La grippe frappe de plus en plus fort

L’achalandage dans les urgences ne ment pas, mais les données de surveillance le confirment: le virus de la grippe prend de la vigueur, au contraire de ses victimes. Vendredi, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a fait passer l’indice d’activité grippale d’«élevé» à «très élevé», avec une tendance à la hausse.

Ces données reflètent la situation pour la semaine du 23 au 29 décembre.

Vendredi, la situation dans les urgences du Québec était toujours difficile. Le taux d’occupation des civières atteignait 150 % à Montréal, une baisse de 5 % par rapport à la veille. Les deux hôpitaux pour enfants de la métropole ont dû recevoir 103 patients présentant des symptômes grippaux à leurs urgences en 24 heures. La grippe, à elle seule, a causé 1,5 % des visites à l’urgence.


Dans Lanaudière, la situation dans les deux hôpitaux régionaux ne s’améliore pas : le taux d’occupation des civières atteint 226 %, alors que 331 patients sont venus consulter à l’une des deux urgences en 24 heures.


En Montérégie, où le taux d’occupation des civières a atteint vendredi 165 %, plus du tiers des patients ont dû patienter sur une civière plus de 24 heures avant d’être hospitalisés. D’ailleurs, 172 personnes attendaient un lit sur ce territoire. Les hôpitaux de la Rive-Sud de Montréal ont traité près d’une centaine de personnes présentant des symptômes grippaux en 24 heures.


Dans la région de Québec, pas de répit non plus, mais le taux d’occupation des civières des urgences demeure assez stable, à 125 %. Mais 74 personnes attendaient d’être hospitalisées vendredi, dont 31 depuis plus de 48 heures.


Dans les Laurentides, le taux d’occupation de l’urgence de Lachute atteint même 250 %. La moyenne pour les hôpitaux de la région se chiffre à 189 %, mais les données sur les patients atteints de grippe ne sont pas disponibles.

 

Du fil à retordre


Le MSSS anticipait dès décembre l’éclosion de grippe qui donne du fil à retordre aux hôpitaux et aux gens qui ont contracté la maladie. Le bulletin sur l’évolution des indicateurs de surveillance publié vendredi confirme que le virus circule beaucoup. Plus de 99 % des échantillons analysés confirmaient que les patients étaient infectés par la grippe A saisonnière, manifestement de la souche H3N2, qui secoue l’Amérique du Nord cette année.


Les données de la semaine du 23 au 29 décembre confirment que le virus se comporte comme un virus d’influenza saisonnière habituel, touchant principalement les personnes âgées de plus de 60 ans, qui représentent 58 % des cas analysés par les laboratoires. Les personnes qui se soignent à la maison sans complications échappent à ces statistiques.


Depuis le début de l’éclosion, ce sont les régions de Montréal - aussi la plus populeuse -, la Montérégie, Laval et Lanaudière qui ont confirmé le plus de cas, bien qu’aucune région ne semble épargnée.


Autre signe que fièvre et toux frappent dans les chaumières, Info-Santé a vu son volume d’appels liés à la grippe se multiplier par six depuis le début de l’éclosion. De 0,5 % des appels début décembre, les infirmières conseillaient des personnes présentant des symptômes de la grippe 3 % du temps la semaine du 23 décembre.


Après avoir atteint un sommet le 16 décembre avec 15 éclosions, le nombre d’éclosions en CHSLD était de 7 au 30 décembre. De nombreux établissements ont limité les visites pour protéger les résidents.

À voir en vidéo