L’inactivité physique est responsable d’un décès sur dix dans le monde

En généralisant l’activité physique, l’espérance de vie de la population mondiale pourrait augmenter de 0,68 année.
Photo: Agence France-Presse (photo) Jacques Demarthon En généralisant l’activité physique, l’espérance de vie de la population mondiale pourrait augmenter de 0,68 année.

Le manque d’activité physique est responsable d’un décès sur dix dans le monde, à peu près autant que le tabac ou l’obésité, selon une étude publiée aujourd’hui dans le cadre d’un numéro spécial de la revue médicale britannique Lancet.


Pour la seule année 2008, l’inactivité physique serait ainsi responsable de 5,3 millions des 57 millions de décès répertoriés à travers le monde.À la veille des Jeux olympiques, la revue médicale souligne l’acuité d’un problème difficile à résoudre. « Le rôle de l’inactivité physique continue à être sous-évalué en dépit de preuves solides existant depuis plus de 60 ans quant à son impact sur la santé », relève Harold W. Kohl (Université du Texas), qui ajoute que « beaucoup reste à faire pour traiter l’absence d’exercice comme un vrai problème de santé publique ».


Selon le Dr I-min Lee de la Harvard Medical School de Boston, de 6 à 10 % des quatre grandes maladies non transmissibles (maladies cardio-vasculaires, diabète de type 2, cancers du sein et du côlon) seraient liées au fait de pratiquer moins de 150 minutes d’activité modérée par semaine, comme recommandé par l’OMS. Cette recommandation correspond à 30 minutes de marche rapide cinq jours par semaine.


En analysant un grand nombre d’études, le Dr I-min Lee a établi que 6 % des maladies cardio-vasculaires, 7 % des diabètes de type 2 (la forme la plus courante) et 10 % des cancers du sein et du côlon, pouvaient globalement être attribuées à l’inactivité physique.


Pour les seules maladies cardio-vasculaires, 400 000 décès (dont 121 000 en Europe) auraient ainsi pu être évités sur les 7,25 millions de décès provoqués par ces maladies dans le monde en 2008.


En généralisant l’activité physique, l’espérance de vie de la population mondiale pourrait augmenter de 0,68 année, soit à peu près autant que si tous les obèses américains revenaient à un poids normal, ajoute l’étude. On estime également que le tabac tue 5 millions de personnes par an.



Pas de recette miracle


Selon une autre étude réalisée sur 122 pays et dirigée par le Dr Pedro C. Hallal de l’Université de Pelotas, au Brésil, un tiers des adultes et quatre adolescents sur cinq dans le monde ne font pas suffisamment d’exercice physique, ce qui accroît de 20 à 30 % leurs risques de développer des maladies cardio-vasculaires, du diabète et certains cancers.


Les adultes les plus inactifs se retrouvent à Malte (71 %), en Serbie (68 %), au Royaume-Uni (63 %), tandis que la Grèce et l’Estonie figurent dans le peloton de tête avec seulement 16 et 17 % respectivement d’inactifs.


« Dans la plupart des pays, l’inactivité augmente avec l’âge et est plus importante chez les femmes que chez les hommes [34 % contre 28 %]. L’inactivité augmente également dans les pays à hauts revenus », ajoute le Dr Hallal.


Quant à la question de savoir comment convaincre les gens de se bouger, aucune étude ne propose de recette miracle. Selon Gregory Heath de l’Université du Tennessee, qui a étudié les opérations tentées entre 2001 et 2011, les plus efficaces sont les campagnes de presse ou les petits messages-chocs comme « monter à pied plutôt qu’en ascenseur ». Il cite aussi en exemple les clubs de randonnée, la création de pistes cyclables ou l’interdiction ponctuelle des centres-villes aux voitures.


Des efforts sont particulièrement nécessaires dans les pays à faibles et moyens revenus, où les changements économiques et sociaux risquent de réduire rapidement l’activité physique jusque-là liée au travail et aux transports, ajoute M. Heath.


À voir en vidéo

2 commentaires
  • André Michaud - Inscrit 18 juillet 2012 08 h 58

    Le prix à payer pour la technologie ?

    Depuis la deuxième guerre mondiale le progrès se mesure par pouvoir faire moins d'effort à cause des technologies..auto, lave vaisselle, machineries diverses..etc

    Le prix à payer c'est que l'on fait de moins en moins d'efforts physiques..même si le corps doit en faire pour rester en santé..

    Pour moi le lave vaisselle est L'emblême même de la valorisation de l'inactivité. Moi il faut que au minimum je lave la vaisselle avant de m'installer devant la télé pour la soirée...mais pour plusieurs le petit effort de faire la vaisselle semble trop grand ???

    Quand on voit des enfants se promener en véhicule motorisés (4 roues) au lieu de pédaler, et qu'en plus ils passent des heures assis devant un écran, ont peu comprendre qu'ils sont plus obèses que nous qui passions nos journées dehors à faire de l'activité physique...

    Il semble que physiquement les humains dégénèrent tranquilement..même si jamais auparavant on a eu autant de choix de fruits, légumes etc..

    • Philippe Chrétien - Abonné 18 juillet 2012 10 h 13

      Pas certain de ça ...

      Ma blonde et moi travaillons à temps plein et avons deux enfants. Le soir pendant que notre merveilleux lave vaisselle fait le travail nous allons faire du vélo et jouer au soccer dans la ruelle avec les enfants ...

      Le matin. comme nous n'avons pas de vaisselle à faire nous avons le temps d'aller au travail/école/garderie toute la famille à pied et en vélo.

      Les nouveautées technologiques nous libèrent plus de temps libre ... c'est à chacun de l'utiliser à bon escient. Nous n'avons jamais eu autant de temps libre pour faire des activités physiques ... ceux qui n'en font pas n'ont qu'eux à blâmer, pas la technologie.