Amiante - Vers «un désastre de santé publique»

La mine Jeffrey, à Asbestos, dont la relance, soutenue par Québec, est vivement condamnée par des épidémiologistes du monde entier.
Photo: La Presse canadienne (photo) Jacques Boissinot La mine Jeffrey, à Asbestos, dont la relance, soutenue par Québec, est vivement condamnée par des épidémiologistes du monde entier.

Des épidémiologistes de partout sur la planète unissent leurs voix pour demander le bannissement de l’amiante.


Ce pavé dans la mare vise à faire contrepoids au discours des gouvernements et des industriels qui prétendent que la science ouvre la porte à l’utilisation sécuritaire de l’amiante. « Pour la première fois, les épidémiologistes affirment d’une seule voix que l’amiante ne peut pas être utilisé de façon sécuritaire », dit Colin Soskolne. Le professeur à la School of Public Health de l’Université de l’Alberta a créé, l’an dernier, le comité international qui condamne aujourd’hui sans équivoque le minéral sous toutes ses formes.

Le comité mixte des politiques des sociétés d’épidémiologie (CMP-SE) est un consortium d’associations d’épidémiologistes dont fait partie la Société canadienne d’épidémiologie et de biostatistique, que M. Soskolne a présidée de 2007 à 2011. C’est ce comité qui publiera aujourd’hui un énoncé de position sur l’amiante.


Le document, consulté par Le Devoir, demande que l’extraction, l’utilisation et l’exportation d’amiante sous toutes ses formes soient bannies à l’échelle mondiale. Il exhorte particulièrement les pays exportateurs que sont le Canada, le Brésil, le Kazakhstan et la Russie à agir et à apporter une aide de « transition » aux régions qui pourraient souffrir de la fermeture de mines locales, comme c’est le cas à Asbestos, au Québec, une région dont l’économie souffre de la fermeture de la mine et qui compte sur sa relance.


La décision de Québec de prêter 58 millions pour relancer la mine Jeffrey a vivement déçu les épidémiologistes. « J’espère que notre prise de position va faire réfléchir le premier ministre Jean Charest et l’industrie qui prétendent que l’amiante peut être utilisé de façon sécuritaire », dit Colin Soskolne. « Pour une raison étrange et inexplicable, certains n’écoutent pas la science et soutiennent une position idéologique, ajoute-t-il. Il est faux de prétendre qu’il y a toujours une controverse scientifique au sujet de l’amiante. » Pour lui, la décision de Québec d’appuyer la relance de la mine Jeffrey, dont le minerai sera majoritairement exporté, est « honteuse ». Québec et l’industrie affirment qu’un audit annuel sur l’utilisation sécuritaire dans les usines étrangères protège les travailleurs et les populations.


Le comité international d’épidémiologistes souhaite aussi que soient rendus publics des inventaires précis des bâtiments contenant de l’amiante, en particulier les écoles et les bâtiments fréquentés par des enfants.


Ils défendent aussi le « droit des scientifiques à mener leurs recherches sans être victimes d’intimidation », car il arrive que « l’industrie intente des poursuites contre les scientifiques pour les réduire au silence ».


Un consensus


Les preuves scientifiques sont accablantes : toutes les formes d’amiante, dont le chrysotile, sont susceptibles de causer des cancers, le méso.théliome, l’amiantose et d’autres maladies, souligne le comité mixte. Il ajoute que si on ne freine pas « l’utilisation accrue » de la fibre, nous nous dirigeons tout droit vers « un désastre de santé publique » et des « morts prématurées », et ce, pour des décennies à venir dans les pays en voie de développement où il est exporté, « répétant l’épidémie à laquelle nous assistons aujourd’hui dans les pays développés ».


Selon les épidémiologistes, quand les coûts de santé sont pris en compte, l’amiante entraîne non seulement une « tragédie humaine », mais aussi un « désastre économique ».


Les épidémiologistes accusent les lobbys, comme l’Institut du chrysotile, de véhiculer sous un faux vernis scientifique des arguments « erronés, dangereux et trompeurs ». « C’est en niant les dangers de l’amiante que l’industrie réussit à le commercialiser dans les pays en développement », selon les épidémiologistes.


« À la lumière des preuves scientifiques irréfutables du danger de l’exposition à l’amiante sous toutes ses formes pour la santé humaine, nous sommes très inquiets que des gouvernements mettent imprudemment en péril non seulement leurs propres citoyens en laissant l’exploitation et la commercialisation et l’amiante continuer, mais aussi les citoyens des pays où cet amiante sera utilisé », écrivent-ils.


Neuf des treize associations savantes membres du comité mixte des politiques des sociétés d’épidémiologies signent la déclaration, dont l’American College of Epidemiology, l’International Epidemiological Association et l’International Society for Environnemental Epidemiology.


De plus, leur position a obtenu l’appui de 150 autres signataires, comme l’Association médicale canadienne et la Société canadienne du cancer et de nombreux groupes de défense des victimes de l’amiante à travers le monde. Des groupes indiens, marché en partie visé par l’industrie québécoise de l’amiante, signent également la déclaration.

42 commentaires
  • Catherine Paquet - Abonnée 24 juillet 2012 06 h 23

    La nationalisation de l'amiante

    C'est qui qui a nationalisé l'amiante?
    C'est ti pas René Lévesque, en 1978, en créant la Société Nationale de l'Amiante! Nationalisation totalement complétée dès 1980.

    • Denys Duchaine - Abonné 24 juillet 2012 07 h 00

      Mais ça n'a rien à voir! Quel était l'état de la science en 1980?

    • Nicole Ste-Marie - Abonnée 24 juillet 2012 07 h 30

      Lire la saga de la SNA et l'OPA à la General Dynamics.
      Bonne lecture

    • François Laflamme - Abonné 24 juillet 2012 07 h 38

      M. Paquet,
      le jupon dépasse vraiment, comment pouvez vous comparer la nationalisation de l'amiante à la récente décision de relancer l'amiante. En 1978, on ne savait pas que l'amiante pouvait être aussi dommageable... Donc c'était une mauvaise décision mais on l'a su à postériori. Alors qu'aujourd'hui, le gouvernement Charest choisit d'ignorer volontairement les preuves scientifiques.

      Et c'est commun à tous les conservateurs (pas seulement à J.J. Charest). Au fédéral, on fait tous ce qu'on peut pour limiter la recherche scientifique. Tout cela parce que la recherche scientifique ne permet pas d'arriver aux conclusions idéologiques que ces gouvernements défendent.

      Appuyer ces gouvernements c'est appuyer l'obscurantisme.

    • Michel Miclot - Inscrit 24 juillet 2012 07 h 44

      Et alors? Qui la vend quand on en connaît les dangers ?

    • Jean Lapointe - Abonné 24 juillet 2012 07 h 48

      Mais pour être honnête il aurait fallu que vous disiez qu'à l'époque, à ma connaissance, les dangers de l'amiante étaient beaucoup mons connus qu'aujourd'hui.

      S'il avait su ce que nous savons aujourd'hui, René Lévesque ne l'aurait sûrement pas nationalisée.

      Vous êtes de mauvaise foi monsieur Paquet.

    • Franklin Bernard - Inscrit 24 juillet 2012 07 h 48

      En 78 on ne savait pas encore tous les dangers reliés à l'exploitation et l'utilisation de l'amiante. Aujourd,hui on sait tout, et il n'y aplus aucune excuse.

    • André Chevalier - Abonné 24 juillet 2012 07 h 51

      Oui! Pis?...

      C'est quoi le rapport? Est-ce que ça rend l'amiante moins nocive?

      Est-ce qu'à l'époque de René Lévesque on savait déjà que l'amiante était aussi nuisible?

    • Caroline - Inscrite 24 juillet 2012 08 h 11

      C'est quoi le rapport...à l'époque les gens n'avaient pas les connaissances que nous avons aujourd'hui à propos des dangers de l'amiante. C'est d'ailleurs après la découverte de ces dangers vers la fin des années 1980 et la chute susbséquente de l'exploitation de l'amiante que le secteur est redevenu prové. Si l'amiante n'était pas un produit cancérigène et que son exploitation était rentable feriez-vous le même genre de commentaire aujourd'hui? Et en passant, on doit aussi à Lévesque la nationalisation de l'électricité. Une autre mauvaise idée?

    • David Boudreau - Inscrit 24 juillet 2012 08 h 23

      Sophisme de la double faute: tenter de justifier un comportement en soulignant que d'autres font pareil, ou pire.

    • André Mainguy - Inscrit 24 juillet 2012 09 h 22

      Au moment de la nationalisation de l'amiante, les maladies liées à se produit étaient connues par certains médecins, mais peu de rapports circulaient sur cette question.

      Au lieu de continuer à jouer avec la vie des gens, pourquoi ne pas utiliser ce prêt de 58 millions pour créer des emplois pour la population d'Asbestos, mais dans tout autre domaine.

      Lorsque les banques ne prêtent pas pour un projet de ce genre, c'est que le risque de ne pas être remboursé est trop grand.

      Ce dossier doit être traité avec soin, dans le respect des gens de la région qui aspirent à vivre d'un travail pour faire vivre leurs familles.

      Si le premier ministre est en mesure de dire que le Plan Nord va profiter aux gens des Îles-de-la-Madeleine, il devrait en être de même pour les gens d'Asbestos.

    • Eric Gaul - Inscrit 24 juillet 2012 11 h 27

      Ben voyons, il est clair que M. Paquet ne cherche qu'à provoquer des réactions sur ce forum. C'est ce qu'on appelle, dans le jargon Internet, un "troll".

  • Huguette Daigle - Inscrite 24 juillet 2012 06 h 51

    M Paquet.

    On dirait que vous êtes né dans la nuit des temps tellement vous vivez dans le passé.
    En 78,personne ne savait les problèmes reliés à l'amiantose mais aujourd'hui c'est connu et on le sait.Même celui que vous défendez toujours le sait très bien mais pour avoir des votes ils se fout de la poppulation d'asbestos pourvu qu'il garde le pouvoir.
    Au lieu d'investir dans la mine qui ne paie pas ses frais pourquoi ne pas développer autre chose pour que la population aie un autre moyen de gagner leur vie?
    D'un autre côté si ces gens là veulent en mourir libre à eux d'élire Charest et se laisser mourir.Ils savent ce qu'ils ont à faire.Ils sont majeure et vaccimés comme on dit.
    Rouge un jour rouge toujours.Même plus besoin de réfléchir ils et de suivre la politique ils savent qu'ils vont voter rouge encore et encore.

  • Francois Parent - Inscrit 24 juillet 2012 07 h 18

    Gouvernement du Canada et Qc nous mentent

    N'allez pas croire ce que les gouvernements vont dire et ce même par à part au gaz schiste et à l'exploitation pétrolifère. On essaie de nous faire à croire qu'il existe des moyens sécuritaire d'exploiter le matière toxique mais il en est rien. Tout ce dont le gouvernement désire donner accès à de l'emploi quoiqu'il en coûte pour attirer sont électorat. Nous sommes entrain de détruire l'environnement et mettre notre qualité de vie en péril pour des raisons économique. Nous courrons vers une impasse avec nos gros appétits financier. Et pourtant il existe une économie propre mais les gouvernements ne veulent pas les développer réellement.

  • WIDUKIND DE HAUTEVILLE - Inscrit 24 juillet 2012 07 h 30

    Amiante 1958 En Allemagne ma mère savait que c'est dangereux!

    C'est un faux débat. On a accordé une garantie de crédit pour sauvegarder les votes PLQ dans la région. Le PQ s'il était au pouvoir aurait fait de même. On se rapelle leur opposition contre le développement de la Baie James en disant vaut mieux installer 10 centrales Atomiques le long du fleuve Saint-Laurent. J'étais en 1958 technicien à l'âge de 19 ans dans une société Allemande d'électricité (similaire à HQ) et j'étais en contacte avec l'amiante. En racontant cela à ma mère de 55 ans - elle m'a mise en garde contre l'amiante! Comment est-il possible qu'une mère allemande en 1958 savait que c'est dangereux et pas les politiciens du Québec? Tout le monde le sait. C'est pour cette raison qu'on a interdit l'utilisation de l'amiante sur les plaquettes de freins des voitures devenant poussiere et danger publique (enfants, passants etc.). Alors arrêtez de mettre la tête dans le sable. Les gens sont tellement naifs et on oublit tout quand cela vient aux élections. Depuis 1958 j'évite l'Amiante (En Allemagne on le connait sous le nom Eternit et on l'a installé sur les toits (Amiante ondulé) à la place du fer.

  • Claude Kamps - Inscrit 24 juillet 2012 07 h 31

    Un crime contre l'humanité des pays illettrés

    Je pense que votre gagne pain qui disparaît vous aveugle ! J'ai un voisin qui a juste été camionneur de matériaux solides contenant de l'amiante et il a l'amiantose. 3 pompes différentes et de la difficulté à respirer à 67 ans. Heureusement il est pensionné, aucune industrie ne voudrait l'engager, à moins que comme depuis 10 ans il cache son état... Il coûterait plus chère au gouvernement de réorienter les travailleurs de l'amiante vers un avenir prometteur ou une pension bien méritée que de leur promettre de rouvrir, goutte à goutte votre mine et qu'après les élections il ferme le tout pousser par le monde médicale et les procès ou il serait complice, comme ceux du tabac... Juste pour avoir vos votes...