout résoudre. L’expérience nous apportera la réponse. »
2 commentaires
  • Pierre Lefebvre - Inscrit 11 avril 2013 06 h 55

    $ 5 milliards

    Y a $5 milliards de mal dépensé dans la santé, c'est écrit un peu plus loin dans le journal. Le ministre pourrait-il jeter un p'tit coup d'oeil là-dessus en passant des fois qu'il pourrait boucher quelques trous dans la toile de piscine avant de remettre de l'eau dedans ?

  • Jean-Marie Francoeur - Inscrit 11 avril 2013 14 h 25

    Non-sens

    Pour les cliniques du système public, oui. Mais l'État ne doit pas rembourser les tests en clinique privée. C'est financer et perpétuer la dégradation du système de santé publique.