McDonald tente de prendre le virage santé

Comme ses principaux concurrents, McDonald tente de prendre le virage santé. Le géant de la restauration rapide a lancé hier matin des produits moins gras afin d'attirer les consommateurs canadiens plus réticents à se taper un Big Mac et des frites.

Le nouveau menu comptera sept choix «allégés» en gras et en calories. S'ajoutent donc à la liste de produits un sandwich végétarien, un sandwich au poulet grillé, quatre types de salades (californienne à la mandarine, aux légumes grillés et au poulet, césar au poulet et du jardin) et un parfait au yogourt et aux petits fruits.

D'emblée, McDonald précise que cette nouvelle catégorie de produits sera offerte de façon permanente. «Nous avons découvert [que nos clients] sont très actifs et ont besoin de solutions pratiques et rapides pour faire de bons choix en matière d'alimentation», a soutenu la directrice du marketing de la compagnie au Canada, Barbara Ann Thompson.

Cette stratégie de marketing s'oriente sur celles de ses concurrents tels Burger King, Wendy's et Harvey's. Ces restaurants offrent eux aussi des produits plus santé (et depuis plus longtemps que McDo), comme le burger végétarien et des salades au poulet grillé. Pourquoi? Parce qu'ils ont intérêt à le faire.

Au cours des années, bon nombre de consommateurs ont réalisé l'importance d'une alimentation saine et équilibrée. De mieux en mieux informés, ils ont ainsi délaissé la restauration rapide et ses hamburgers pour des restaurants servant des sandwiches frais comme ceux de la chaîne Subway. En offrant des produits plus sains, McDo et les autres tentent de ramener ce lucratif marché dans leur giron.

Mais encore, les chaînes de fast-food veulent également attirer les parents soucieux de leur alimentation et de leur silhouette. L'idée va comme suit: pendant que junior mord dans son hamburger fromage et engloutit ses frites, ses parents peuvent manger une salade, l'esprit tranquille.

L'idée consiste également à donner une solution de rechange à tout le monde. Cela permettra par exemple d'éliminer le facteur «trop graisseux» quand un petit groupe décidera d'aller manger un morceau et qu'une personne s'y opposera.

Ces facteurs en poche, on comprend donc que le jeu en vaille la chandelle pour les chaînes de restauration rapide. Elles se sont livré bataille dans l'arène de la boulette, elles le font maintenant dans celle de la salade et du soja.

À voir en vidéo