Le futur CHUM en campagne «publique»

Le chantier du futur CHUM
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Le chantier du futur CHUM

Après des débuts laborieux, la campagne de financement du futur CHUM augmente sa cadence et les autorités du centre hospitalier affirment maintenant avoir recueilli la moitié des 300 millions de dollars requis pour financer l’achat d’équipements de pointe.

Les querelles entourant le choix du site du mégahôpital étant chose du passé, les donateurs semblent plus enclins à faire une contribution. Mardi, la Fondation du CHUM a procédé au lancement de la phase dite « publique » de sa campagne de financement et soutient avoir obtenu des engagements du secteur des affaires totalisant 150 millions de dollars.


Le CHUM accuse toutefois un retard par rapport à son équivalent anglophone, le Centre universitaire de santé McGill (CUSM), qui doit se déployer sur le site de la cour Glen. Jusqu’à maintenant, la Fondation du CUSM aurait récolté 269 des 300 millions exigés par le gouvernement du Québec pour la réalisation du projet d’hôpital. Le CHUM aussi devait recueillir la même somme.


« Ils ont été plus rapides que nous avec le milieu des affaires, mais on va rattraper ça rapidement. C’est une question d’une année ou deux et on sera au même niveau tous les deux. Le retard n’est pas insurmontable », a indiqué Ékram Antoine Rabbat, le président-directeur général de la Fondation du CHUM.

 

Deux ou trois ans


M. Rabbat ne pense pas que la campagne parallèle menée par le CUSM nuise à celle du CHUM. Le bassin de donateurs au Québec est peut-être limité, mais ceux-ci sont de plus en plus généreux, a-t-il soutenu. Selon lui, l’objectif de 300 millions devrait être atteint d’ici deux ou trois ans.


Cette somme servira à l’achat d’équipements de pointe, au recrutement de chercheurs et à divers projets de recherche. Le projet de mégahôpital, qui nécessitera des investissements de 2,5 milliards, comprendra un centre de recherche dont la construction est en voie d’être complétée. Il ouvrira ses portes en 2013. Quant au nouveau CHUM, il devrait être inauguré en 2016.


Même si la saga entourant le choix du site est terminée, le récent changement de gouvernement à Québec a été un sujet d’inquiétude pour le porte-parole de la Fondation auprès du grand public, l’humoriste Yvon Deschamps : « Le soir des élections, j’ai eu des sueurs froides. Dans les dernières années, à chaque fois que le gouvernement changeait, l’hôpital déménageait, a-t-il dit. Quand c’était sur papier, c’était pas pire, mais lorsqu’un centre de recherche est déjà monté, c’est difficile à déménager. Et surtout, il y a le grand trou, où est-ce qu’on le mettrait ? Je suis très heureux de voir que le projet va rester à la même adresse. »


« Le CHUM va être tellement beau et les équipements seront tellement sophistiqués que plusieurs Québécois vont regretter de ne pas être malades », a-t-il lancé à la blague.