Demande d'enquête sur le CHSLD en PPP

Excédée par de nouveaux faits «troublants», la Coalition Montérégie sans PPP demande à Québec de lancer une enquête sur le premier CHSLD en PPP, Saint-Lambert-sur-le-Golf, et de suspendre tout projet de construction d'établissements du genre en partenariat public-privé. Il s'en construira en effet quatre nouveaux.

Autre rebondissement dans le dossier de ce premier CHSLD en mode PPP. La directrice générale des soins infirmiers, Judith Lecours, ainsi que son adjointe, France Grenier, cumulent deux emplois: ceux de cadres au CHSLD Saint-Lambert-sur-le-Golf et de propriétaires d'une agence de placement de personnel en santé, l'Agence de Santé Maggy inc. La Coalition voit là un conflit d'intérêts. «On se questionne vraiment si [Judith Lecours] est là pour l'intérêt des bénéficiaires ou son intérêt à elle», indique Luc Pearson, syndicaliste et porte-parole de la coalition. Mais ni leur employeur, le Groupe Savoie, ni l'Agence de la santé de la Montérégie, n'y voient de problème.

En 2008, les deux femmes avaient été congédiées de leurs postes de cadres à l'hôpital Honoré-Mercier de Saint-Hyacinthe, rapportait alors le Journal de Montréal, car elles auraient invité du personnel de l'hôpital à se joindre à leur agence privée.

Contactée hier après-midi par Le Devoir, Judith Lecours se défend. Son agence oeuvre dans des CHSLD des régions de Granby et de Beloeil, dit-elle, mais pas au CHSLD Saint-Lambert-sur-le-Golf. Pour cette raison, elle ne voit aucun problème à cumuler ses deux fonctions. «J'exécute très bien mon travail. Nous n'avons pas d'agence présentement à l'intérieur du CHSLD [Saint-Lambert-sur-le-Golf], alors je ne vois pas où pourrait être mon conflit d'intérêts», dit-elle. Selon la coalition Montérégie sans PPP, des établissements du territoire de l'Agence de la santé de la Montérégie ont versé plus de 400 000 $ à Maggy inc. pour des services.

Le président de Groupe Savoie, Eddy Savoie, qui gère le CHSLD en PPP, considère que les doubles fonctions de Mmes Lecours et Grenier présentent un avantage. «Ça ne cause pas de problème, a-t-il dit au Devoir. À prix égal si on avait besoin [d'infirmières] on pourrait les prendre [dans cette agence].» Il n'a pas été en mesure de confirmer si cela s'était déjà produit.

Le p.-d.g. de l'Agence de la Montérégie, Yvan Gendron, croit que si la situation peut déranger au public, elle est absolument tolérable au privé. Il est d'ailleurs pleinement satisfait des soins offerts au CHSLD Saint-Lambert-sur-le-Golf et se dit tout à fait à l'aise avec le fait que le mode PPP ait été retenu pour la construction de trois nouveaux CHSLD sur son territoire, ainsi que d'un quatrième à Laval. Les soumissionnaires gagnants seront dévoilés en octobre.