Médecins de famille - Les objectifs d'Yves Bolduc jugés irréalistes

Le Dr Gaétan Barrette s’est réjoui que le ministre Bolduc lui ait «subitement donné raison».
Photo: Jacques Grenier - Le Devoir Le Dr Gaétan Barrette s’est réjoui que le ministre Bolduc lui ait «subitement donné raison».

Bien qu'ils aimeraient y croire, les omnipraticiens et les jeunes médecins jugent plutôt irréaliste l'objectif du ministre de la Santé, le Dr Yves Bolduc, qui a lancé dimanche que chaque Québécois aurait un médecin de famille en 2016 tout en minimisant la pénurie actuelle.

Hier, il a atténué ses propos, concédant «qu'il y a encore une pénurie de médecins de famille» en entrevue à LNC et RDI, mais précisant qu'elle tire à sa fin.

Selon la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), la pénurie est pourtant «véritable» et «incontestable» et se chiffre à 1129 médecins pour 2011, chiffres du ministère à l'appui.

«Il y a beaucoup de travail à faire» pour atteindre cet objectif, dit le Dr Louis Godin. Pour le président de la FMOQ, si l'on compte uniquement sur l'arrivée de nouveaux praticiens, cinq ans ne suffiront pas à combler la pénurie. Tout comme l'Association des jeunes médecins du Québec, il juge que les nombreuses heures que les généralistes travaillent en hôpital expliquent le piètre état de l'accès à la première ligne. «On est passé à plus de 40 % [des heures travaillées en établissement], dit le Dr Godin. Pendant qu'ils sont là, les médecins ne peuvent pas être dans leur bureau.»

Par ailleurs, le président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, le Dr Gaétan Barrette, a rejeté une fois de plus hier la responsabilité sur les médecins de famille, qui seraient trop nombreux à travailler à temps partiel. Il se réjouissait que le ministre lui «ait subitement donné raison». «[Le ministre] a les mêmes chiffres que moi. L'ICIS [Institut canadien d'information sur la santé] considère que 75 % des médecins de famille en bas de 40 ans sont à temps partiel», a dit le Dr Barrette sur les ondes du 98,5 FM. Il croit par ailleurs que le Dr Bolduc «nous annonce le début de sa campagne électorale» en le critiquant directement ainsi que François Legault.

Le Dr Godin défend ses membres et assure qu'ils ont le coeur à l'ouvrage: «Prétendre que les jeunes travaillent à temps partiel» est faux.

Le président de l'Association des jeunes médecins du Québec, le Dr François-Pierre Gladu, abonde dans le même sens. Il estime aussi que les mesures actuelles ne permettront pas au ministre Bolduc d'atteindre l'objectif de 2016. Il ajoute qu'un «transfert de 12 % du temps hospitalier vers le cabinet réglerait tout le problème de la pénurie de médecins de famille».

Le ministre Yves Bolduc déplore également «qu'on puisse traiter les omnipraticiens de paresseux», indique son attachée de presse, Natacha Joncas Boudreau. «Je dénonce ces intimidateurs et dénigrateurs [sic] du réseau de la santé», de renchérir le ministre en entrevue à LCN, en faisant manifestement référence au Dr Gaétan Barrette.

À voir en vidéo