La lecture des dyslexiques améliorée quand les lettres sont plus espacées

Les enfants dyslexiques montrent une bien meilleure capacité à lire lorsque les lettres sont plus espacées, selon une étude publiée hier dans la revue scientifique Actes de l’académie américaine des sciences.


Ces travaux, effectués par des chercheurs européens sur 54 enfants italiens et 40 français, tous atteints de dyslexie et âgés de 8 à 14 ans, ont montré une justesse de déchiffrage multipliée par deux et une vitesse de lecture accrue de 20 % quand l’espace entre les lettres est plus grand. « Nos résultats offrent une méthode pratique pour améliorer la lecture des dyslexiques sans besoin de formation », conclut l’étude dirigée par Marco Zorzi, du département de psychologie de l’université de Padoue, en Italie.


Les scientifiques attribuent ce succès à l’atténuation, par les espaces, du phénomène d’amassement des lettres qui conduisent les dyslexiques à ne pouvoir discerner distinctement les caractères.


Les textes présentés aux enfants comprenaient 24 phrases courtes qu’ils ont dû lire en deux versions, l’une normale, l’autre plus espacée. Le texte normal était écrit en taille de caractère de 14 points, tandis que dans l’autre version, l’espace entre les lettres était augmenté de 2,5 points (un point étant égal à 0,353 mm). « L’espace entre le i et le l dans le mot italien + il + (le) passait ainsi de 2,7 points […] à 5,2 points », détaille l’étude.


Les résultats sont encourageants : les enfants lisaient plus vite, et les plus gravement dyslexiques sont ceux qui ont le plus bénéficié de l’élargissement des espaces, ce qui prouve l’efficacité de la méthode.


En revanche, elle n’a aucun effet sur les enfants non dyslexiques, affirment les auteurs, issus de l’Université d’Aix-Marseille (France) et du Centre national de la recherche scientifique.


2 commentaires
  • Jean Richard - Abonné 5 juin 2012 09 h 24

    Sans surprise

    C'est sans surprise que j'ai pris connaissance des résultats de l'étude dont il est question ci-haut. J'ai eu à assister un jeune dyxlexique de 8 ans dans le cadre d'un atelier d'aide aux devoirs. Ayant lu bien des articles sur le sujet, j'ai eu l'occasion de faire quelques brèves expériences. Un texte dont l'espacement entre les caractères était augmenté de 5 % était déjà plus facile à lire pour l'enfant.

    En plus de l'espacement entre les caractères, le choix de la police avait aussi une certaine influence. Les polices avec empatement semblaient un peu plus facile à lire pour l'enfant, du moins quand elles étaient présentées sans espacement supplémentaire.

    L'enfant étant dans une classe régulière, j'ai trouvé déplorable que les enseignants ne portent pas plus attention à la présentation des textes qu'ils remettaient aux élèves. La dyslexie n'est pas un phénomène si rare. On devrait donc être un peu sensibilisé au problème et en tenir compte dans la présentation de documents.

    À l'ère de la machine à écrire, l'espacement fixe était la norme, ce qui était presque une bénédiction pour les dyslexiques. Mais avec les traitements de texte, l'espacement proportionnel, déjà pratiqué en imprimerie, s'est imposé. Se sont également imposées les polices sans empattement. Ça économise un peu d'encre.

    Les traitements de texte ont aussi fait disparaître certaines pratiques qui visaient à rendre un texte plus agréable à lire (et pour un dyslexique, plus facile). Je pense entre autres aux espaces insécables. Combien de profs savent qu'il faut mettre une espace insécable entre un nombre déterminant et le mot qu'il affecte (pour éviter une coupure en fin de ligne, un cauchemar pour les dyslexiques) ?

  • Gilles Veyssiere - Inscrit 8 juin 2012 11 h 03

    Medialexie

    Dyslexie : espacer les lettres et les mots...

    Des médias viennent d'annoncer la mise au point par des « chercheurs » d'un principe d'espacement des lettres et des mots pour aider un élève dyslexique dans sa tâche de lecture.

    Médialexie souhaite rappeler que ce procédé a été intégré au sein de ses logiciels dès 2004!

    Médialexie va beaucoup plus loin: pour aider efficacement un élève dyslexique, il faut non seulement lui proposer de choisir sa police de caractères, de paramétrer l'espace entre les lettres et les mots mais aussi et surtout l'espace entre les lignes, la mise en valeur de certaines lettres, la modification de la couleur du fond de l'écran et des caractères, la mise en colonne d'un texte… Paramétrages déterminants que l'élève détermine dans son profil Médialexie.

    Signalons enfin que ce procédé de personnalisation pour une aide à la lecture est également disponible dans la version téléchargeable gratuitement...