Les sages femmes du Québec manifestent pour obtenir de meilleurs salaires

Moins de trois pour cent des femmes au Québec ont recours à des sages-femmes pour leur accouchement, mais selon un sondage CROP réalisé en 2010 pour le compte de la CSN, 26 % des femmes souhaiteraient donner naissance à l'extérieur d'un hôpital.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Moins de trois pour cent des femmes au Québec ont recours à des sages-femmes pour leur accouchement, mais selon un sondage CROP réalisé en 2010 pour le compte de la CSN, 26 % des femmes souhaiteraient donner naissance à l'extérieur d'un hôpital.
Les négociations piétinent entre le gouvernement du Québec et les sages-femmes, dont le contrat de travail est échu depuis 2005.
 
Celles-ci ont organisé une manifestation, dimanche après-midi, devant l'Agence de santé et des services sociaux de Montréal, dans le but d'accélérer les pourparlers amorcés à l'automne 2011.
 
Le Regroupement des sages-femmes du Québec exige notamment la majoration du salaire versé pour les heures de garde de ses membres. Le syndicat affilié à la CSN fait valoir que le taux horaire de 1 $, en vigueur depuis 2004, devrait être le même que celui des infirmières, qui gagnent l'équivalent d'une heure de salaire pour chaque quart de garde de huit heures.
 
Les sages-femmes demandent aussi de pouvoir toucher des primes pour les horaires atypiques avec lesquels elles doivent souvent composer.
 
Le syndicat fait valoir que le travail des sages-femmes rencontre l'objectif triple du système santé, soit augmenter la satisfaction vis-à-vis des soins reçus, améliorer la santé de la population et réduire les coûts per capita.
 
Discrimination

Sa présidente, Claudia Faille, sous-entend que ses membres sont victimes de discrimination sexuelle.
 
«Si c'était un groupe exclusivement masculin qui faisait notre travail, je ne crois pas qu'on serait où on en est aujourd'hui», a-t-elle affirmé, en entrevue.
 
Cet impasse survient moins d'une semaine après que la ministre déléguée aux Services sociaux, Véronique Hivon, ait annoncé que les familles de Lanaudière pourront bientôt bénéficier de services de sages-femmes.
 
Moins de trois pour cent des femmes au Québec ont recours à des sages-femmes pour leur accouchement, mais selon un sondage CROP réalisé en 2010 pour le compte de la CSN, 26 % des femmes souhaiteraient donner naissance à l'extérieur d'un hôpital.
 
Le Regroupement des sages-femmes du Québec représente environ 160 membres, dont une vingtaine d'étudiantes de l'Université du Québec à Trois-Rivières.
3 commentaires
  • Jean-François Tessier - Inscrit 24 février 2013 15 h 39

    Discrimination

    Où se situe donc la discrimination sexuelle lorsque l'on compare les infirmières avec les sages -femmes ?
    Je ne comprends vraiment pas cet argumentaire!

    • France Marcotte - Inscrite 24 février 2013 18 h 11

      La reconnaissance des infirmières à leur juste valeur est le fruit d'une longue lutte.

      Les sages-femmes semblent devoir elles aussi se battre pour être reconnues.

      Un plombier gagne sans soucis dans les $80.00 de l'heure...

    • Sandra - Inscrite 25 février 2013 15 h 10

      Je pense que la comparaison est par rapport aux médecins. Ils ont beaucoup plus facilement l'oreille du ministre de la santé. Mais bon, elles n'abandonneront pas leur vocation ou leurs familles pour mettre de la pression sur le gouvernement, ce sont de gentilles filles.

      Elles font économiser beaucoup au système de santé, leur salaire est pratiquement une claque dans la face. Elles sont toujours sur appel, elles sont très bien formées, elles ont une responsabilité énorme, mais un salaire bien en-deça de ce que ça vaut. Mais bon, elle n'ont pas une "Gaëtane Barette" pour mettre son poing sur la table, alors, elles se font niaiser. Point.