Déficit du CUSM - Où trouver 50 millions?

La date limite du 15 mars approche à grands pas pour les administrateurs du CUSM, qui doivent détailler des compressions de 50 millions de dollars dans un plan de redressement budgétaire. À l’avant-plan, le président du conseil d’administration de l’établissement, Claudio Bussandri, et le directeur général et chef de la direction, Normand Rinfret.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir La date limite du 15 mars approche à grands pas pour les administrateurs du CUSM, qui doivent détailler des compressions de 50 millions de dollars dans un plan de redressement budgétaire. À l’avant-plan, le président du conseil d’administration de l’établissement, Claudio Bussandri, et le directeur général et chef de la direction, Normand Rinfret.

Il ne reste plus que quelques jours au Centre universitaire de santé de l’Université McGill (CUSM) pour trouver où couper 50 millions de dollars. Les administrateurs parlent de simple optimisation des effectifs, mais les employés de l’établissement sont de plus en plus nombreux à craindre un impact sur la qualité et l’offre des soins de santé.

« Pourquoi est-ce qu’on est obligés de subir les impacts de tout ce gâchis-là ? », a lancé Line Larocque, la présidente du syndicat des infirmières du CUSM (FIQ) aux membres du conseil d’administration de l’hôpital, réunis lundi devant une salle comble. « L’administration vit une grave crise de confiance, a renchéri le médecin David Morris au sujet des dérapages budgétaires hérités du règne du docteur Arthur T. Porter. Comment pouvez-vous nous prouver que vous faites les bons choix ? »


Médecins, travailleurs et citoyens se sont en effet présentés en grand nombre au CA pour s’enquérir du plan de redressement budgétaire du CUSM, qui doit être remis au ministère de la Santé et des Services sociaux le 15 mars prochain. S’il n’est pas jugé satisfaisant, c’est-à-dire qu’il ne permet pas de manière réaliste un retour à l’encre noire pour 2014-2015, la mise en tutelle de l’établissement est envisageable.


La cible de la cure minceur a été établie à 50 millions de dollars à la suite de la publication en décembre dernier du rapport de vérification du Dr Michel Baron. Celui-ci évaluait qu’en raison d’un dérapage budgétaire sans précédent, le déficit du CUSM pour l’année 2012-2013 oscillerait entre 77 et 115 millions - dont 60 sont récurrents - sur un budget annuel d’un peu plus d’un milliard de dollars. L’estimation du rapport s’est confirmée lundi puisque les membres du CA ont établi leur déficit total à 89,77 millions.


« On travaille très fort. Mais vous savez, ce n’est pas seulement de déposer un plan. C’est aussi de le suivre », s’est défendu le directeur général et chef de la direction du CUSM, Normand Rinfret, lorsque questionné sur la nature des compressions à venir.


L’administration soutient avoir déjà identifié 28 millions à économiser et planche sur quatre « chantiers » pour trouver les 22 millions manquants. Elle évoque déjà la possibilité de supprimer de 45 à 50 emplois dans les laboratoires, d’améliorer l’efficacité des services ambulatoires et du travail en salles d’opération, en plus d’assainir les finances de l’Hôpital de Lachine - qui pourrait par ailleurs être retiré du CUSM.


Vives réactions


Les syndicats estiment que le conseil d’administration a fermé les yeux sur la mauvaise gestion de l’hôpital sous le règne du Dr Arthur T. Porter, « ce qui s’est avéré désastreux », jugent-ils. Dans une déclaration commune publiée lundi, ils écrivent que « la réponse du conseil du CUSM à la présente crise budgétaire a été totalement inadéquate, tant sur le plan du contenu que de la forme ».


Dès l’ouverture de la période de questions, plusieurs médecins ont également appuyé une liste de 25 questions remise aux membres du CA, qui ont promis d’y répondre prochainement. On y fait mention de la gestion budgétaire et des coupes à venir, entre autres.


Pour Francis Collins, de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), l’administration improvise. « J’ai peine à croire que ça n’affectera pas les services », dit-il, déplorant le manque de transparence dans lequel l’opération de redressement budgétaire est menée.


« On demande une collaboration à l’employeur depuis décembre, sans succès, déplore Line Larocque, du syndicat des infirmières (FIQ). Nous avons très peu d’informations. Le fossé avec l’administration s’agrandit. »


Alors qu’il devait déposer son plan de retour à l’équilibre budgétaire le 22 février dernier, c’est plutôt le 15 mars que ce dernier sera fourni au MSSS, un délai ayant été accordé.


Les syndicats de l’établissement jugent que la direction s’y prend mal, très mal, pour trouver les 50 millions qu’elle doit retrancher de ses dépenses, estimant qu’on peut aller chercher des économies autrement.


Par exemple, le syndicat CSN des employés a commandé un rapport à la firme MCE Conseils pour trouver des économies potentielles. En comparant les sommes dépensées par le CUSM à celles du CHUM pour les mêmes services, la firme estime que de nombreux services coûtent plus cher au premier, et ce, sans bénéfice. Le bloc opératoire, la cafétéria, la pharmacie et l’informatique, pour ne nommer que ceux-là. « Chaque repas coûte plus cher au CUSM qu’au CHUM », soutient le président du syndicat des employés du CUSM, Paul Thomas.


Cette étude juge que la consolidation des finances de l’établissement est loin d’être insurmontable.

À voir en vidéo